Quand le président de la République a tort de ne pas écouter sa femme et quand la révolution est française : c’est l’actualité des montres à la fin de l’été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
L’ingénierie française est à l’honneur dans le cœur "oscillant" de l’extraordinaire nouvelle montre Defy Lab de Zenith.
L’ingénierie française est à l’honneur dans le cœur "oscillant" de l’extraordinaire nouvelle montre Defy Lab de Zenith.
©DR

Atlantic-tac

Quand le président de la République a tort de ne pas écouter sa femme et quand la révolution est française : c’est l’actualité des montres à la fin de l’été

Mais aussi les cuirs équestres qui habillent le missile californien, le rideau précieux d’un théâtre vénitien, les montres des académiciens militaires et les lumières interdites du loup des mers…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

MICHEL HERBELIN : La seule montre que devrait porter Emmanuel Macron…

Les initiées ont vite repéré que les montres portées par Brigitte Macron, la « première dame de France », étaient une production Michel Herbelin à bracelets interchangeables : autant dire que les ventes de cette marque indépendante française se portent plutôt bien ! Si Emmanuel Macron ne s’est pas mis à cette mode élyséo-herbelinienne, il a tort : la montre Inspiration 1947 aurait toute la sérénité requise pour un poignet présidentiel. Made in France pour le passeport (cette maison familiale est franc-comtoise pur jus), 40 mm d’acier pour le côté portable, 1 250 euros pour le prix raisonnable et 100 % gagnant pour l’élégance intemporelle au poignet. Seul le mouvement mécanique à remontage manuel est suisse, comme on peut le vérifier à travers le fond saphir du boîtier. Regardez attentivement l’image : cette Inspiration 1947 au verre bombé – très inspirée par les montres de l’âge d’or de l’horlogerie mécanique (années 1940-1970) – est parfaitement réversible dans le temps : vue dans le miroir, elle nargue les années. Même le « MH » de Michel Herbelin (sur le cachet) se lit « HM » à l’envers. Pour nous qui ne sommes qu’une fragile passerelle entre hier et demain, ce défi au temps qui passe, qui va et qui revient au fil des modes,est un sujet de méditation philosophique. Allez, M. le président, encore un petit effort pour trouver le bon compromis au poignet et promouvoir ainsi l’horlogerie tricolore !

HERMÈS + APPLE : Les cuirs équestres du premier horloger du monde…

Ces jours-ci, vous avez forcément entendu parler du lancement de l’Apple Watch 3, montre connectée qui a toutes les chances de devenir le standard de la carpo-révolution en cours (« révolution du poignet ») – il faut savoir qu’Apple est d’ores et déjà le « premier-horloger-du-monde », en chiffre d’affaires (près de trois fois celui de Rolex) comme en volume de montres vendues (pas loin de dix fois la quantité des Swatch achetées dans le monde) ! On ne va pas vous faire le bilan technologique de cette Apple Watch 3, mais vous signaler que la maison Hermès accompagne ce lancement de quelques délectables nouveaux bracelets, sages ou moins sages [l’un deux reprendre le dessin équestre d’un fameux carré de soie], qui ne doivent pas nous faire oublier que l’Apple Watch Hermès est une vraie montre Hermès, dotée de cadrans exclusifs pour Hermès. Certains se rassureront à la pensée de voir que ce nouveau missile qui frappe les montres suisses sous leur ligne de flottaison est habillé de cuir français par Hermès…

GIRARD-PERREGAUX : Lever de rideau sur la lagune…

Aisément reconnaissable à l’ovale de son boîtier, qui n’est pas sans évoquer la pupille d’un félin, la collection Cat’s Eye de Girard-Perregaux s’offre une somptueuse édition La Fenice, qui tire son nom du célébrissime théâtre de La Sérénissime (Venise pour les jeunes générations). Le rideau n’est pas de velours rouge, mais de diamants de taille émeraude (93 pierres pour le seul rideau), le boîtier se contentant de 168 autres diamants, toujours de taille émeraude. Au total, cette montre automatique gorgée de lumières se pare de 265 diamants qui pèsent 19,76 carats. On appréciera la délicatesse du petit nœud d’or blanc qui retient ce précieux rideau, ainsi que la marqueterie de nacre (au choix : bleue, pourpre, vert mousse, parme, marron glacé) qui pare le cadran. Pour ne pas risquer le moindre accident domestique, on ne vous confiera le prix de ce chef-d’œuvre joaillier que quand vous serez bien assis…

RALF TECH : Les montres des bizuths militaires…

Déjà douze ans d’indépendance créative pour la marque française Ralf Tech, qui a déjà dédié de nombreuses montres aux unités spéciales d’une dizaine d’armées (France, Suisse, etc.). Cette fois, Frank Huyghe s’intéresse aux élèves des grandes académies militaires (Saint-Cyr, West Point, etc.), auxquels il propose sa nouvelle collection Académie, pour une fois ronde, automatique, pas trop massive (41 mm) franchement Made in France et dessinées dans un rassurant – mais très tendance – style vintage. Les variantes de cadran des premiers modèles de la collection sont sympathiques et rassurants, y compris par leur prix (autour des 1 500 euros)…

LUMINOX : Sous le signe du loup des mers…

On remarque, sur le cadran de ce remarquable instrument de plongée,la tête de loup qui est l’emblème de l’organisation éco-activiste Sea Wolves, fondée par l’ancien nageur de combat américain Scott Cassell. Formé par les SEALs de l’US Navy aux techniques du contre-terrorisme, il met en œuvre ce savoir militaire contre les ravageurs des mers et tous ceux qui menacent les animaux marins en danger. Autant dire que cette signature sur un cadran est un gage de sérieux pour les plongeurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs. La montre automatique Scott Cassell Deep Dive est ainsi une « plongeuse » ultime, avec son boîtier de 44 mm étanche à 500 m (valve à hélium) et ses aiguilles irréprochablement lisibles dans la pénombre des grands fonds grâce à un dispositif luminescent à base de capsules de gaz (procédé LLT dont la luminosité est garantie pendant 25 ans !) qui vient doubler le SuperLumiNova des index. Le tout Swiss Made comme il se doit, mais à un prix relativement contenu puisqu’il ne vous sera réclamé qu’un peu moins de 2 000 euros pour cette montre de l’extrême – que les Français devront commander à l’étranger puisque la bureaucratie nucléaire tricolore prohibe sans explications crédibles la puissante luminescence du tritium gazeux, considéré comme inoffensif par une trentaine de forces spéciales subaquatiques sur cette planète…

ZENITH : Que la révolution soit…

Et la révolution fut. Elle fut même largement française, puisque les bonnes fées qui se sont penchées sur le berceau sont principalement françaises, même si elles opéraient sous false flag helvétique. Rappelons en deux mots que cette Zenith Lab est une vraie révolution de rupture dans l’horlogerie mécanique. Les lecteurs d’Atlantic-Tac avaient eu le privilège de sa révélation dès la mi-août dernier. Le lancement officiel a maintenant eu lieu et on en sait un peu plus sur cet « oscillateur » (en haut de la page) qui change toutes les règles du jeu : non seulement il n’est pas coûteux à produire, mais il fait de cette Defy Lab la montre la plus précise du monde et la plus résistante aux chocs, à la chaleur et au magnétisme. Guy Sémon, l’inventeur de cet « oscillateur » de nouvelle génération[la montre ne fait plus « tic-tac », mais « tic-tic-tic » à la cadence folle de 15 Hz, soit 108 000 battements par heure] est Français, de même que son équipe de R&D. La précision de la montre sera certifiée par l’Observatoire de Besançon. Et puis, après tout, Zenith est une marque bien française puisqu’elle appartient au groupe LVMH de Bernard Arnault ! La première vraie montre du XXIe siècle est donc largement franco-suisse (pour en savoir : Business Montres du 14 septembre)… Ceci dit, ne rêvez pas : la première série « expérimentale » de cette Defy Lab est déjà vendue (il fallait poser 30 000 euros sur la table pour en avoir une), mais on nous promet pour très bientôt des séries courantes qui permettront de s’offrir un tel « oscillateur » pour moins de 7 000 euros…

Lien Business Montres : http://bit.ly/2h6jjGv

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !