Le régime sans gluten (Gulten Free) tourné en ridicule sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Les régimes sans gluten concernent "normalement" les personnes atteintes de la maladie coeliaque.
Les régimes sans gluten concernent "normalement" les personnes atteintes de la maladie coeliaque.
©

Revue de blogs

Le régime sans gluten (Gulten Free) tourné en ridicule sur les réseaux sociaux

Les blogs n'hésitent plus à tourner en dérision la mode du régime sans gluten, dont les bienfaits n'ont pas encore été prouvés pour la santé.

Claire Ulrich

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio »

"Je sais pas trop, Hansel, ça n'a pas l'air sans gluten." (Illustration très partagée sur les réseaux sociaux)

Il arrive toujours un jour où les modes alimentaires disparaissent de leur mort naturelle, mais ce jour-là n'est pas arrivé pour l'ère du sans gluten si l'on suit la trajectoire du hashtag sansgluten toujours plus fourni en propositions commerciales, repas sans gluten livrés au bureau, bières sans gluten, vidéos de recettes "sans", et même médias en ligne ultra spécialisés, comme Because Gustave, "le média des intolérants (alimentaires)".

Pour que les fondamentaux soit rappelés, les régimes sans gluten concernent "normalement" les personnes atteintes de la maladie coeliaque ou sensibilité de l'intestin qui les empêchent d'assimiler certaines combinaisons de protéines. La maladie est diagnostiquée par un examen sanguin puis une investigation de l'intestin. Des régimes sans gluten et très médiatisés de sportifs en ont fait des synonymes de meilleures performances après des années de foi simple et bête dans les sucres lents et les féculents. Sans même parler de l'influence sur les assiettes d'une Gwyneth Paltrow 100% gluten-free, au point que les îcones "ici wifi gratuit" sur les vitrines s'accompagnent maintenant souvent d'une jumelle : "Gluten free".

Pour les intolérants primaires à cette invasion, Le Pharmachien fournit le bréviaire en dessins des arguments de la résistance et de la science

"J'étais Gluten free avant que ce soit cool",  sur Slate USA. décrit le destin étrange d'une "vraie" intolérante, rescapée d'une adolescence ingrate et perpétuellement au régime, qui se retrouve soudain au coeur de la mode. "Comme je suis quelqu'un qui a un jour commandé par mail un paquet de donuts au sorgho (ndlr : sans gluten) congelés depuis mon dortoir d'étudiante, le boom du gluten free a été très étrange à vivre. Je suis passée de la sensation d'être modérément exotique, comme un animal de compagnie tropical un peu étrange mais domestiqué, à l'incarnation involontaire d'une floppée de clichés sur le régime à la mode et la phobie féminine des calories". 

Pendant ce temps, Gluten.tumblr s'amuse à constituer un musée-fantaisie en ligne du sans gluten en réinterprétant les toiles de maîtres à la mode du jour. Fini les blés de Van Gogh, à la poubelle les petits pains de Vermeer.

"Le plomb, l'uranium et la cocaïne sont aussi sans gluten. Gaffe aux mots à la mode en matière de santé". (Photo sur Facebook)

Le blog de l'association de consommateurs UFC Que choisir a posé la question à une vraie interdite de gluten, présidente de l'Association des intolérants au gluten : "Seul avantage, elle incite les industriels à proposer davantage de produits qui n’en contiennent pas. Pour le reste, nous la déplorons. Faire croire qu’on peut se mettre au régime sans gluten par décision personnelle, pour maigrir ou mieux jouer au tennis, banalise notre maladie. Cela fait bondir les cœliaques de voir que ce régime peut faire l’objet d’une mode alors que pour eux il est vital, et qu’ils doivent le suivre de façon très stricte et à vie."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !