Moins payer pour se chauffer... c'est faisable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Revoir son isolation permet de réduire votre facture chauffage jusqu'à 60%.
Revoir son isolation permet de réduire votre facture chauffage jusqu'à 60%.
©Reuters

Atlantico Green

Moins payer pour se chauffer... c'est faisable

Les températures baissent et les factures énergétiques augmentent. Fatalité hivernale ? Pas nécessairement grâce à quelques écogestes malins ou à l'adoption de bonnes pratiques par les collectivités locales.

 Zegreenweb

Zegreenweb

Le site www.zegreenweb.com

propose chaque jour toute l'actualité du développement durable et offre une véritable boîte à outil pour un quotidien plus soucieux de la planète (écogestes, recettes de cuisine bio, guide des restos bio, espace emplois verts, covoiturage, éco-consommation, etc.)

 

Voir la bio »

Réduire sa facture de chauffage c’est finalement assez simple :

Revoir son isolation : Toiture, murs, fenêtres et sols constituent autant de passoires énergétiques dont la bonne isolation peut permettre de réduire votre facture "chauffage" jusqu’à 60%.

Adapter la température des pièces : Un degré Celsius ajouté sur votre thermostat vous coûte 7% en plus. Pas négligeable quand on sait que l’on passe le plus clair de son temps dans les pièces à vivre (salon/salle à manger) et que la chambre ou la salle de bain sont moins fréquentées. 19°C pour les premières et 17°C pour les secondes sont amplement suffisants.

Ne pas chauffer pour rien : Le seul qui profite du fait que vous chauffiez quand vous vous absentez de chez vous c’est votre fournisseur d’énergie. Gardez votre domicile à 15°C quand vous vous absentez dans la journée, la remontée à une température confortable sera rapide à votre retour

Garder l’air froid à l’extérieur : Inserts de cheminée, portes donnant vers l’extérieur ou les pièces non chauffées sont à garder fermées pour éviter toute déperdition de chaleur.

Optimiser le rendement de vos radiateurs : Comme nombre de machines, ils ont besoin d’être propres et de pouvoir "respirer" pour donner leur plein rendement. Il convient donc de les dépoussiérer régulièrement et de ne pas les couvrir ou de mettre des meubles encombrants à proximité immédiate.

Lire la suite sur Zegreenweb

Un ordi, ça vous chauffe !

Qarnot Computing, entreprise pour le moins innovante, a eu l’idée de récupérer la chaleur produite par les processeurs de nos ordinateurs pour chauffer nos habitations. Alors que nombre d’inventions visent à économiser ou récupérer l’énergie, dans un contexte de transition énergétique amorcée par le Grenelle de l’Environnement et poursuivie depuis, cette innovation est au goût du jour.

Le procédé est assez simple : les résistances électriques présentes dans les radiateurs classiques sont remplacées par des processeurs informatiques réputés pour la chaleur qu’ils produisent. L’innovation est doublement intéressante : à chauffage équivalent le système permettrait d’utiliser cinq fois moins d’énergie que dans le cas d’un radiateur classique, et les processeurs n’ont plus besoin d’être stockés dans les data centers que leurs exploitant sont obligés de climatiser pour éviter la surchauffe.

Lire la suite sur Zegreenweb

L’Alsace s’ouvre à la géothermie profonde

Le bassin rhénan se distingue sur le plan géologique par des « températures élevées à des profondeurs relativement faibles (cinquante degrés celsius à quatre cents mètres, deux cents degrés celsius à cinq mille mètres) », détaillent nos confrères de Reuters, qui rappellent également que lesdites températures « ont permis d’y mettre en service, en 2008, une centrale électrique expérimentale d’1,5 gigawatts (GW) ».

Ils ont par ailleurs couvert l’inauguration hier du chantier de la future centrale géothermique de Rittershoffen (Bas-Rhin), laquelle fournira à l’horizon 2015 vingt-quatre mégawatts (MW) thermiques vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept à l’usine Roquette Frères (NDLR : Un groupe industriel spécialisé dans la transformation des céréales) pendant une durée minimum de vingt ans. Une première mondiale qui se traduira par une économie annuelle conséquente d’environ trente-neuf mille tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) et qui constitue un formidable défi.

Lire la suite sur Zegreenweb

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !