Martine Aubry, Rachida Dati et Christiane Taubira dures à cuire, Schroder dubitatif sur le programme Hollande, députés, fonctionnaires et gaspis en série | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Martine Aubry, Rachida Dati et Christiane Taubira dures à cuire, Schroder dubitatif sur le programme Hollande, députés, fonctionnaires et gaspis en série
©

Revue de presse des hebdos

Martine Aubry, Rachida Dati et Christiane Taubira dures à cuire, Schroder dubitatif sur le programme Hollande, députés, fonctionnaires et gaspis en série

Comment gouverner ? Comment réformer ? Jean-Marc Ayrault détaille sa méthode dans l’Express, Gerhard Schroder l’ancien chancelier social démocrate allemand, devenu modèle de Nicolas Sarkozy, glisse quelques conseils à François Hollande dans le Point.

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Martine Aubry « peau de vache », Rachida Dati, une « bombe », Elizabeth II, une femme cousue d’or à la une de Challenges, et quelques liaisons supposées dangereuses, c’est le menu des hebdos qui n’oublient ni les législatives, ni la crise. Et peut-être un début d’un retournement de tendance pour DSK qui voit son contrôle judiciaire allégé : l’ex-patron du FMI est-il victime d’une dérive judiciaire ? Marianne pose la question.

Entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault, pas l’ombre d’un nuage (pour l’instant). Le Premier ministre qui se confie à l’Express, parle « d’un rapport constant, confiant et extrêmement agréable. En quelques mots nous nous comprenons ». Sa méthode : « J’impulse, je délègue, je tranche »... Un ministre est-il autorisé à twitter ? J’ai recommandé la prudence. Moi, j’ai pour le moment suspendu mon compte ». Ce n’est pas dit mais on aura compris que les membres du gouvernement sont invités à faire de même.

A la place de François Hollande, que feriez-vous ?Le Point a eu la bonne idée d’interviewer Gerhard Schroder, l’ancien chancelier social démocrate qui a réformé l’Allemagne, et qui était devenu le modèle de Nicolas Sarkozy. « Un conseil à François Hollande ? Je me garderai bien de donner des conseils. Je peux simplement dire ce que nous avons à l’époque. Nous avons rassemblé des responsables politiques, des syndicalistes, des patrons autour d’une table et nous avons commencé à dresser l’état des lieux. C’est de ces pourparlers que sont nées les fameuses mesures Hartz, la réorganisation du marché du travail et de l’allocation chômage ». Quant aux réformes des structures de l’économie française : « On ne peut pas, d’un coté financer la croissance sans introduire de l’autre des réformes structurelles. C’est d’un équilibre entre ces deux pôles que la France a besoin... Je ne crois pas cependant que l’on puisse revenir à la retraite à 60 ans... L’autre mesure qui à mon avis pose problème dans le programme de François Hollande, c’est sa proposition de créer une tranche à 75% pour les revenus supérieurs à un million d’euros. Si cette mesure est adoptée, elle va provoquer une forte évasion des capitaux ». A bon entendeur !

Christiane Taubira, sous le feu des attaques de la Droite...Le Nouvel Obs raconte les premiers pas de la Garde des Sceaux qu’ « aucun pronostiqueur n’avait donnée là », Place Vendome. « Sans figure féminine occupant un ministère régalien François Hollande a dû improviser dans l’après-midi du 15 mai, à quelques heures de la proclamation du gouvernement. Mais qui a eu l’idée de placer Taubira à la Justice ? Jean-Marc Ayrault, qui la connaît et l’apprécie... Mais en définitive, l’auteur du pari c’est bien François Hollande » qui « apprécie son talent d’oratrice, sa foi républicaine et son vécu politique... Et tant pis si la ministre, diplômée d’agronomie et d’économie n’a rien d’une juriste de formation. En politique chevronnée, Taubira est censée apprendre sur le tas...

Hollande et Ayrault ne lui facilitent pas la tâche cependant en nommant à son coté une ministre déléguée, Delphine Batho... Dès le lendemain de la photo de famille l’ambiance a dégénéré. Motif : Delphine Batho souhaitait avoir la haute main sur l’administration pénitentiaire et les services de la Protection judiciaire de la Jeunesse. « Pas question, lui a répondu, en substance Christiane Taubira ; tu es là pour me seconder... Les portes ont claqué. Et Place Vendôme, les deux ministres ne communiquent déjà plus... Voilà qui fait désordre », reconnaît l’Obs. Mais, croit savoir Sylvain Courage, l’auteur de l’article, « Un décret d’attribution est en préparation ! », madame Taubira a d’autres soucis : « La ministre a annoncé la suppression des tribunaux correctionnels pour enfants, créés sous l’ère Sarkozy afin de juger les récidivistes de 16 à 18 ans et leur infliger des peines de prison allant jusqu’à trois ans... Immédiatement les ténors de l'UMP ont ressorti de leur cartouchière l’angélisme de gauche et la culture de l’excuse, et promis une vague de crimes et délits odieux… L’affichage de cette suppression, confirmée par Jean-Marc Ayrault à trois semaines d’un scrutin qui s’annonce serré, constitue une authentique bourde politique. »

Christiane Taubira a également les honneurs de « L’Express ». La « surprise » du gouvernement Ayrault « n’a pas que des amis dans son propre camp », et Elise Karlin cite volontiers ses détracteurs qui la qualifient de « méchante et de brute ». Comme l’ensemble de la presse qui a enquêté sur le sujet, la journaliste rappelle que la ministre n’a jamais dit que « le fait de brûler des drapeaux français en signe de liesse n’est pas répréhensible ». Et de conclure « l’opposition devrait se méfier de cette femme qui n’a pas hésité à se rapprocher de ses ennemis jurés pour tenter de gagner la mairie de Cayenne. » Et pour appuyer sa thèse elle cite Bernard Tapie avec qui elle a fait liste commune en 1999 pour les élections européennes : « Elle a une volonté de fer, et des convictions qu’elle défend en se battant. La nommer à la Chancellerie quand on a, comme Hollande, fait campagne pour une justice indépendante, c’est un vrai signal... » Alors « ils peuvent toujours la taper ces cons, elle est inébranlable ! » Parole de Nanard !

Ce n’est pas en sa qualité d’ancienne Garde des Sceaux, que Rachida fait l’objet d’un long papier dans le Nouvel Obs mais parce qu’elle serait « une bombe, incontrôlable et prête à tout ». Agathe Logeart n’y va pas par quatre chemins ; elle a interrogé amis et ennemis de la Maire du VIIe et rapporte qu’ils « savent qu’elle n’a jamais dit son dernier mot et sont certains qu’elle a plus d’une manigance dans son sac ». Elle évoque ses rapports orageux avec Nicolas Sarkozy, qu’elle a réussi à rendre « fou de rage » en laissant entendre qu’elle pourrait porter plainte après avoir été accusée de colporter des rumeurs sur la vie privée du couple présidentiel... « L’Europe, elle n’en voulait et a supplié son mentor de ne pas l’y envoyer alors qu’elle élève seule sa fille ». Sarkozy, revêche : « Il y a une crèche à Strasbourg, non ? » Dati n’a rien oublié. L’histoire ne dit pas si Rachida Dati est membre de l’Association des Amis de Nicolas Sarkozy !

Martine Aubry a, elle aussi un caractère bien trempé. A-t-elle traité le premier Ministre de « naze » comme l’a affirmé le Canard Enchainé ? Marianne n’a pas la réponse mais parle de « drôle de cohabitation entre la Première secrétaire et le Premier ministre voire le président de la République. Joseph Macé-Scaron s’interroge « Pourquoi tant de dureté ? » Cherchez le père, Jacques Delors ! « Jacques Delors juge Martine Aubry mais aussi il la protège. Combien de fois a-t-il envoyé ses foudres contre François Hollande, suspect de s’être posé en héritier et d’entraver l’ascension de Martine...? Cette présence de Jacques Delors est permanente, obsédante... »

Challengess’intéresse à la fortune des rois et singulièrement à celle des souverains espagnols et britanniques. Alors que la fortune d’Elizabeth II est ancienne et bien établie, celle de Juan Carlos pose question. L’hebdo économique écrit que le souverain espagnol, dont le gendre a des soucis avec la Justice « est entouré d’une garde prétorienne. Ces fameux amis du roi, une nébuleuse d’hommes d’affaires dont les noms apparaissent souvent mêlés à des scandales financiers.... Des amitiés dangereuses qui pourraient être à l’origine de cette fortune royale dont on ignore la teneur. » Car le roi est considéré « comme l’un des atouts maîtres pour promouvoir l’image du pays dans le monde » qui « aide à tirer les marrons du feu dans certains pays » selon un ministre espagnol, et « cette activité en clair obscur a le don d’exaspérer ceux qui réclament la transparence sur les activités internationales du chef de l’Etat ».

Transparence des comptes, c’est aussi ce que réclament Marianne et Le Point. Pour Marianne il y a un autre scandale, celui des notes de frais des députés (que l’on s’apprête à élire). « Ils disposent chacun d’une indemnité de 6412 euros en plus de leur traitement personnel et du crédit permettant de rémunérer leurs collaborateurs. Cette somme est censée couvrir l’ensemble des frais afférents à leur mandat », mais ne sont tenus de fournir aucun justificatif. D’où quelques abus (voyages personnels) dont le journal reproduit les factures et réclame la fin de cet abus.

Faut que ça cesse, c’est aussi l’esprit des articles du Point, qui aime faire la chasse au gaspi et consacre de longues pages à « La France des tire-au-flan ». Dans la ligne de mire de l’hebdo, les 35h « qui profitent plus aux cadres sup' des grands groupes qu’aux smicards », les fonctionnaires aussi, pas tous car « beaucoup de fonctionnaires travaillent énormément, mais le système autorise le farniente à ceux qui ne veulent pas trop en faire. Sans risque avec parfois des avantages exorbitants du droit commun… ». Perfide, le journal rapporte une confidence de François Hollande datant... de 1999 : « En ne faisant absolument rien à la Cour des comptes, je continuerais à gagner 15 000 francs (de l’époque) par mois, 25 000 si je faisais des rapports mais sans forcément en faire énormément. Je serais un vrai privilégié, comme je l’étais avant d’être élu député ».

Patrick Bonazza se désole, parce qu’ils sont trop nombreux : « La fonction publique a de beaux jours devant elle. Nicolas Sarkozy a « allégé » la fonction publique de 150 000 agents. Mais avec François Hollande, on le sait, la règle n’aura plus cours. Et dans les collectivités locales et les hôpitaux on a pratiqué la fuite en avant. Si bien qu’au total le nombre d’agents des trois fonctions publiques (Etat, territoriale, hospitalière) est passé de 4 825 à 5 298 millions ! » Tout cela, c’est déjà vu et lu. Pour pimenter son enquête, le journal énumère toutes les catégories de planqués, les sous-préfets, le Conseil économique et social, une « sinécure pour les amis du pouvoir », en l’occurrence l’ancien, et « les ouvriers d’Etat : au nombre de 44 511, selon la Cour des comptes, employés essentiellement par la Défense (30 000), l’Equipement et l’Intérieur, qui bénéficient d’une rémunération plus élevée que celle servie aux fonctionnaires de l’Etat, ont des régimes de retraite plus avantageux »…et qui plus est, « plus de la moitié d’entre eux accomplissent des taches très peu techniques, notamment dans le bâtiment et la restauration ». Au total l’Etat leur consacre 2 milliards d’Euros. Le journal n’oublie pas les dockers marseillais qui, d’après la Cour des comptes, ne « travailleraient pas plus de 14 heures par semaine et toucheraient des salaires pouvant aller jusqu’à 4500 euros nets ».

Côté salaires une petite mention pour les tennismen. C’est Challenges qui rapporte que Roger Federer défend « les intérêts financiers des joueurs les moins bien classés. A Roland Garros le prix que touche le joueur éliminé au premier tour (18 000 euros) a progressé de 20% par rapport à 2011, cinq fois plus que la dotation du vainqueur (1, 25 million).

Liaisons dangereuses

Pas grand-chose de neuf du côté les liaisons dangereuses qui font la une du Nouvel Observateur avec photos des couples Borloo-Schoenberg, Montebourg-Pulvar et une photo très racoleuse de François Hollande embrassant sa compagne : « Femmes journalistes et Hommes politiques, les Liaisons dangereuses ». Vous les connaissez toutes et tous...  Autres liaisons dangereuses, moins connues, celles-là, entre politiques et avocats. Marianne a enquêté. Savez-vous qu’un nombre incroyable d’hommes politiques « portent la robe noire » ? Et qu’ils seront encore plus nombreux à la porter prochainement puisque « un décret du 4 avril dispense de tout examen professionnel les anciens ministres et parlementaires, pourvu qu’ils aient l’équivalent d’une maîtrise de droit et au moins huit ans d’expérience dans l’élaboration de la loi ».

Connaissez vous Maria ?

Maria, c’est le surnom donné à la « gorge profonde » du Vatican, dont les révélations sont publiées par le journaliste italien Gianluigi Nuzzi dans un livre intitulé « Sa sainteté, les documents secrets du pape », provoquent une tempête au Vatican et ont déjà conduit à plusieurs arrestations. Maria, ce n’est pas une femme, mais « nous sommes un groupe de personnes qui vivons et travaillons au Vatican... nous nourrissons les mêmes doutes devant les injustices et les mensonges auxquels nous assistons. Nous pensons que les documents que nous publions permettront à Benoit XVI d’accélérer son œuvre de réformes ». C’est ce qu’on peut lire en préambule de l’ouvrage qui met le feu.

A quoi pense Valérie Pécresse ?

De la suite dans idées, Valérie Pécresse en a. Le Nouvel Obs raconte que « Valérie Pécresse est dans les starting-blocks. Il n’a pas échappé à l’ancienne ministre du Budget que la présidence de la Commission des finances de l’Assemblée nationale était désormais réservée à l’opposition, comme le veut le règlement modifié à l’initiative de Nicolas Sarkozy. La présidente de la fédération UMP des Yvelines vise le poste… et mise donc sur la défaite de son parti aux législatives. Son silence dans le duel Copé-Fillon pourrait l’avantager. Elle remplacerait ainsi Jérôme Cahuzac, qui lui a succédé… au Budget… »

Maman bobo !

Dans le Point, le professeur Alain Carpentier, chirurgien cardiaque mondialement connu, présente Carmat, un cœur artificiel qui pèse 860 grammes et qu’il sera bientôt possible d’implanter dans le corps humain… Le médecin chercheur a bénéficié de l’appui technologique des ingénieurs de Matra qui l’ont aidé à finaliser cette prothèse composée de plastique et de matériaux biologiques, et qui est actuellement en cours d’homologation.

L’Express consacre sa couverture et une longue enquête au mal de dos, les traitements qui marchent pour ne plus en avoir « plein le dos » ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !