Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
MB&F montres horlogerie patek philippe trilobe kross studio BAUME & MERCIER

Atlantic Tac

Quand trois timbres nous lisent l’heure et quand la grenouille gobe le temps : c’est l’actualité brumairienne des montres

Mais aussi trois anneaux qui libèrent les femmes, le carrosse mécanique d’un certain Batman, la montre la plus plate du monde et un sérieux traitement de l’économie circulaire…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

PATEK PHILIPPE : Le son comme mission…

Ce qu’il y a de bien, avec les grandes marques, c’est qu’elles n’abusent pas des nouveautés lancées à tout-va. En revanche, quand elles proposent une nouvelle idée, c’est du lourd et on ne perd pas son temps ! La vénérable manufacture suisse Patek Philippe – qui est probablement la plus réputée du monde avec Rolex – vient ainsi de développer sa première montre-bracelet à « grande sonnerie » : en termes horlogers, cela signifie qu’on peut décider de faire sonner la montre au passage des heures ou des quarts d’heure, mais qu’on peut aussi lui faire annoncer l’heure exacte, à volonté, en sonnant les heures, les quarts d’heure et les minutes. Ces sonneries sont déclenchées par la frappe de trois marteaux sur trois « timbres » (sortes de gongs) qui travaillent dans le grave, le moyen ou l’aigu : en général, les heures se jouent en grave, les quarts en succession aigu, grave ou moyen selon le nombre de quarts d’heure à sonner et les minute en aigu. On peut évidemment débrayer à tout moment ces sonneries, qui représentent un total de 1 054 coups par journée de vingt-quatre heures : l’agencement mécanique parfait de tous ces mécanismes se loge dans une montre-bracelet qui tient du chef-d’œuvre – c’est pourquoi on considère que les montres à grande sonnerie sont le nec plus ultra des beaux-arts de la montre mécanique. Le tout pour un prix tournant autour du million d’euros, mais cette référence 6301P (P pour platine, ce qu’on peut vérifier au petit diamant serti à six heures, entre les « cornes » du boîtier et) est déjà sur liste d’attente partout dans le monde, Patek Philippe ne pouvant en réaliser que quelques exemplaires par an tellement ce genre de mouvement est complexe : l’histoire veut que le son de chaque montre soit personnellement testé par Thierry Stern, le propriétaire de la marque…

TRILOBE : Les anneaux de la libération…

La jeune marque indépendante française Trilobe soigne sa communication en direction des femmes, pour lesquelles elle invente un style mécanico-glamour plutôt convaincant : on ne touche pas au concept de lecture des heures, des minutes et des secondes par anneaux rotatifs, mais on s’en libère en jouant sur de nouvelles expressions esthétiques. Plus de chiffre, mais des instants à savourer et d’autres émotions à vivre, sans trop de soucier de la course des aiguilles sur un cadran. Les couleurs apportent leur touche de poésie à cette réinterprétation féminine d’une collection qui replace la nouvelle horlogerie française à son meilleur niveau…

MB&F : Une grenouille qu’on regarde dans les yeux…

La « laboratoire créatif » suisse MB&F (Maximilian Büsser et ses Friends) nous a depuis longtemps habitué à ne plus nous étonner de rien en matière de montres ! En 2009 [la marque avait quatre ans], naissait ainsi une étrange Horological Machine n° 3, immédiatement surnommé « Frog » tellement elle avait un air de batracien avec ses gros « yeux » rotatifs – deux dômes de verre qui affichent les heures et les minutes. Derrière ces dômes, on peut découvrir le rotor de remontage en forme d’astéro-hache qui réjouirait les nostalgiques de Goldorak. La dernière version « Frog X » de cette HM3 nous propose un boîtier en verre saphir ultrarésistant, dont les transparences permettent de mieux profiter du mouvement, avec différents jeux de couleur (bleu, violet, turquoise) pour égayer le temps qui passe. Raffinement qui sera réservé aux initiés : la surface de cette astéro-hache a été secrètement nano-sculptée au laser et, en y projetant un faisceau lumineux, ces nano-sculptures réfractent la lumière pour créer un subtil message crypté parfaitement lisible. Comme la transparence et la lumière peuvent cacher bien des secrets ! Bien entendu, on ne passe pas inaperçu avec une telle montre au poignet, surtout entre initiés qui savent qu’il faut tout de même poser 128 000 euros pour avoir le privilège de porter une grenouille au poignet…

KROSS STUDIO : Et pourquoi pas une Batmobile ?

Oui, c’est vrai, pourquoi pas une vraie Batmobile mécanique, longue d’une trentaine de centimètres, profilée comme celle de Batman, avec un moteur qui donnerait l’heure pendant un mois sans être remonté ? Cette horloge de prestige vient d’être développée par Kross Studio – une toute nouvelle référence créative dans le paysage horloger suisse – en collaboration avec Warner Bros, qui veille sur les droits de Batman. 512 composants dans cette pièce (115 pour la carrosserie en aluminium noir et 397 pour le mouvement, qui bénéficie des meilleures finitions de la haute horlogerie suisse) qui sera réalisée qu’à une centaine d’exemplaires : posé sur un bureau, cette Batmobile 1989 impressionne. Son prix est lui aussi épatant : un peu moins de 30 000 euros pour ce « jouet de garçon » rétro-nostalgique…

BAUME & MERCIER : Le vert de la Terre et le bleu de la mer…

Un instant libérée de sa sujétion à sa maison mère Baume & Mercier, la jeune marque Baume a regagné le giron maternel pour n’y être plus qu’une collection expérimentale, orientée vers l’éthique environnementale. Cet engagement pour la planète se retrouve dans la dernière proposition de Baume, une montre Ocean réalisée en collaboration avec deux partenaires (Waste Free Oceans et Seaqual Initiative) qui travaillent à purger les océans de leurs déchets en plastique pour les recycler en objets innovants. Les couleurs – vert comme la Terre et bleu comme la mer – de la montre expriment graphiquement cette vision d’une horlogerie plus responsable. Logée dans un container en aluminium, la montre est « coiffée » par un boîtier en plastique recyclé renforcé par des fibres de verre. Le bracelet écologique est lui aussi réalisé à partir de plastique recyclé, avec une doublure en liège (matériau renouvelable). Même l’emballage de la montre est éco-responsable : il est à base de papier carton recyclable et de feutrine en polyester recyclé. Cette montre Ocean s’annonce comme une des plus abouties du moment en matière d’économie « circulaire »…

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

••• Le marché des belles montres se porte mieux que jamais en dépit de la pandémie : on a pu le vérifier le week-end dernier aux enchères genevoises pour les montres de collection, où Aurels Bacs (dit « Magic Aurel ») a réalisé la plus belle vente horlogère jamais enregistrée par la maison Phillips x Bacs & Russo (38 millions de francs suisses au compteur, plus que les ventes de joaillerie et de pierres précieuses) ! ••• Le Grand Prix d’Horlogerie de Genève vient de distinguer les dix-huit « montres de l’année ». Celle qui a obtenu la récompense suprême – l’Aiguille d’or – est une performance horlogère, puisqu’il s’agit de la montre mécanique à remontage manuel la plus plate du monde : pas plus de 2 mm d’épaisseur, à peu près autant qu’une pièce d’un euro. Il a fallu tout repenser pour établir ce record, en parvenant à « fusionner » tous les éléments (boîtier, mouvement, composants du mouvement et verre saphir) pour aboutir ce concept ultime. Qu’on songe que le verre saphir de la montre ne fait que 0,2 mm d’épaisseur et que certaines roues du mouvement ne dépassent pas les 0,12 mm : la montre finit par être plus fine que son bracelet. La complexe de cette ultra-minceur explique que la manufacture Piaget ne pourra en produire qu’une dizaine par an. Cette Altiplano Ultimate Concept bat également des records par son prix (à peu près 400 000 euros) – quand les Suisses parlent d’aiguille… d’or, ce n’est pas une image !

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !