Quand les initiés misent sur le titane et quand trois maillons d’acier changent tout : c’est l’actualité des montres à la veille de la rentrée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
La subtile élégante d’une FOB Paris rétro-futuristement inspirée par les montres de poche d’avant-hier…
La subtile élégante d’une FOB Paris rétro-futuristement inspirée par les montres de poche d’avant-hier…
©

Atlantic-Tac

Quand les initiés misent sur le titane et quand trois maillons d’acier changent tout : c’est l’actualité des montres à la veille de la rentrée

Mais aussi une préparation horlogère aux couleurs de l’automne, des heures du monde en mode furtif et le succès des montres franco-dessinées qui veulent du bien à la planète…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

FOB Paris : Les couleurs de l’automne sont déjà là...

 
Créée par trois copains parisiens, la jeune marque française FOB Paris s’ébat sur les poignets les plus tendance des grandes métropoles européennes : ces montres « Made in France » (réalisées à Besançon) sont un signe de ralliement pour ceux qu’insupporte le mainstream vintage de ces montres qui ne font que remâcher le passé comme pour ceux qui refusent le conformisme marketing et le harcèlement commercial des « grandes marques ». FOB joue plutôt sur un registre contemporain qui réinterprète en mode mécanique et en remontage automatique l’esprit des montres de poche d’avant-hier. FOB Paris va même jusqu’à la montre qui fonctionne à l’énergie solaire, mais on se contentera pour commencer du parfum rétro-futuriste de la Rehab 360 en or rose, dont le mouvement « squeletté » se révèle sous un cadran gentiment fumé. De quoi nous préparer aux prochaines couleurs de l’automne, avec l’immense politesse d’une montre qui joue sans timidité la carte française mais qui se contente de n’exiger que 760 euros de ses amateurs ultra-trendy...
 
 

LOUIS ÉRARD : Des montres d’initiés qui aiment la discrétion...

Bastion des traditions de l’horlogerie telle qu’on la pratique depuis des siècles sur les hauts plateaux de ce Jura suisse qui parle français, la maison Louis Érard défend bec et ongles une certaine idée de la montre de qualité proposée à des prix accessibles. Cette modération tarifaire l’empêche de disposer des budgets publicitaires tonitruants des grandes marques concurrentes : Louis Érard est une marque pour initiés et pour aficionados du meilleur rapport qualité-prix sans ostentation statutaire. Le nouveau chronographe 1931 en titane témoigne de cette immense attention portée aux intérêts de l’amateur – et non au caprice des « pipoles » qui se voient offrir des montres par tous les ténors du marché. Fiable, endurant et d’une rare précision, le mouvement automatique Swiss Made (Valjoux 7750) est un de ces « tracteurs » qui ont fait la réputation mondiale des mécaniques suisses. Le boîtier en titane (44 mm) apporte une indéniable touche de modernité, bien équilibrée par le dessin absolument classique du cadran, dont les touches de couleur répondent aux surpiqûres du bracelet. 
 
 

CHARLIE PARIS : Les trois maillons d’acier qui changent tout...

Voici quelques semaines, Atlantic-Tac (4 août) vous présentait la sympathique montre GR de la jeune équipe parisienne de Charlie. L’été portant conseil, cette équipe a vite réalisé qu’il manquait une touche finale et « professionnelle » à cette montre prévue pour les activités de plein air et pour ces sentiers de « grande randonnée » qui ont donné leur nom au modèle. Il lui manquait un... bracelet en acier pour se mesurer aux autres grandes « baroudeuses » du marché, qu’elles se nomment Rolex, Audemars Piguet ou Omega. Oubli vite réparé, puisque Charlie Paris nous propose désormais un nouveau bracelet en acier [à trois maillons, comme les « grandes marques »], qui n’est guère facturé que 65 euros et qui parvient à ne pousser la GR bleu océan (ci-dessous) qu’à 245 euros, ce qui ne froissera personne avec son banquier.
 
 

EBERHARD & CO : En prise furtive sur les heures du monde...

Montre sportive aussi discrète que redoutablement efficace au poignet, la Scafograf Black Sheep est un des plus intéressants compromis horloger du marché puisqu’elle combine les avantages horlogers d’une aventurière de haut niveau (automatique et étanche à 100 m) et d’une montre urbaine de référence en prise sur le monde, puisqu’elle se permet d’afficher simultanément trois fuseaux horaires (l’heure de la montre, celle de son aiguille orange qui est calée sur vingt-quatre heures et celle de sa lunette tournante, dont les initiés se servent également pour étalonner des comptes à rebours ou des durées minutées. Le tout dans une livrée noire (boîtier de 43 mm, cadran, lunette en céramique et bracelet métallique à fermeture déployante) tout ce qu’il y a plus contemporaine, à la limite du furtif. Il n’y en aura que 500 exemplaires pour les marchés du monde entier...
 

AWAKE : Le réveil des montres qui veulent sauver la planète...

Courant juillet, Atlantic-Tac (20 juillet) vous présentait le projet Awake lancé en souscription sur Kickstarter : la campagne se termine dans les heures qui viennent pour des montres qui s’affirment comme les « plus éco-responsables » jamais imaginées par des horlogers. Près de 830 souscripteurs ont manifesté leur intérêt pour ces montres et apporté 270 000 euros à cette opération de lancement. Soit une souscription qui frôle les 1 000 % et qui s’impose comme un des ! Pour faire du bien à la planète et porter au poignet des montres au design français issues d’un recyclage aussi complet que possible (de l’acier du boîtier aux bracelets, recréés à partir de déchets en plastique récupérés en mer, avec, en prime, un mouvement qui fonctionne à l’énergie solaire, donc sans pile polluante). Les prix de souscription – moins de 200 euros – étaient une vraie bonne affaire pour se faire plaisir tout en contribuant modestement – mais avec une intéressante « touche française » – au sauvetage écologique de la planète...
 

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !