Pourquoi la médecine connectée est un des secteurs les plus porteurs de la French tech | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi la médecine connectée est un des secteurs les plus porteurs de la French tech
©

La minute tech

Pourquoi la médecine connectée est un des secteurs les plus porteurs de la French tech

Les grands secteurs d'activité français qui se démarquent cette année au CES 2016 sont l'IoT (les objets connectés), avec 73 start-up présentes, et la Santé, avec 19 start-up sur le salon.

Atlantico : Vous êtes la deuxième délégation française présente au CES 2016. Constatez-vous un réel engouement autour du secteur de la e-santé française ?

Vincent Daffourd, (CEO de Care Labs et membre fondateur de l’association France eHealth-Tech, qui regroupe 69 startup dans la e-santé) : oui, tout à fait. Le salon CES a ouvert il y a tout juste une heure.Nous avons déjà eu une cinquantaine de visiteurs sur le standqui montrent un fort intérêt pour les innovations dans le secteur de la e-santé, notamment françaises.

En ce qui concerne notre produit en particulier (Care Labs est émettrice du Chèque Santé®), les visiteurs américains sont très intéressés par ce qui permet d’accélérer et de faciliter l’accès aux professionnels de santé et aux remboursements. L'accès à la santé au plus grand nombre est un sujet en pleine discussion aux États-Unis. C’est d’ailleurs pour cette raison qu'il s'agit du premier pays où nous voulons nous développer à l’international, dès le premier semestre 2017. En France, notre start-up connaît déjà un grand succès avec 21 000 praticiens affiliés et plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs.

Comment expliquer cette percée de la médecine dans le secteur de la French tech ? 

D’une manière plus générale, le secteur de la e-santé française est très porteur pour quatre raisons principales :

- La première est que la France est un des pays les mieux représentés au monde en matière d’innovation.

- Selon moi, la deuxième raison de ce succès concernant la santé et le sujet du médical est la vraie valeur ajoutée de la marque France, qui est un gage de sérieux et de crédibilité aux yeux des investisseurs et des consommateurs. Ils savent à quel point les études pour obtenir son diplôme de médecin sont complexes et sélectives.

- Il est aussi devenu plus aisé d’innover en France grâce aux différentes structures d’accompagnement que sont les incubateurs, qui naissent un peu partout sur le territoire en ce moment.

- Enfin, au-delà de la e-santé et de la French tech, la santé en général est un des sujets qui préoccupent le plus les gens au monde, notamment avec le vieillissement des populations dans les pays développés. On s'intéresse autant au séquençage génétique, à la biotech et à l'accès à l’immortalité qu'à de solutions toutes simples qui permettent d’améliorer le parcours du patient en terme d’hospitalisation à domicile par exemple. En matière d’investissements et d’innovations, c’est l'enjeu mondial du siècle, et le secteur de la e-santé française en profite forcément.

En participant au CES 2016, quels sont vos objectifs ?

Nos objectifs sont simples. D’abord, avoir un maximum de visiteurs sur notre stand, notamment concernant de possibles partenariats techniques et commerciaux, et ensuite augmenter notre visibilité en vue de notre prochain développement à l’international.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !