LR : Jacob ne veut pas débattre avec ses opposants; PMA : Marine Le Pen hésite entre vote contre et abstention; Villani le danger de ceux qui n'ont rien à perdre; Patrick Buisson étrillé par le livre de son fils; Piketty en guerre contre les milliardaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
LR : Jacob ne veut pas débattre avec ses opposants; PMA : Marine Le Pen hésite entre vote contre et abstention; Villani le danger de ceux qui n'ont rien à perdre; Patrick Buisson étrillé par le livre de son fils; Piketty en guerre contre les milliardaires
©

Revue des hebdos

LR : Jacob ne veut pas débattre avec ses opposants; PMA : Marine Le Pen hésite entre vote contre et abstention; Villani le danger de ceux qui n'ont rien à perdre; Patrick Buisson étrillé par le livre de son fils; Piketty en guerre contre les milliardaires

Et aussi : Tony Blair et la "position idéale" de son pays dans l'UE

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Christian Jacob ne veut pas débattre avec ses concurrents

Le patron des députés LR Christian Jacob a redit à Philippe Juvin, président de la fédération des Hauts-de- Seine qu'il ne veut pas débattre avec ses concurrents pour l’élection à la présidence des Républicains (LR). Ce dernier voulait un débat devant les militants locaux  début octobre. Guillaume Larrivé et Julien Aubert étaient accord, mais Jacob est resté inflexible. Il est favorable à davantage d’échanges démocratiques... après son élection selon L'Express.

PMA : Marine Le Pen hésite

Face à la loi autorisant la PMA pour les couples de femmes lors du débat à l'Assemblée nationale en septembre "Les députés Bruno Bilde et Ludovic Pajot" voudraient que Marine le Pen s'abstienne, tandis que Sébastien Chenu, comme le député européen Philippe Olivier plaident en faveur d'un votre contre.

Paris : Villani n'a rien à perdre

Municipales à Paris Villani s'est déclaré candidat, a-t-il à perdre dans cette histoire ? s'interroge l'Express « Je ne suis pas dans la posture de quelqu’un qui a fait toute sa carrière dans la politimais qu'ue et qui, s’il s’engage dans une démarche audacieuse, risque de tout perdre, répond le mathématicien. Si ça ne marche pas, je ne me demanderai pas comment sauver ma carrière en avalant une couleuvre ou en faisant un deal. »

Le livre corrosif du fils de Patrick Buisson sur son père

Patrick Buisson aurait tenté de faire croire que la parution du livre de son fils, relevait d'un complot contre lui raconte Georges Buisson au Point qui en publie des extraits (6 pages au total) : " Inquiet de la parution de mon livre, il avait essayé de disqualifier ma démarche en répandant le bruit selon lequel je ne faisais qu'exécuter une commande vengeresse passée par Carla Bruni au grand-père de son fils, Jean-Paul Enthoven [éditeur chez Grasset, NDLR]. Quelques organes de presse complaisants s'étaient fait l'écho d'un rendez-vous - totalement imaginaire - que j'aurais eu avec Nicolas Sarkozy à cette fin, dans ses bureaux de la rue de Miromesnil." 

Georges raconte que son père l'aurait frappé et lui aurait cassé le nez car il voulait rejoindre son amoureuse au lieu de rester avec son père. Et, selon Le Point qui l'a lu Dans « L'Ennemi », sous-titré "Le secret le mieux gardé de l'extrême-droite", "Georges Buisson livre un portrait terrifiant de son père, mais aussi un récit inédit du quinquennat de Nicolas Sarkozy".

Au delà d'anecdotes sur la vie familiale, le livre révèle une partie de la vie de l'extrême-droite.

Piketty veut supprimer les milliardaires

Après « Capital au XXIe siècle », en 2013, « Capital et Idéologie » le deuxième livre de  Thomas Piketty, (ancien conseiller de Ségolène Royal lors de la campagne électorale présidentielle de 2007) sort le 12 septembre aux éditions du Seuil. (10 pages dans l'Obs)

Thomas Piketty veut lutter contre les inégalités. Et parmi les solutions qu'il propose il y a la fin des milliardaires : " Le système que je propose permet de posséder plusieurs millions d’euros, voire plusieurs dizaines de millions, au moins un certain temps. Par contre, ceux qui possèdent plusieurs centaines de millions d’euros ou plusieurs milliards devront effectivement partager le pouvoir avec les nouveaux actionnaires, qui pourraient être notamment les salariés. Alors non, il n’y aura plus de milliardaires. Mais comment peut-on soutenir que leur existence soit nécessaire à l’intérêt général ? L’affirmation selon laquelle l’émergence des milliardaires aurait permis de booster la croissance est tout simplement fausse !"

Piketty propose aussi un impôt annuel et progressif sur le patrimoine : " Le taux monterait progressivement, passant à 5 % à partir de 2 millions d’euros, à 60 % au-dessus de 200 millions et 90 % au-delà de 2 milliards."

Et enfin, Piketty voudrait un « héritage pour tous » : "à 25 ans, toutes les personnes recevraient un capital de 120 000 euros, ce qui représente 60 % du patrimoine moyen en France". Cela pourrait servir à acheter son logement" dit-il.

Les rapports de Zemmour avec Marion Maréchal

"J'aime beaucoup Marion, c'est une amie, elle est intelligente, mais je ne suis le conseiller de quiconque" déclare Eric Zemmour au Point qui consacre deux pages à leurs rapports. "Le problème, c'est qu'il y a deux crocodiles dans le même marigot" explique Arnaud Stephan, l'ancien conseiller de Marion Maréchal.

Toujours selon le Point, au cours d'un déjeuner Zemmour se serait réconcilié avec Marine Le Pen qu'il avait sévèrement critiquée après l'élection présidentielle, mais il la juge "toujours incapable de conquérir le pouvoir."

Républicains : Larrivé pour la fin du droit du sol

La proposition de remettre en question le droit du sol par n’est pas une nouveauté  pour Guillaume Larrivé, candidat à la présidence des Républicains, et député de l’Yonne l'Express souligne que c’est la quatrième fois depuis 2013 qu'il propose de modifier le code de la nationalité. "Ce que je prône n’est pas très différent de ce que disait Valéry Giscard d’Estaing, en 1991"

G7 : le patron des CRS protégeant les officiels était en vacances

Le patron de la CRS1, la compagnie spécialiste de la protection des délégations officielles et des personnalités n'était pas à Biarritz pour superviser ses hommes. Il n’avait rien trouvé mieux que de poser ses congés en cette fin d’été, malgré cette conférence à haut risque. Selon L'Express, au ministère "à Beauvau, les murs ont tremblé lorsque son absence a été constatée".

France : Disney + face à Netflix au printemps 2020

 Les Français devront patienter pour découvrir Disney +, qui espère rivaliser avec Netflix  :"Afin d’attirer rapidement des dizaines de millions de clients, Disney + se fixe pour ambition de proposer 500 films et 7000 épisodes accessibles à tout moment sur – presque – tous les appareils : consoles de jeux, smartphones, tablettes, ordinateurs... Les Etats-Unis, le Canada et les Pays-Bas seront les trois pays tests. L’Australie et la Nouvelle-Zélande suivront avant la fin novembre. Le débarquement dans Hexagone, lui, ne se fera qu’au premier semestre 2020, sans doute au printemps." estime l'Express.

La Française des Jeux une entreprise pas comme les autres

"C’est Nicolas Sarkozy qui, le premier, en 2008, avait lancé l’idée d’une privatisation de l’entreprise nationalisée sous Giscard... avant de se raviser, sur les conseils de son ministre du Budget, Eric Woerth" rappelle l'Express qui souligne :  "la FDJ n’est pas une entreprise comme les autres. Deuxième loterie européenne – et quatrième au niveau mondial – avec 15,8 milliards d’euros de mises en 2018, elle a contribué à hauteur de 3,5 milliards d’euros aux finances publiques, via les différentes taxes sur les jeux, pour une centaine de millions d’euros de dividendes versés à son actionnaire principal, l’Etat.

Bern en colère contre la taxe sur le Loto du Patrimoine

Stéphane Bern peste contre l'attitude plus qu'ambigue des députés face au Loto du Patrimoine : "En France, il y a une taxe sur les jeux d’argent. Mais le Loto du patrimoine n’en est pas un ! L’État ne va quand même pas nous faire les poches ! Voilà ce que je ne comprends pas en France: on reprend d’un côté ce qu’on nous donne de l’autre. Je croyais qu’on allait vers plus de fluidité et de simplication... Par trois fois les sénateurs ont  voté contre la taxation de ce jeu philanthropique. Par trois fois les députés ont infirmé leur vote. Comment ces gens peuvent-ils ensuite demander nos suffrages? J’ai pris la liste de ces députés et je les ai appelés. Je leur ai dit: « Comment osez- vous me solliciter en permanence pour les monu-ments de votre circonscription alors que, quand je vous demande d’abroger une taxe sur le Loto du patrimoine, vous n’êtes pas là? » déclare Bernà Valeurs Actuelles qui lui consacre sa Une.

Homophobie et football

"Mises en œuvre depuis cet été, les décisions d’interrompre des matchs de football en cas de cris ou de banderoles jugés homophobes ne viennent pas de nulle part. Si la Ligue de football professionnel (LFP) affiche une sévérité nouvelle, c’est que le gouvernement exerce depuis plusieurs mois une pression sur ce sujet." Marianne semble critique face à ces décisions : "Du côté de la LFP et de sa tutelle, la Fédération française de football,règne une certaine confusion. D’autant que la règle de l’interruption souffre d’une application à géométrie variable. Avec des situations parfois ubuesques, comme ce match Metz-PSG arrêté pour une banderole parodiant Balance ton quoi, la chanson d’Angèle : « PSG, LFP, laisse-moi te chanter d’aller te faire en... Je passerai pas à la TV parce que mes mots sont pas très gais. » La subtilité semble avoir échappé aux instances du football français."

GB : Tony Blair et la "position idéale" de son pays dans l'UE

"Si le maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE s’imposait lors d’un second référendum, que faudra-t-il changer dans cette relation?" demande l'Express à Tony Blair. Réponse originale de l'ancien Premier ministre britannique :" L’ironie de la situation, c’est que la Grande-Bretagne possède déjà une position idéale. Nous ne faisons pas partie de Schengen, afin de pouvoir effectuer nos propres choix en matière d’immigration, ni de la zone euro, afin de conserver notre souveraineté monétaire. En cas de nouveau référendum, l’UE doit comprendre que la plupart des angoisses britanniques exprimées en juin 2016 sont partagées par les Européens. Les inquiétudes concernant la libre circulation des personnes existent en France et en Allemagne. A titre personnel, j’estime que l’immigration a été le principal moteur du résultat du référendum de 2016."

Woody Allen envers et contre tous

Son dernier film est boudé aux Etats-Unis, et Amazon a cassé le contrat qui le liait au réalisateur, face aux accusations d'abus sexuels qui ont ressurgi contre Woody Allen.  Ce dernier a engagé une procédure contre Amazon à qui il réclame plusieurs millions de dollars. Mais le cinéaste ne se considère pas blacklisté, comme il l'explique dans un entretien (5 pages). "Je continue à faire des films, tandis que d'autre personnes blacklistées, elles, ne peuvent plus travailler : elles vont en prison ou se suicident." Allusion à Harvey Weinstein et Jeffrey Epstein ?

Le Point aime les vins

L'hebdo est très épais cette semaine avec un "Spécial Vins" avec un gros supplément de 224 pages, une tradition annuelle du Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !