Quick : hallali sur le halal ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Quick : hallali sur le halal ?
©Flickr

Frites-Coca

Quick : hallali sur le halal ?

Une chaîne de fast-food n'est pas un service public dont la vocation est de défendre l'universalisme laïque. C'est juste un endroit qui vend des hamburgers.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Je viens de me faire traiter de communautariste laïquement déficient sur Facebook par Mohamed Sifaoui, parce que je m'étonnais de ce qu'il s'indigne de la transformation de la marque Quick en chaîne spécifiquement halal par son nouveau propriétaire.

Enfin, il ne l'a pas dit exactement comme ça mais on connaît mon goût pour le raccourci et la formule à l'emporte-pièce.

Pour autant, ça m'a fait de la peine parce que j'ai plutôt de la sympathie pour le bonhomme, qui fait souvent du bon boulot lorsqu'il se bagarre contre les islamistes déguisés en progressistes qui prennent l'apéro (sans alcool) avec Clémentine Autain et Claude Bartolone dans les bars à chicha du 9-3.

Son grief à l'égard de l'enseigne de fast-food, c'est qu'elle abandonnerait sa vocation universelle de promotion du hamburger au bacon républicain pour se concentrer sur le steak haché abattu rituellement -- ce qui serait une nouvelle étape vers la wahhabisation de la cuisine gauloise et de ses dépendances.

Grand amateur de charcuterie devant l’Éternel (sic), défenseur sourcilleux de la laïcité (au jasmin), je lui ai répondu qu'il était à côté de la plaque (de cuisson -- OK, OK, j'arrête), mais je n'ai pas dû parvenir à le convaincre parce qu'il s'est retrouvé un quart d'heure plus tard sur Europe 1 à fustiger l'établissement sur le thème de « l'essentialisation des musulmans français » par le menu frites-Coca, lequel serait, comme dirait Clausewitz, la nouvelle façon de poursuivre la diplomatie par d'autres moyens.

Mais d'abord, rappelons que la boîte qui vient de racheter Quick n'a aucune intention, aux dernières nouvelles, de transformer ses centaines de points de ventes en autant d'ambassades de Daesh en France mais prévoit plutôt de les renommer Burger King, de continuer à y vendre de la barbaque d'infidèles et d'en conserver une poignée sous l'ancienne marque pour les spécialiser en pig-free

C'est sans doute que le boss du groupe s'est rendu compte qu'il y avait des musulmans en France qui mangeaient halal, mais que ça n'en faisait pas des coupeurs de têtes potentiels pour autant, juste des malheureux qui ne connaîtront jamais la joie divine de déguster un bon jarret de porc arrosé au Gewurztraminer ce qui est triste pour eux mais les regarde.

Quick n'est pas un service public dont les statuts et la stratégie marketing ont été gravés dans le marbre en 1905. Juste une chaîne de restauration rapide qui cherche à satisfaire des clients et gagner du pognon. Tout comme les gargotes végétariennes ne sont pas des ennemies de l'art de vivre à la française mais des endroits que j'évite parce que je préfère la côte  de bœuf saignante au tofu et aux graines germées.

Et l'existence de fast-foods halal n'est donc pas plus un problème dans ma vie que la présence de boutiques de fringues où je ne vais pas dans un centre commercial.

Mais j'aime bien Sifaoui tout de même, du moins lorsque qu'il évite de ne nous prendre pour des jambons, emporté par son élan.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !