Pourquoi vous devriez supprimer de toute urgence la moitié de vos applis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Pourquoi vous devriez supprimer de toute urgence la moitié de vos applis
©Reuters

Minute Tech

Pourquoi vous devriez supprimer de toute urgence la moitié de vos applis

La taille des applications s'est accrue bien plus vite que les capacités de stockage des smartphones. Pour éviter que les applications ne bloquent 90% de la mémoire de vos téléphones, il est conseillé de ne conserver que celles qui sont utiles et de supprimer les autres.

Jérôme Durel

Jérôme Durel

Jérôme Durel est journaliste et responsable éditorial pour le groupe Humanoid, éditeur de FrAndroid et Numerama. 

Voir la bio »

Atlantico : La multiplication des applications et de leur utilisation a entraîné la fin de l'époque où l'on en téléchargeait plus que de raison. Pourquoi est-il tout simplement inutile de collectionner les applications comme les monstres dans Pokémon Go ?

Jérôme Durel : Pourquoi c'est inutile ? Parce qu'on ne s'en sert pas tout simplement. Et puis parce que les conserver prend très rapidement beaucoup de place. Surtout qu'aujourd'hui, le raisonnement est le même qu'avec les films, la taille des fichiers s'est accrue bien plus rapidement que la taille des disques durs. Du coup, sur un téléphone vendu avec 16 Go de stockage, si on installe 100 applications, on se retrouve bien vite avec 90% de la mémoire bloquée par ces applications.

Constatez-vous la prolifération d'applications "poubelle" inutiles ou trop éphémères ?

Je dirais que cet effet s'est calmé. Steve Jobs avait dit en 2009 ou 2010 : "on a assez de boites à prout", faisant référence à ces application qui imitait tout simplement le bruit d'une flatulence. Aujourd'hui les applications sont devenues plus justifiée et durables. Elles sont développées par de véritables équipes de marketing. Fnac, Carrefour, de nombreuses entreprises y ont recours pour se repérer dans les rayonnages, trouver des bons plans, fidéliser le client. Et les modes d'utilisation sont toujours vastes mais plus soignés.

Mais il existe des applications à usage quasi unique comme celles qu'on utilise pour un événement et qu'on oublie par la suite. Celles-ci prennent généralement peu de place, mais en cumulé finalement beaucoup. Il y a aussi celles qu'on utilise deux fois dans l'année, ou celles qu'on oublie de réutiliser, ou celle qui périme et n'est pas remise à jour ou tout simplement passe de mode.

Quelles sont alors selon vous les applications plus importantes ?

Les applications qui ont duré depuis leur création. Le plus évident ce sont les extensions des réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc.) et toutes les applications Google. Car le monde dépend de Google, et l'utilisation de leurs applications de service sont devenues presque généralisées.
Au niveau des jeux, on a su passer un cap : Candy Crush, Angry Bird ont battu des records, et on voit de plus en plus de jeux perfectionnés, comme ceux d'Ubisoft par exemple, qui concurrencent directement les jeux classiques sur consoles ou ordinateur.

Après, il y a une grande quantité d'applications qui se généralisent, type les applications de micro-comptabilité, ou les applications de santé.

Pourquoi est-ce qu'une application comme Pokémon Go fonctionne et fait oublier toutes les autres ?

Si Pokémon Go sort du lot, c'est parce que l'application parle à beaucoup de gens. Et puis, le principe est unique. C'est un jeu qui prend le contre-pied de l'image qu'on a habituellement du jeu vidéo. C'est joué en extérieur, pas incompatible avec la communication des amis et c'est un moyen de rencontre physique. En fait, ce jeu mixe le côté social et le côté ludique des passionnés des jeux vidéos. Et puis, d'un point d'un vue de marketing, il faut le reconnaître : la firme Nintendo a été très forte. Et l'exploitation démesurée qu'en ont fait tous les médias a participé au succès.

Mais ce type de jeu montre aussi le côté pervers des applications : nos batteries souffrent car, de fait, les engins ne sont pas encore adaptés à la lourdeur des nouvelles applications.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !