Marine Le Pen sacrifiée (?), Sarkozy "triangulateur", Hollande Angotisé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marine Le Pen sacrifiée (?), Sarkozy "triangulateur", Hollande Angotisé
©

Revue de presse des hebdos

Marine Le Pen sacrifiée (?), Sarkozy "triangulateur", Hollande Angotisé

Sacrifiée à l’autel de l’UMP, la bleu Marine ? A voir. A voir, aussi : la politique de “ triangulation ” du candidat “ présumé ” mais imminent, Nicolas Sarkozy, et le portrait “ embarqué ” de Hollande par Christine Angot. Coton, la semaine !

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Ca en fait du remous, cette histoire de signatures… A l’exception de “ L’Express ” qui, étrangement, préfère donner dans la “ call-girl ” (no comment), tous vos hebdos se penchent, cette semaine, sur le cas Marine Le Pen. “ Plus on approche de la date de dépôt des 500 parrainages pour la candidature à la présidence de la République, écrit Ghislaine Ottenheimer dans “ Challenges ”, plus on se rapproche d’une catastrophe annoncée. Marine Le Pen pourrait effectivement ne pas avoir les signatures requises. Et donc ne pas être candidate. Ce serait évidemment un tsunami politique. Mais comment l’éviter ? Une règle est une règle, même si elle est injuste. (…) On ne peut pas changer la loi à quelques semaines du scrutin. (…) Au final, cela risque d’accroître la défiance populaire ”. Et, vu l’ambiance, c’est pas forcément le but du jeu, hmm.

“ Les difficultés lepénistes ne sont pas pure propagande ” (“ L’Obs ”)

“ Peut-on se passer de Marine Le Pen ? ”, s’interroge “ Le Nouvel Observateur ”. A cette question, franche et directe, “ les porte-parole de l’UMP et du PS s’en tirent par une (…) pirouette, note en coin l’hebdo. La victimisation lepéniste est un classique du genre ! A chaque fois, c’est le même refrain : le FN crie au loup ; les esprits s’enflamment ; et puis, à l’heure des comptes, on découvre que son candidat a réussi à réunir les signatures qui lui faisaient, paraît-il, défaut. Il suffit pourtant de tendre un peu l’oreille pour mesurer les limites de ce raisonnement. Entre ceux qui hier voulaient “ se battre ” pour qualifier le Front (Nicolas Sarkozy, ndlr) et ceux qui aujourd’hui haussent les épaules (le PS, ndlr), il y a tous ceux qui, en privé, avouent leur désarroi après avoir vérifié sur le terrain que les difficultés lepénistes ne sont pas pure propagande ”. Et c’est “ L’Obs ” qui le dit.

“ S’ils apprennent ça, je me fais flinguer ”

Comme “ VSD ”, parti recueillir le témoignage d’un maire du Gard qui vit “ l’enfer ” depuis “ qu’il a annoncé sa signature pour Le Pen ”, “ Le Nouvel Obs ” est allé, justement, sur le terrain. Plus précisément dans l’Yonne qui, “ traditionnellement, figure dans le peloton de tête des gros fournisseurs de signatures. “ Ici, même un hérisson ferait 30 % pour le FN aux élections ” ”, explique Richard Jacob. Vieux routier de la chasse aux signatures (“ il chassait déjà pour le père en 2002 et 2007 ”, précise le mag), le frontiste s’y casse aujourd’hui les dents. L’hebdomadaire, qui l’a accompagné dans sa “ maraude ”, raconte l’entretien de Jacob avec “ le maire de Mouffy, village de 120 âmes dans la campagne d’Auxerre : si la candidate frontiste ne pouvait pas concourir, “ ce ne serait pas le reflet de la démocratie. Si les parrainages étaient anonymes, elles les aurait depuis longtemps ! ” Pourtant, il ne veut pas signer. Ni pour elle ni pour personne. D’abord, parce qu’un de ses prédécesseurs l’avait fait pour le père Le Pen, “ le journal en avait parlé et on le lui avait reproché ”. Ensuite, parce qu’il ne veut pas d’ennuis avec son conseil municipal : “ Les gens de droite comprendraient, mais j’ai aussi des bons socialos, s’ils apprennent ça, je me fais flinguer ” ”.

“ Les maires ne subissent pas de pressions du PS ou de l’UMP, contrairement à ce qu’affirme Marine ”

Scoop ? Pour le chasseur de signatures FN, poursuit le journal, “ les maires ne subissent pas de pressions du “ système ”, du PS ou de l’UMP, contrairement à ce qu’affirme “ Marine ”. “ Ils se font peur tout seuls. C’est la crise, tout le monde a la trouille de tout ” ”. Neutres, respectueux, les “ partis du système ” ? D’après “ L’Obs ”, ils seraient surtout mal à l’aise. “ A gauche, développe le news, le PS, grand pourvoyeur de parrains potentiels, reste traumatisé par l’accusation portée contre lui d’avoir longtemps joué avec la menace FN, du temps de Mitterrand. La ligne est désormais de réserver les signatures socialistes au seul candidat du parti. Fini les expérimentations plus ou moins hasardeuses. Hollande l’a confié l’autre jour à l’un de ses proches : “ On a été obligés de défiler en 2002 pour barrer la route à Le Pen au second tour de la présidentielle. On ne va quand même pas défiler aujourd’hui pour ouvrir à sa fille le chemin du premier ? ” ”

Le sondage Ifop/ “ JDD ”, manière de rebattre les cartes (de l’Elysée) ?

“ Pour la droite sarkozyste, continue l’hebdo, la difficulté est encore plus grande. Elle tient au contexte de l’actuelle campagne. Pour sauver le soldat Sarkozy, alors que les sondages sont désespérément plats et stables, une seule solution : bouleverser l’offre, rebattre les cartes. Bref, donner au premier tour un visage inattendu dès lors que la pièce lepéniste a été retirée. Pour que cette démonstration s’impose, il suffisait d’un sondage : celui de l’Ifop, publié par le “ JDD ”, est arrivé à point nommé. Sans Le Pen, Sarkozy et Hollande seraient, paraît-il, au coude à coude le 22 avril prochain : 33 % chacun ! Cette remise à niveau, toutefois, ne changerait pas grand-chose au tour décisif. C’est toute la limite du raisonnement des artificiers de l’Elysée. On peut toujours écarter la candidate du Front, mais, par définition, il est impossible de dissoudre le petit peuple lepéniste, et surtout de lui dicter son vote dès lors qu’il serait orphelin ! ” On en revient à la phrase de Ghislaine Ottenheimer : “ Au final, on (court le) risque d’accroître la défiance populaire ”…

Nicolas Sarkozy triangule

Mauvais calcul, “ l’élimination ” de Marine Le Pen ? D’après “ Le Point ”, Nicolas Sarkozy, en tout cas, “ compte monter en puissance sur les thèmes traditionnels un peu délaissés par Marine Le Pen, comme l’immigration et l’insécurité. Le vrai-faux candidat va tonner contre le vote des étrangers et s’élever en rempart contre le communautarisme. “ Cela permettra, pense le jeune sénateur Christophe Béchu, d’attirer les voix de Marine Le Pen au second tour ”. En termes savants, cela s’appelle de la triangulation : on prend les thèmes de l’adversaire pour mieux l’étouffer. “ La clé de l’élection réside dans le report de voix au second tour, affirme Brice Hortefeux. En 2007, 7 voix sur 10 de Jean-Marie Le Pen s’étaient reportées sur Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, les sondages indiquent qu’il n’y en a que 4 sur 10 ” ”. Un pari risqué… mais apparemment réfléchi. Le magazine le précise en effet : “ Le président a évolué sur le sujet. Au début de janvier, il estimait important que Marine Le Pen soit candidate pour contrer la montée de François Bayrou. Aujourd’hui, il serait plutôt soulagé si elle ne pouvait pas se présenter ”.

Le PS pas inquiet

Et François Hollande, dans tout ça ? “ A gauche, poursuit “ Le Point ”, on estime qu’il y a peu de risques que cela change le résultat final. “ Le second tour donnerait exactement la même chose, affirme Gérard Le Gall, politologue proche de François Hollande. Et si Nicolas Sarkozy devait gagner, il aurait intérêt à le faire de manière clean ”. Le Conseil constitutionnel, conclut le news, aidera à trancher la question en décidant avant le 22 février si la loi organique sur les parrainages est compatible avec notre loi fondamentale ”. Tic tac, tic tac…

Hollande par Angot

Et tandis que, tranquillement, on s’achemine vers “ une catastrophe annoncée ”, qu’on “ calcule ”, hausse les épaules ou les sourcils pour marquer son “ impuissance ”, Christine Angot cogite. Observe. Et écrit. Il y a cinq ans, Yasmina Reza “ s’embarquait ” dans la campagne de Sarkozy, elle, a choisi Hollande. Et le raconte, gratis, ou presque, non pas dans un livre, mais dans “ Le Point ”. Extrait : “ Mai 68, il y a des grèves, des manifs, les enfants quittent l’école plus tôt pour se mettre en sécurité, (François Hollande) a 13 ans, sa mère vient le chercher, elle lui a apporté un croissant, elle ne le fait jamais d’habitude, ce croissant-là sera peut-être le dernier, en tout cas, c’est la protection qu’elle essaie de lui apporter. Il voit bien qu’il se passe quelque chose. Il est dans une école privée, les profs de son école défilent dans la rue, eux d’habitude si rangés. Que se passe-t-il ? A quoi correspond ce changement d’habitudes ? Il a 13 ans, il voit que les gens ne sont pas enfermés dans leur définition, ils ne sont pas comme il le pensait. Le croissant de sa mère, les profs qui défilent, les voitures qui n’ont plus d’essence, sous les pavés, est-ce qu’il y avait la plage, en tout cas il y avait autre chose que ce qu’on voyait ”. François, rassure-nous, ce papier, tu ne l’as pas commandé ? Parce que pour parler aux “ classes populaires ” chères à la bleu Marine, comme aux autres, d'ailleurs, ben, ça le fait définitivement pas. D'accord, on n'est pas fringant, plein d'allant, mais on n'est pas non plus, pour autant, prêt à avaler n'importe quoi. Est-ce pas ?

A lire, encore

Scoop (sourires) ! La déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy est “ imminente ”. D’après “ Le Point ”, le “ candidat présumé ” a d’ores et déjà réservé “ une dizaine de salles à Paris et dans plusieurs grandes villes ”. Plus précis, “ Challenges ” annonce de son côté que le président “ envisage d’accélérer sa campagne autour du 20 février, avec un mégameeting au Stade de France de 80 000 personnes, pour montrer qu’il ne joue pas dans la même catégorie que Hollande ”.

En bref : Arnaud Montebourg a lancé son mouvement, “ Rose-Réséda ” (“ Les Inrocks ”) ; Eva Joly a laissé tomber les lunettes pour paraître moins "hautaine" ("Le Point") ; après moult démentis, Abel Ferrara tournera, finalement, un film inspiré de l’affaire DSK avec Gérard Depardieu et Isabelle Adjani dans les premiers rôles (“ VSD ”).

En vrac, sinon, dans “ Le Point ”, “ El Assad joue la guerre civile ” ; “ La vie sans nucléaire ”, sur le “ sevrage brutal ” du Japon ; “ La dérangeante affaire de la gifle de Cousolre ” ; “ Nounous noires, bébés blancs ”, à propos du livre “ Qui gardera nos enfants ? ” de Caroline Bos (Flammarion) et “ Facebook : le casse du siècle ”.

Dans “ L’Express ” : “ Hulot : Finies les vacances ” ; “ Gîtes ruraux : l’affaire corse ” sur l’affaire de détournement de fonds publics à laquelle serait mêlé l’ex-président de Haute-Corse, Paul Giacobbi ; “ Nigeria : la bombe Boho Haram ” et le bilan “ Free : un mois de coûts bas ”.

Dans “ Le Nouvel Obs ”, “ Anne Lauvergeon : la femme à abattre ” ; les extraits du livre “ François Duprat, l’homme qui inventa le Front National ” de Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard (Denoël) — un peu décevants, mais l’ouvrage l’est peut-être moins ( ?) ; “ Elections US : les machines à gagner ”, “ Egypte : ils achevaient même les blessés ” ; “ Vos données valent de l’or ” sur “ l’avènement du “ me marketing ” ” consacré par l’entrée en bourse de Facebook ; “ René Ricol, le démineur de Sarkozy ”, qui a refusé de diriger sa campagne et “ Le porno n’est plus ce qu’il était ” ou comment les sites porno ont tué le “ commerce traditionnel ” sans pour autant tuer le marché, qui se porte bien, merci.

Dans “ Challenges ”, “ François Pinault intime ” ; “ URAMIN : le roman noir d’Areva ” ; “ Louis Vuitton va changer de maître de maison ” ; “ Les salariés chinois ont bien changé ” et “ Comment gouverne… Thierry Ehrmann, électron libre d’Art Price ”.

Dans “ VSD ”, “ Messieurs les censeurs, bonjour ! ” à propos du retrait des affiches du film “ Les infidèles ” avec Jean Dujardin et “ Egypte : les martyrs du stade ” sur les supporters de foot Ultras Ahlawi pris pour cibles au stade de Port-Saïd.

Dans “ Les Inrocks ”, l’enquête “ Mon nom est Anonymous ” sur le mouvement du même nom ; “ Rififi à la cour des comptes ” sur les raisons du pourquoi de la manifestation organisée jeudi 9, aujourd’hui !, “ pour sauver le principal instrument de contrôle des finances publiques locales ” ; “ Newt Gingrich : affreux, sale et méchant ” et “ Pluie de Qatar sur le sport français ”.

Côté dossiers, outre le spécial “ call-girls ” de “ L’Express ” (on a dit : “ no comment ”), “ Le Nouvel Obs ” propose un sujet assez prenant, bien documenté et plutôt drôle, sur la mémoire. “ Le Point ”, quant à lui, donne dans “ l’innovation ” à l’occasion du Futurapolis de Toulouse, le 11 février et offre en sus un “ Tendances évasion ” au Liban. S’évader, s’évader, on en rêve, mais est-ce bien raisonnable ?

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !