Quand le soleil ne se couche plus là où vous êtes et quand l’intelligence vient aux montres de mode : c’est l’actualité des montres en phase caniculaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Des polygones qui s’imbriquent dans une fascinante spirale géométrico-chromatique…
Des polygones qui s’imbriquent dans une fascinante spirale géométrico-chromatique…
©

Atlantic-tac

Quand le soleil ne se couche plus là où vous êtes et quand l’intelligence vient aux montres de mode : c’est l’actualité des montres en phase caniculaire

Mais aussi le dépouillement qui redouble au réveil, le harnachement qui ne se prend pas au sérieux, le bleu de la nuit qui orbite dans le temps et la lumière qui fuse dans les heures liquides…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

JUNGHANS : Les variations visuelles d’un temps minimaliste…

Une édition spéciale doublement inscrite dans la tendance contemporaine au minimalisme : la « Variation 1 » (ci-dessus) des Séries graphiques (grafischen reihen) de Max Bill (1908-1994), un des derniers maîtres (suisses) du Bauhaus allemand, figure à la fois sur le fond de la montre et sur le fond du réveil du coffret Junghans de l’édition 2017. Cette variation géométrique – chaque côté du polygone de base forme le côté du polygone suivant, avec un jeu subtil de variations chromatiques – affiche une richesse visuelle qui contraste avec le dépouillement du cadran de la montre et du réveil. Les amateurs de design collectionnent avec avidité ces éditions annuelles, limitées à 222 exemplaires, qui témoignent des principes fondateurs du Bauhaus appliqués aux créations horlogères : « La forme découle de la fonction »…

HERMÈS : Le grand style français qui ne se prend pas au sérieux…

Classique du design horloger par un dépouillement qui cache mal un grand luxe de détails raffinés, la montre Arceau est un concentré de codes Hermès : le boîtier (40 mm) aux attaches symétriques qui évoquent les harnachements équestres, la ronde des chiffres stylisés autour du cadran, le cuir noisette du bracelet assorti à ce cadran, qui additionne une finition soleillée et une livrée rayée. Le temps est une passion pétrie d’élégance classique, mais aussi d’impertinence : cette Arceau excelle dans ces deux exercices, avec une touche supplémentaire de fantaisie dans le traitement de date et une promesse de qualité cachée dans les rouages du mouvement automatique suisse. Une montre hermèssissime – donc très désirable !

RESSENCE : Sur une orbite très spéciale dans le bleu de la nuit…

L’explosion en vol de la « bulle » du luxe horloger a mis fin au mass marketdes années 2000-2010, l’émergence de la génération milléniale exigeant des montres très exclusives et des éditions vraiment limitées – ponctuellement proposées pendant très peu de temps sur des canaux de distribution très précis. Exemple récent avec la jeune marque indépendante Ressence, qui a réalisé par Mr Porter (un site de référence mondiale pour les articles de luxe) une courte série spéciale de ses montres à affichage orbito-satellitaire : les heures, les minutes et les secondes (ainsi que la réserve de marche, à 4 h) s’y affichent dans des compteurs séparés, qui tournent autour du cadran tout en tournant sur eux-mêmes pour toujours rester dans le « bon » sens de lecture. En général, quand elles sont aussi réussies que cette série en titane à cadran bleu nuit, ces éditions limitées s’arrachent en quelques heures et deviennent ensuite – du fait de leur rareté – des pièces très recherchées par les collectionneurs. Le prix lui-même est très bien étudié (17 500  euros)…

KRAYON : Le coup de bambou d’un menu plaisir solaire…

Les horlogers suisses n’en ont jamais assez et ils en rajoutent toujours : voici une marque indépendante qui vient de naître, Krayon, mais qui se permet une « complication » mécanique encore jamais tentée depuis quatre siècles qu’on fait des montres en Suisse. Il s’agissait là de pouvoir afficher l’heure exacte du lever et du coucher du soleil, où qu’on soit dans le monde. À chacun de décider, en son âme et conscience, quelle est l’utilité au poignet de cette fonction astronomique, mais la virtuosité mécanique est spectaculaire : il fallait au moins un horloger mathématicien pour calculer tous les rapports d’engrenages nécessaires à la précision de cet affichage – ce qui tombait bien puisque le créateur horloger de cette montre Everywhere est né dans une famille de mathématiciens ! Évidemment, comme toujours avec les Suisses, il faut parler d’argent : comptez 600 000 de nos euros pour prendre votre plaisir solaire chez Krayon. Comme quoi un coup de Krayon peut tourner au coup de bambou…

HYT : Que la lumière fuse !

On commence par quoi ? L’affichage des heures par un fluide coloré dans un capillaire qui court autour d’une tête de mort : pas banal ! On se passera des minutes, qu’on lire à l’estime entre les repères des heures. Plus amusant encore : les secondes qui pulsent dans l’orbite gauche du crâne, tandis que la réserve de marche s’assombrit dans l’orbite droite au fur et à mesure que passent les 65 heures de son destin sans remontage – pas triste non ! Enfin, la lumière qu’on fuser à l’envie pour illuminer de l’intérieur cette montre mécanique, grâce à un astucieux système de conversion d’une puissance purement mécanique (la rotation du poussoir à 4 h) en énergie électrique. Pas de pile, pas d’électronique dans ce dispositif lumineux totalement exclusif : deux poignées de secondes de lumière bleue pour illuminer le flot des heures dans cette tuyauterie high-tech. De l’eau pour les heures et de la lumière pour les couleurs : les nouveaux jouets de garçon du XXIe siècle peuvent tout se permettre (ne parlons pas du prix : il n’y aura de toute façon que trois pièces de cette série et elles sont probablement déjà vendues !)…

EMPORIO ARMANI : L’intelligence d’une mode connectée…

Cette montre (ci-dessous) est beaucoup plus qu’une montre de mode griffée par Armani : Shawn Mende [si vous ne connaissez pas ce chanteur n° 1 mondial, demandez à vos enfants]porte ici la nouvelle montre connectée d’Emporio Armani, qui bénéfice des dizaines de milliers d’application du système Android, tant pour devenir votre moniteur d’activités que pour écouter de la musique, découvrir la météo du jour, disposer d’alertes sur le bourdonnement des réseaux sociaux et, le cas échéant, lire l’heure sur de multiples styles de cadrans pleins de couleur. Bref, une montre de mode qui est aussi une montre intelligente – ce n’est pas un oxymore !

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !