Quand le rond dialogue avec le carré en français et quand la mécanique suisse passionne les Françaises : c’est l’actualité des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Quand le rond dialogue avec le carré en français et quand la mécanique suisse passionne les Françaises : c’est l’actualité des montres
©

Atlantic-tac

Quand le rond dialogue avec le carré en français et quand la mécanique suisse passionne les Françaises : c’est l’actualité des montres

Mais aussi le grand choc automatique au féminin, la plongeuse qui se drape dans un tissu citadin et les méchants qui vont hanter les Champs-Élysées…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

BELL & ROSS : Le chic citadin d’un coup de cœur sportif…

La nouvelle BR05 de Bell & Ross est bien la « montre de la rentrée » : il faut être pour ou contre, mais il faut avoir un avis sur cette montre qui se place volontairement au carrefour des principaux courants d’influence de l’esthétique horlogère contemporaine. Sans prétention à l’exhaustivité, on parle ici de la mode « sport chic », de la tendance néo-urbaine, du goût néo-vintage, de ces détails qui sont de vraisaccélérateurs de reconnaissance sociale ou de la réassurance morale que procure au poignet le style d’une icône du passé. Rien dans cette montre qui soit clairement disruptif ou qui n’ait été déjà vu quelque part ailleurs : les perroquets ne se privent pas de créer des correspondances – souvent plutôt flatteuses, mais parfois révélatrices d’une inculture choquante – avec telle ou telle référence du marché ou du passé. Et c’est vrai, on croira reconnaître ici un maillon métallique ; là, une lunette « carrée arrondie » avec des vis ; ailleurs, la « table » plate d’un boîtier dont les angles intègrent le bracelet ; sur le cadran, des chiffres. Rien non plus qui soit clairement étranger à l’héritage ou au patrimoine de Bell & Ross. Reste à savoir si les « emprunts » supposés, qui relèvent plus de l’inspiration ou de la réminiscence assumée, ne sont pas les notes élémentaires d’un solfège déjà largement utilisé pour écrire ailleurs de somptueuses partitions. En tout cas, on admettra que la somme de ces « citations » possède, en soi, une identité incroyablement plus forte que l’addition des parties que constitueraient ces fragments d’identité. Tout ça pour dire à quel point il faut se méfier des contempteurs de la BR05, dont le designer (Bruno Belamich, co-fondateur de la marque Bell & Ross), est un de ceux qui possèdent aujourd’hui une des plus incandescentes cultures horlogères qui soient – pas étonnant que ses « montres » témoignent de cet héritage culturel et nous rappellent vaguement « quelque chose » sans pour autant pouvoir se réduire à une source précise. Cette BR05, superbe lingot d’acier (version or disponible) dont les courbes fusionnent dialectiquement l’élan du rond et le geste du carré, sait imposer sa présence au premier regard, avec une indéniable « touche française » (Bell & Ross est une marque parisienne, même si les montres ont un berceau industriel suisse) et un art consommé de la séduction des nouvelles générations citadines, qui aiment le mélange des genres et le style sport chic qu’on mâtine des clins d’œil vintage à ne pas trop prendre au pied de la lettre. Une seule petite pointe de regret dans cette réussite : avec ses beaux volumes et son bracelet intégré à maillons métalliques, cette BR05 aurait été irrésistible sous les 4 000 euros ; elle l’est un peu moins à 4 500 euros, même si la version sur bracelet caoutchouc est maintenue à 3 990 euros, mais c’est peut-être la facture à payer pour investir dans une des futures icônes horlogères des années 2020…

CHARLIE PARIS : Le chic automatique des femmes qui aiment la mécanique…

La jeune marque indépendante française Charlie Paris s’intéresse décidément de très près à son public féminin : après leur avoir dédié un sac à main très réussi [la maroquinerie est très fréquemment l’axe de développement préféré des horlogers], voici une proposition de montre automatique Initial, en 36 mm pour ne pas paraître trop mièvre au poignet, mais avec des bracelets et des couleurs de boîtier ou de cadran qui apportent l’indispensable touche de mode.  Charlie Paris se flatte d’une fabrication française (dessin, conception, assemblage), mais le mouvement mécanique japonais permet de contenir le prix sous les 350 euros (précommandes à passer sur le site de Charlie Paris). Pour l’anecdote, savez-vous que, si le président de la République Emmanuel Macron a fait au G7 la promotion de la montre Awake, Yannick Jadot, le poil à gratter écologiste de la politique française, porte une montre Concordia signée Charlie Paris ?

CODE41 : La mécanique suisse préférées des Françaises…

Tiens, une autre proposition féminine, mais elle nous de Suisse, où la très jeune marque indépendante Code41, qui a explosé tous les records (suisses) de notoriété et de souscription sur les réseaux sociaux (trois millions d’euros levés en un mois), vient de lancer une campagne de promotion de son projet Day41 – une montre dédiée aux femmes, dans le même esprit. Si la marque Code41 a été fondée par des Suisses, elle est à présent très française, puisque 80 % de sa « communauté » féminine est française – il s’agit là des femmes qui ont donné leur avis pour co-concevoir cette montre mécanique Swiss Made, dont le mouvement sera suisse, dans un boîtier remarquablement dessiné de 37 mm. On peut suivre l’évolution de ce projet sur le site de Code41, où les prix estimés sont aux alentours de 850-1 000 euros, ce qui relève de la performance pour une montre Swiss Made.

RJ : Les méchants sans gilet jaune qui vont désoler les Champs-Élysées…

Heureusement que les jeunes horlogers ne se prennent pas au sérieux, aussi sérieux soient-ils dans leur démarche créative. C’est ainsi que l’équipe de RJ (autrefois « Romain Jerome ») s’apprête à fêter le quatre-vingtième anniversaire du « Chevalier noir » – mais si, vous savez bien, ce Batman qui a entrepris de débarrasser Gotham City de tous les méchants qui s’y ébattent. Si RJ a déjà lancé quelques montres de haute horlogerie en hommage à Batman, il était temps d’abandonner quelques cadrans à ces malfrats sans lesquels Batman perdrait toute raison d’être. Subtilement et presque subliminalement évoqués par ces montres, les infâmes Batman Villains sont donc les vedettes d’une collection Arraw qui sera exposée aux Galeries Lafayette Champs-Élysées, le temps de permettre à Batman de souffler ses quatre-vingt bougies à Paris. Pourquoi une pièce de monnaie (qui fait accessoirement figure d’aiguille des secondes) sur le cadran de la montre Two-Face, qui a été partiellement sacrifiée en hommage à ce « méchant » : auriez-vous donc oublié que ce sinistre personnage a l’habitude de tirer à pile ou face pour juger ses victimes ? Même le bracelet de la montre a une double face : lisse d’un côté, usé de l’autre…

MICHEL HERBELIN : Le tissu mondain d’une plongeuse française… 

Terminons avec l’indispensable coup de pouce à l’horlogerie française : même Emmanuel Macron en a compris la nécessité. Coup de projecteur, donc, à la maison Michel Herbelin, qui vogue désormais vers ses 75 ans, ce qui est plutôt méritoire. En 42 mm, la nouvelle Trophy s’annonce comme une montre de plongée automatique étanche à 300 m (boîtier en acier de 42 mm), avec une lunette en céramique noire et un bracelet en textile caoutchouté qui rend cette « plongeuse » très citadine. Le mouvement suisse la rend d’autant plus désirable que cette montre française – remarquez le « France » du cadran, à six heures, et découvrez qu’elle est imaginée, assemblée et réglée en France – s’annonce à 850 euros ! Là, les Suisses rigolent moins de la nouvelle horlogerie française, tellement ils ont perdu l’habitude de produire des bonnes plongeuses à ce prix-là…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !