Moyen-Orient : ces hommes qui se travestissent afin de lutter pour l'égalité des droits de la femme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
illustration de la page Facebook "Kurdish men for equality".
illustration de la page Facebook "Kurdish men for equality".
©Ilillustration page Facebook Kurdish men for equality Read more

Revue de blogs

Moyen-Orient : ces hommes qui se travestissent afin de lutter pour l'égalité des droits de la femme

Le genre ne tourmente pas que la France. Zoom sur un mouvement qui au Moyen Orient lutte politiquement pour l'égalité des droits de la femme sur les réseaux sociaux, avec, pour ces hommes qui tranchent, une tactique principale : se travestir en femme.

Pendant que deux France s'écharpent autour du genre et de son application à l'école de la République, un autre micro mouvement autour de ce thème toujours explosif fait son chemin ailleurs, au Moyen Orient et au Caucase. Cette fois-ci, il s'agit de revendiquer l'égalité des droits des femmes, et souvent des minorités, en se travestissant, c'est-à-dire en s'habillant totalement ou partiellement en femme ou en portant le hijab.

Des initiatives isolées ont  régulièrement vu le jour sur les réseaux sociaux depuis le début des printemps du monde arabe face à des lois ou des incidents qui visaient les libertés des femmes. En Egypte, dans les premiers feux de feu la révolution, de nombreux blogueurs réclamaient la "fin de l'oppression" pour les femmes et proposaient aux hommes de s'habiller en femmes pour mettre en ligne leur photo.

Un seul jeune blogueur, Majid, avait relevé le défi et publié sa photo en hijab, afin d'être solidaire. D'autant que les femmes avaient protesté : elles ne voulaient pas des hommes en hijab mais le droit de ne pas le porter.

Le vrai précurseur est l'Iran. En 2011, l'arrestation d'un étudiant condamné à être exposé vêtu en femme en public avait déclenché la toute première mobilisation marquée en ligne, où de fiers satrapes s'exposaient sur Facebook, tous sourires, en vêtements féminin et avec le voile ou le foulard.

L'Arabie Saoudite a emboîté le pas de la transgression, en 2012, quand une jeune femme a été expulsée d'un centre commercial par la police de la vertu pour avoir les ongles peints. La vidéo de l'échauffourée avait attiré plus d'un million de spectateurs et un hashtag accompagné de photos d'hommes les ongles peints par défiance et solidarité avaient surgi sur tous les réseaux sociaux saoudiens. 

Sur Facebook, le mouvement Kurdish men for equality(les hommes kurdes pour l'égalité militent politiquement contre l'oppression du gouvernement iranien) a été fondé par Masoud Fathi et Dler Kamangar, deux activistes kurdes. Il a institutionnalisé l'acte de se vêtir en femme, de se photographier et se montrer face caméra en robe, tenue traditionnelle ou faisant la vaisselle comme acte de résistance politique pour souligner à la fois l'oppression des femmes et des Kurdes par le gouvernement iranien.

Illustration de la page Facebook "Kurdish men for equality"

Les femmes kurdes sont particulièrement nombreuses dans les mouvements indépendantistes et suffisamment pugnaces pour se défendre elles-mêmes. Mais ce sont les hommes qui ont choisi cette nouvelle forme de contestation politique contre le régime "oppresseur". En avril, leur mouvement a retrouvé une nouvelle vitalité quand le pouvoir iranien a à nouveau sanctionné un homme en le contraignant à s'habiller en femme. Cette fois-ci, les travestissements ont explosé. Au point de finir par attirer l'attention de CNN. Les photos de la galerie Facebook de ce groupe sont à voir : une guerre des genres, mais souriante.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !