Quand les billes d’or font cascader les panthères et quand le canard d’Ancien régime s’envole : c’est l’actualité des montres en phase de haute horlogerie intense | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Quand les billes d’or font cascader les panthères et quand le canard d’Ancien régime s’envole : c’est l’actualité des montres en phase de haute horlogerie intense
©

Atlantic-tac

Quand les billes d’or font cascader les panthères et quand le canard d’Ancien régime s’envole : c’est l’actualité des montres en phase de haute horlogerie intense

Mais aussi la montre connectée la plus chère du monde, un chronographe mécanique d’un style ultra-puissant, l’or mat caché sous un dôme de saphir et le mouvement mécanique le plus performant de la saison…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

CARTIER : Le détournement fluidique d’une panthère…

C’est sans le moindre doute la montre la plus amusante de ce début d’année dans cette haute horlogerie qui sait ne pas se prendre trop au sérieux. Baptisée « Révélation d’une panthère », cette montre Cartier fonctionne à peu près selon le principe de la boule de Noël : à chaque mouvement du poignet, une cascade de billes d’or semble ruisseler sur le cadran pour créer une tête de panthère stylisée avant de disparaître (vidéo ci-dessous). Le secret de ce détournement « fluidique » des techniques traditionnelles de décoration horlogères est assez simple : en fait, les billes d’or « pleuvent » entre deux fines plaques de verre invisibles, chacune d’entre elles circulant à l’intérieur d’un fluide invisible et glissant le long d’une sorte de chemin capillaire (lui aussi invisible), selon un ordre qui dessine éphémèrement la figure choisie. Le spectacle finit par devenir hypnotisant : on finit par ne plus se lasser de cette précieuse cascade et on imagine, pour demain, d’autres images se former furtivement pour disparaître tout aussi subrepticement. Quand les montres deviennent ludiques (à défaut d’être accessibles : comptez un peu plus de 110 000 euros pour ce « jouet »), elles réenchantent le monde…

TAG HEUER : Une carpo-connexion de haute joaillerie…

C’est indubitablement la montre la plus « bling-bling » de ce début d’année dans cette horlogerie connectée qui sait se moquer d’elle-même. Signée TAG Heuer, il s’agit de la montre connectée la plus chère du marché, donc la plus provocatrice puisque les horlogers suisses nous juraient, voici tout juste deux ans, qu’un gadget électronique comme une smartwatch ne serait jamais un objet de luxe. Là, cette Connected Modular 45 de haute joaillerie frappe fort : non contente d’être une des montres connectées les plus performantes du marché (en plus d’être authentiquement suisse), elle est aussi une championne de la plus précieuse des horlogeries, avec ses 24 carats de diamants baguette et son prix public annoncé autour des 190 000 euros. Il n’y aura que cinq de ces Connected Modular Full Diamond, nous promet TAG Heuer, mais elles sont déjà probablement vendues : quel néo-milliardaire ne s’empresserait pas d’offrir un des bijoux connectés les plus coûteux du monde à la femme de ses rêves ? De toute façon, pas de risque d’obsolescence : TAG Heuer a promis à ses clientes de remplacer quand elles le souhaitent le module connecté de leur montre par un bon vieux module mécanique traditionnel ! On le comprend à présent : la carpo-connexion (« connexion de poignet ») est une carpo-révolution qui redéfinit totalement nos conceptions du luxe, avec des montres à écran tactile parfaitement fonctionnelles sous leur carapace de diamants…

HYT : La révolution fluidique ne fait que commencer…

C’est incontestablement la montre la mieux« designée » de ce début d’année dans le paysage des marques indépendantes qui jouent leur survie sur leur créativité : taillée dans un or jaune très tendance et très pâle (qualité 2N), très sobrement microbillé pour tempérer les reflets de la lumière, placée sous un impressionnant dôme de verre saphir, cette HYT H Zéro Gold reprend le principe révolutionnaire des montres « hydromécaniques ». L’heure est affichée par un fluide en couleur qui circule dans un capillaire de verre cintré autour du « cadran », lequel décompte les minutes (au centre) et les secondes (à gauche), ainsi que la réserve de marche. Le dôme permet également une lecture latérale des heures. Deux échancrures dans ce cadran à la fois concave et bombé dévoilent sobrement les « soufflets » mécaniques qui pulsent le liquide dans son capillaire. L’effet esthétique est aussi saisissant que la performance fluido-mécanique du mouvement : l’horlogerie hydromécanique prend déjà quelques options sur l’avenir (voir, ci-dessus, notre information sur la « Révélation d’une panthère » chez Cartier). Même le prix de la montre semble très générationnel pour ce niveau de créativité : à peine plus de 54 000 euros – ce qui est très coûteux, mais finalement très bien placé dans cette catégorie de montres…

VACHERON CONSTANTIN : Le temps des premières expériences aérostatiques

C’est, de toute évidence, la montre la mieux décorée de ce début d’année pour ce qui concerne les marques « historiques » – celles qui se présentent comme des « maisons ». Chez Vacheron Constantin, les métiers d’art sont une constante créative de première ampleur. La nouvelle collection des Aérostiers le confirme en majesté. Les cinq décors reproduisent les montgolfières des cinq premiers vols réalisés en France entre 1783 et 1785 (évocation en tête de l’article). Si les montgolfières sont soigneusement sculptées et décorées à la main, elles évoluent sur un fond d’émail translucide (technique du plique-à-jour) parfaitement maîtrisé. Pour libérer le centre du cadran, il faut lire les indications horaires dans quatre guichets situés aux points cardinaux de la montre (heures, minutes, date et jour de la semaine). Quoique facturé sans ménagement (comptez autour de 120 000 euros par montre), le résultat est tout simplement magnifique : il n’y aura que cinq pièces de chacun des cinq décors de cette évocation des premiers aérostiers français – dont le premier vol avait été réservé à… un canard, un coq et un mouton (on ignorait alors ce qui pouvait arriver à un organisme vivant évoluant dans les airs). La seule critique qu’on pourrait formuler à cette collection est l’absurde contradiction de l’affichage du jour pour une montre aussi « culturelle » : pourquoi l’avoir indiqué en anglais, alors que Vacheron Constantin est une manufacture de tradition francophone et que le décor est on ne peut plus historiquement français (on aurait même pu pousser l’évocation de l’Ancien régime en choisissant une des élégantes typographies du XVIIIe siècle) ?

BAUME & MERCIER : le luxe accessible d’une nouvelle normalité…

C’est bien entendu la meilleure affaire de ce début d’année dans le domaine de la belle horlogerie accessible, celle qui se pique de « nouvelle normalité » après les excès délirants de la dernière décennie. Marque suisse d’excellente réputation, Baume & Mercier a entrepris de se ressourcer en créant son premier « mouvement manufacture » et en réussissant à faire de ce « Baumatic » un des calibres mécaniques à remontage automatique les plus performants de sa génération, avec une précision véritablement « chronométrique » (pas plus de quatre secondes d’avance à six secondes de retard par jour), 120 heures de réserve de marque (plus du double de ce qui est proposé par la plupart des concurrents) et une résistance accrue aux chocs comme au magnétisme (les téléphones portables peuvent souvent dérégler les montres). On pouvait craindre le pire en matière de prix, les manufactures suisses ayant désormais la fâcheuse habitude de surtarifer leurs belles mécaniques, mais Baume & Mercier a su contenir autour des 2 600 euros le prix de sa première montre équipé de ce mouvement de dernière génération. Le succès commercial de cette montre au récent Salon international de la haute horlogerie de Genève (SIHH) est une démonstration sans équivoque de la demande de montres « normales » dont la haute qualité esthétique et mécanique est proposée à un prix accessible : Baume & Mercier a tout compris du nouveau luxe…

BVLGARI : La maîtrise mécanique d’une architecture de grand style…

C’est probablement le plus intéressant chronographe mécanique de ce début d’année, moins par ses qualités mécaniques innovantes (le mouvement chronographe automatique El Primero va désormais sur ses cinquante ans) que pour le traitement contemporain des codes de l’esthétique classique de l’âge d’or des chronographes (deux poussoirs, trois compteurs). L’architecture très anglé du boîtier est un vrai plaisir pour les yeux tant les volumes, les lignes, les courbes, les plein et les déliés tombent « justes ». Si on ajoute à ces qualités de style le titane de qualité « aéronautique » revu et corrigé dans le gris clair emblématique de la collection Octo, on comprend l’impact très affirmé et la personnalité de cette Octo L’Originale : elle est légère au poignet, puissante au regard et malgré tout accessible (toutes proportions gardées) puisque son prix ne dépassera pas les 10 000 euros – ce qui en fait une des meilleures « bonnes affaires » de ce début d’année dans la haute horlogerie. Il faut une sacrée maturité(avec un zeste de touche italienne en plus du savoir-faire suisse) pour parvenir à cumuler autant d’atouts et s’imposer au meilleur niveau, surtout dans la niche ultra-concurrencée des chronographes mécaniques : si la Daytona de Rolex est un jour détrônée, ce sera par une proposition dans le goût de cette Octo L’Originale…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !