Le risque de sortie de la Grande-Bretagne de l'UE diminue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le risque de sortie de la Grande-Bretagne de l'UE diminue
©

Revue d'analyses financières

Le risque de sortie de la Grande-Bretagne de l'UE diminue

Barack Obama dans son discours prononcé la semaine dernière à Londres a expliqué que si la Grande Bretagne quittait l'Union Européenne, elle pourrait faire la queue pour obtenir des arrangements tarifaires en matière d'accords commerciaux.

Jean-Jacques Netter

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio »

C'est le Brexit, qui après l'effondrement du prix du pétrole, était considéré comme la prochaine catastrophe  qui pourrait déstabiliser les marchés. Barack Obama dans son discours prononcé la semaine dernière à Londres a expliqué que si la Grande Bretagne quittait l'Union Européenne, elle pourrait faire la queue pour obtenir des arrangements tarifaires en matière d'accords commerciaux. En réaction aux propos du Président des Etats-Unis, Boris Johnson, maire de Londres a tenu des propos très maladroits sur les origines kényanes du président américain, qui ne pouvait, a-t-il dit, que le conduire à détester l'ex Empire britannique colonisateur… Cela a eu un effet désastreux sur les paris enregistrés par les bookmakers londoniens. Il n'y avait plus que 20% de chances que le Brexit soit voté par les électeurs britanniques. Immédiatement la Livre Sterling a rebondi à 1,45 USD.

Avant le référendum qui aura lieu le 23 juin, on enregistrait une baisse des ventes de détail en mars qui traduisait le ralentissement de l'économie à la veille du référendum sur le Brexit.

Les sociétés britanniques qui exportent sur le continent européen seraient les premières bénéficiaires d'un maintien de la Grande Bretagne dans l'Union Européenne. Celles que l'on peut  retenir sont :

Shanks Group (74% du CA réalisé en Europe Continantale), Man Group (66%), Thomas Cook Group (65%), Vodafone (58%), Bodycote (57%), Computacenter  (54%), Sthree (43%), Kingfisher (40%), Imperial Tobacco (40%), WPP (34%).

En Allemagne, les perspectives à l'exportation sont sombres essentiellement en raison de l'issue incertaine du référendum sur le Brexit. En Italie, les carnets de commande de l'industrie sont en hausse de 3,8% sur un an. En Grèce, le déficit courant s'est encore aggravé sur la base des chiffres de févriers. On enregistre une chute parallèle des exportations et des importations. C'est le retour du risque grec...

En Europe la croissance baisse mais la confiance repart

En Europe, une des rares bonnes nouvelles est que le secteur de la construction repart en Allemagne et en Espagne mais ne bouge toujours pas en France.

Si l'on veut que l'immobilier reparte, il faudra un jour cesser de tirer sur les propriétaires. Depuis sa nomination les gouvernements de François Hollande ont concentré un tir nourri de mesures sur les propriétaires de biens locatifs en multipliant les contraintes. Les investisseurs privés après les investisseurs institutionnels  ont donc déserté le marché de l'immobilier locatif résidentiel.

La croissance dans la zone Euro est en baisse pour le quatrième mois consécutif. Les résultats des sociétés qui ont été annoncés sont sensiblement en dessous de ce qui était attendu.

En revanche, la confiance des consommateurs européens s'est inversée à la hausse pour la première fois depuis mars 2015. C'est pour cette raison que les sociétés de recrutement sont privilégiées par les gérants qui estiment que les recrutements vont augmenter dans les prochains mois. Leurs valeurs préférées sont parmi les grandes sociétés : Adecco, Randstad, Hays, MPI, Shtree et parmi les sociétés de plus petite taille :  Synergie, Groupe CRIT, DLSI.

Aux Etats-Unis, la croissance est faible mais le marché au plus haut

Aux Etats-Unis, les mises en chantier de maisons sont en baisse en raison du resserrement des conditions de crédit. En revanche les ventes de maisons existantes continuent sur leur lancée. Les enquêtes sur les perspectives des industriels américains  sont bien plus mauvaises qu'attendu. Leur compétitivité a été mise à mal par la bonne tenue du dollar.

Tout cela confirme que la croissance américaine n'est pas vigoureuse, la progression des résultats publiés par les sociétés est dans l'ensemble mitigée.

Le marché américain est pratiquement au plus haut depuis 21 ans. Cela ne semble pas encore le moment de sortir complètement du marché américain.

Le marché devrait sous performer pendant la campagne électorale.

Pour garder une exposition au marché américain Il faudrait se replier sur les valeurs qui offrent un rendement convenable (proche de 3%) encore une progression des dividendes un peu supérieure à 10% et un P/E en dessous de 15. Voilà une sélection  des valeurs plus intéressantes qui correspondent à ces critères :

Consommation : Best Buy, Interpublic, Wyndham, Pulte Group, Archer Daniel Midlands, Hershey, Coca Cola, Mead Johnson Nutrition; Energie : Valero Energy, Marathon Petroleum ; Financières : Ameriprise Financial, Morgan Stanley, Legg Mason, Discover Financial ; Santé : AbbVie, Pfizer, Amgen, Abott Laboratories ; Industrielles : Cummins, Boeing, Lockheed Martin, Honeywell, Ingersoll Rand ; Technologie : Qualcomm, Cisco Systems, IBM, Symantec, Analog Devices, Corning, Texas Instruments, Microsoft, Motorola Solutions ; Matériaux : International Paper, Eastman Chemical ; Télécommunications : Verizon Communications.

Au Japon l'excédent du commerce extérieur progresse alors que le yen monte.

C'est le moment de s'intéresser de nouveau au Japon. Le thème le plus intéressant est celui des sociétés japonaises exposées au tourisme chinois. Parmi ces valeurs on peut retenir :

Kose (cosmétiques), FujiFilm  (plus pour ses nouveaux cosmétiques que pour ses films), Seven Bank (seul distributeur de billets acceptant les cartes chinoises, ouvert 24h/24), Komehyo (produits de luxe d'occasion), Seibu Holdings (hôtels, chemins de fer et parcs d'attraction), Japan Hotel, Zojirushi (cuiseur de riz de luxe)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !