Les nouveaux enjeux des primaires du Parti socialiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Quel rapport de force interne à la gauche ?
Quel rapport de force interne à la gauche ?
©

« Politico Scanner »

Les nouveaux enjeux des primaires du Parti socialiste

Quelques semaines après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New-York, quelles sont les forces et faiblesses en termes d’image des deux candidats les plus solides aux primaires du PS, François Hollande et Martine Aubry ? Et le rapport de force électoral au sein de la gauche a-t-il évolué ?

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier est député de Loir-et-Cher et vice-président délégué des Républicains. Il a été professeur d'histoire-géographie, chef d'entreprise et porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Voir la bio »

Selon le dernier sondage SOFRES/La Matinale de Canal +, publié le 1er juin dernier, Martine Aubry et François Hollande partagent globalement les mêmes qualités et les mêmes faiblesses, avec toutefois une intensité différente. Ces qualités concernent avant tout des attributs personnels, que sont la détermination, la capacité à prendre des décisions, l'honnêteté et la proximité.

« Néanmoins, note l’institut, certains traits d'images sont plus notablement associés à l'une ou l'autre de ces personnalités. Martine Aubry se distingue en effet de François Hollande par une perception plus marquée de son image volontaire (75% qui l'y associent, contre 65% pour le député de Corrèze), de sa capacité à prendre des décisions (62%, contre 57%), de sa compréhension des problèmes des Français (56% contre 51%) ».

En revanche, l'ancien Premier secrétaire est relativement mieux perçu que la Maire de Lille sur une dimension de proximité plus spécifiquement humaine : 63% le voient sympathique et chaleureux (54% pour Martine Aubry).

Et la SOFRES d’ajouter : « Sur des traits d'images qui sont plus directement liés à des qualités politiques en vue de l'élection présidentielle, les Français s'interrogent plus : en effet, les deux personnalités sont nettement moins associées à la capacité de rassembler au-delà de leur camp (43% pour Martine Aubry, 39% pour François Hollande), à avoir de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France (40% vs. 35%) ou encore à être bien préparé pour la Présidence (40% et 41%) ».

Quel rapport de force interne à la gauche ?

Si François Hollande devance Martine Aubry de quelques points dans les cumuls des intentions de vote présidentielles des quinze derniers jours (27% en moyenne au premier tour de l’élection présidentielle pour le premier, 25,5% pour la seconde), ces atouts et ces failles d’image entre les deux prétendants ont-ils des conséquences sur le rapport de force interne à la gauche ?

François Hollande confirme aujourd’hui qu’il est, à quatre mois de la primaire, le candidat préféré des sympathisants de gauche dans la course à la présidentielle de 2012 selon le dernier sondage IFOP/France-Soir. Cité par 39% d’entre eux, et bien qu’en baisse de deux points par rapport à la précédente mesure (réalisée du 17 au 19 mai), l’ancien Premier secrétaire du PS devance toujours Martine Aubry (33%) et plus nettement encore Ségolène Royal (12%).

Toutefois, les potentiels électeurs à la primaire socialiste semblent aujourd’hui plus indécis qu’il y a dix jours, Martine Aubry (+5 points) rattrapant une partie de son retard sur François Hollande. Dans le même temps, Ségolène Royal progresse légèrement (+2) ; elle devance Arnaud Montebourg (5%, -2) et Manuel Valls (4%), dont les candidatures ne suscitent aujourd’hui qu’une adhésion marginale.

François Hollande reste le candidat préféré des sympathisants du PS

Par ailleurs, s’il perd 4 points auprès de cette cible, François Hollande reste le candidat préféré des sympathisants du Parti Socialiste (46%). Néanmoins, Martine Aubry progresse de 8 points auprès d’eux (35%) et devance nettement Ségolène Royal (9%), Manuel Valls (4%) et Arnaud Montebourg (3%).

Dans le détail, François Hollande s’avère le candidat préféré des hommes (45%), des personnes âgées de 65 ans et plus (50%) et des professions libérales et cadres supérieurs (41%). Martine Aubry le devance auprès des femmes (37%) et des employés (33%). Ségolène Royal fait quant à elle ses meilleurs scores auprès des jeunes de 18 à 24 ans (22%) et des ouvriers (26%).

Question : Quelle personnalité, parmi les suivantes, souhaiteriez-vous voir désignée comme candidat à l’élection présidentielle de 2012, à l’issue de la Primaire organisée par le Parti Socialiste ?

- Base : Sympathisants de gauche -

Rappel

Ensemble des sympathisants de gauche

13 au 21 janvier 2011

Rappel 

Ensemble des sympathisants de gauche

24 au 25 février 2011

Rappel

Ensemble des sympathisants de gauche

17 au 19 mai 2011

Ensemble des sympathisants de gauche

19 au 27 mai 2011

Base : 1018 personnes interrogées


(%)

(%)

(%)

(%)

• François Hollande       

20

30

41

39

• Martine Aubry   

37

30

28

33

• Ségolène Royal  

22

21

10

12

• Arnaud Montebourg           

10

9

7

5

• Manuel Valls     

7

8

4

4

- Un autre candidat (réponse non suggérée)

-

-

10

2

-  Aucun de ces candidats

(réponse non suggérée)

3

2

-

4

- Ne se prononcent pas        

1

-

-

1

 TOTAL    

100

100

100

100

Enfin, dans l’hypothèse d’un second tour, François Hollande l’emporterait face à Martine Aubry (53% contre 47%, et même 56% contre 44% auprès des sympathisants du PS), confortant ainsi la hiérarchie établie par cette dixième vague du baromètre de la primaire socialiste.

Question : et en pensant au second tour de la primaire organisée par le Parti Socialiste, quelle personnalité, parmi les deux suivantes, souhaiteriez-vous voir désignée comme candidat à l'élection présidentielle de 2012 ?


Sympathisants de gauche

Sympathisants du Parti Socialiste


(%)

(%)

• François Hollande       

53

56

• Martine Aubry             

47

44

TOTAL  

100

100

Dans le détail, François Hollande l’emporterait auprès des hommes (60%), des 18-24 ans (53%), des plus de 65 ans (61%), des classes moyennes (54%), des Franciliens (52%), des habitants du Sud-ouest (61%) et des citadins de province (55%).

A l’inverse, l’actuelle première secrétaire du PS dominerait le président du Conseil général de la Corrèze auprès des femmes (54%), des 25-34 ans (53%), des employés (53%), des ouvriers (51%), des habitants du Nord-est (51%) et ferait jeu égal chez les ruraux (50%) et les 35-49 ans.

Un duel serré en perspective dont le vainqueur pourrait, paradoxalement, sortir affaibli six mois avant l’élection présidentielle…

Guillaume Peltier pour La Lettre de l'opinion

Jérôme Fourquet pour l'IFOP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !