Quand les heures deviennent plus fluides, quand la mi-temps devient très chic et quand les Français ont de l’ambition : c’est l’actualité des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Devenue référence internationale pour l’horlogerie française, la marque Bell & Ross a construit son récit sur les valeurs de l’aviation militaire.
Devenue référence internationale pour l’horlogerie française, la marque Bell & Ross a construit son récit sur les valeurs de l’aviation militaire.
©Gregory Pons

Atlantic-tac

Quand les heures deviennent plus fluides, quand la mi-temps devient très chic et quand les Français ont de l’ambition : c’est l’actualité des montres

Et aussi, la saga instrumentale qui passe à l’orange, le chronographe des grandes profondeurs qui vire au bleu et le boîtier qui se drape de fraise-menthe…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

BELL & ROSS : L’art de passer à l’orange pour mieux se faire repérer…

Quand on se flatte de faire des montres dans l’esprit des compteurs de bord aéronautiques, on doit forcément reprendre les codes de ces instruments de navigation. Le noir, qui efface les reflets. Le blanc, pour le contraste de lisibilité avec le noir. Et l’orange, pour un repérage plus aisé des fonctions essentielles. Le reste est une affaire de disposition ergonomique. Pour sa BR 03-94 Carbon Orange, Bell & Ross – la plus dynamique des marques françaises d’horlogerie – a coché toutes les bonnes cases : le cadran « instrumental » très typé, la rondeur dans le carré du boîtier (42 mm) noirci mat et les touches d’orange pour l’affichage des temps courts du chronographe, qu’on déclenche et qu’on relance avec un poussoir orange. Même le bracelet est tissé dans un orange qui rappelle les matériaux de bord des avions (mais on peu opter pour un bracelet en caoutchouc noir plus passe-partout). Bell & Ross : « Une passion horlogère appuyée sur les valeurs fortes de l’histoire militaire » (Business Montres). Le contrat est respecté…

En savoir plus sur Business Montres 

HYT : Un sérieux concentré d’innovations qui finissent par donner l’heure…

Inutile de demander ce qu’est exactement l’ALUN 316B, matériau high-tech ultra-léger dans lequel sont taillés le boîtier et les cadrans de cette montre : tout cela relève du secret industriel, mais c’est joli en bleu. La lecture de l’heure est à peine moins ésotérique, mais ce concept de temps hydro-mécanique (HYT = HYdro-mechanical Time) propose de repérer les heures grâce à l’avancée du fluide lumineux dans le capillaire qui encercle le cadran, les minutes étant affichées sur le petit compteur à 12 h et les secondes sur la « turbine » à 9 h 30. La réserve de marche de ce mouvement mécanique (65 heures) est logée à 2 h 30. Vous vous posez encore des questions sur les deux « ressorts » à 6 h et vous avez raison : animés par le mouvement mécanique totalement exclusif de la montre, ce sont les « soufflets qui assurent la poussée du fluide lumineux dans son tube de verre au fur et à mesure que passent les heures. Pour les jours de grand froid ou de grande chaleur, facteurs physiques de dilatation ou de rétractation physique de tout liquide, les ingénieux ingénieurs de HYT ont même prévu un sas de « décompression » qui garantit la précision de cet affichage des heures. Indiquer l’heure avec de l’eau : c’est le très ancien principe de la clepsydre et des horloges à eau attestées depuis la très haute Antiquité. Les rebelles de HYT ont réussi à greffer une clepsydre contemporaine sur une montre mécanique tout ce qu’il y a de plus suisse : on peut enfin prouver que le temps s’écoule !

NIXON : Un peu jelly, un peu liberty, mais très trendy…

Il fallait bien une montre féminine dans la sélection très macho de cette séquence Atlantic-tac, mais est-elle impérativement pour les filles, cette Watercolor Mint de Nixon en version chrono ? Le goût est très british pour évoquer un printemps aquarellé dans des tons pastellisés, ceux des tissus à grandes fleurs ou des bonbons gélifiés dont on raffole outre-Manche. Le matériau est très amusant : léger et résistant, c’est l’acétate dont on fait les montures de lunettes et chaque montre a ses propres nuances. On aura compris que c’est une montre décalée qui ne se prend pas au sérieux et c’est pour cette raison que Nixon a tant de succès auprès de la génération Y.

HUBLOT : Un ballon sur la pelouse, une montre dans les tribunes…

Chic ou pas chic, le Paris saint-Germain ? On parle de l’équipe de football qataro-lutétienne, évidemment. Le partenariat avec Hublot, la marque préférée des jet-setters et des élites de la mondialisation réussie, tendrait à prouver que c’est très chic et que le football n’est pas qu’une affaire de supporters voyous. La preuve, c’est Hublot qui chronométrera très officiellement la prochaine Coupe du monde, cet été, au Brésil. En attendant, Hublot est le nouveau partenaire horloger du Paris Saint-Germain (PSG pour les initiés), club dont la « montre officielle » sera une King Power repeint aux couleurs parisiennes (bleu et rouge). 48 mm de céramique noire microbillée, ce n’est pas rien au poignet, mais on pourra décompter les mi-temps grâce au chronographe spécialement étudié pour les 45 minutes réglementaires (aiguille à double pointe rouge). Pour le temps additionnel, qui sera annoncé dans le stade par des panneaux lumineux Hublot, on relance le chrono et on attend la dernière seconde pour ovationner ou huer les joueurs. On ne s’ennuiera plus jamais sur les stades…

VICTORINOX : Une chronographe prévu pour les grands fonds…

Il n’est pas évident qu’on ait impérativement besoin d’un chronographe mécanique en plongée sous-marine, mais admettons. De même, une étanchéité à 500 mètres (de profondeur) n’est pas absolument indispensable sachant qu’on dépasse rarement les 50 mètres. Peu importe, le rêve naît du défi à relever et Victorinox a été jusqu’au bout de sa légende pour ce chronographe Dive Master 500 en titane, un des instruments de plongée les plus « professionnels » du moment. Lisible et fonctionnel (on appréciera le décompte sur 20 minutes de la lunette tournante), son boîtier de 43 mm n’est cependant pas déplacé en ville. Dans l’obscurité des grands fonds, le composé luminescent des marquages change de couleur pour virer au bleu, mais on peut tester cette propriété sans forcément tenter l’immersion…

OLIVIER JONQUET : Un jeune créateur français qui croit en son destin…

Les montres en souscription sont à la mode. Le Made in France est à la mode. Le luxe personnalisé est à la mode. Autant de bonnes raisons qui ont poussé Olivier Jonquet à tenter l’aventure d’une montre élégante à la française, conçue en Provence et réalisée dans les ateliers horlogers du Haut-Doubs, berceau traditionnel de l’horlogerie française. La marque portera son nom, mais le cadran de la montre Elie sera muet : aujourd’hui, le vrai luxe se devine sans s’afficher. Les détails ont été soignés, avec un boîtier coussin dans le style des années 1920, un cadran émaillé à l’ancienne, des aiguilles bleuies tout aussi traditionnelles, un bracelet cousu à la main et même un mouvement mécanique français d’avant la débâcle de l’horlogerie mécanique tricolore, récupéré d’un stock oublié et refait à neuf. Storytelling parfait et séduisant pour un projet digne d’encouragement, qui ne démarrera que quand les 50 premières montres seront commandées (1 890 euros, détails sur le site). Pour un produit comparable fait en Suisse et signé par un des grands noms de la place, il faudrait compter six à sept fois plus cher.

En savoir plus

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !