Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Revue de presse des hebdos

Le jour où l’UMP aurait mieux fait d’exploser ; pourquoi François Hollande sera réélu en 2017 ; UDI, scoop ! : la recette "miracle" du parti pour multiplier les adhérents

Mais aussi pourquoi Marine Le Pen ne peut pas rompre avec Jean-Marie, le faux CV et les vraies "amitiés" du conseiller géostratégique de la présidente du FN et, et, et… la face cachée de Michel Platini. Les masques tombent, on dirait, dans la revue de presse des hebdos !

 

Prêts à vous en prendre plein la trogne  un peu plus, un peu moins, hein ? Deux jours après la réunion du “ bureau politique statutaire ” qui a décidé de maintenir le “ triumvirat ” à la tête de l’UMP et de nommer Luc Chatel secrétaire général du parti, “ Le Point ” nous raconte en détail les “ dix jours de guerre de clans ” qui ont précédé. Autant vous prévenir tout de suite, c’est pas joli-joli… en même temps, et comme vous allez très vite le voir, c’est — bizarrement — pas le plus embêtant dans l’histoire... Mais commençons par le commencement, hmmm ? Ah, pétard !

 

Fillon et Juppé unis dans la volonté de “ désarkoïser ” l’UMP

 

“ Mardi 27 mai, raconte le mag, François Fillon jubile. (…) Alors que la classe politique est encore sous le choc du triomphe de Marine Le Pen aux élections européennes, Jean-François Copé abandonne la présidence de l’UMP, écrasé par l’affaire Bygmalion. (…) Au sujet de cette affaire, sur laquelle enquête la justice, Fillon estime que l’UMP devrait se porter partie civile. L’objectif ? Purger définitivement l’héritage Copé et placer le parti en victime de Sarkozy et de ses dépassements de frais de campagne. (…) Dans son combat, Fillon peut compter sur Juppé. Le maire de Bordeaux est prêt à mettre les mains dans le cambouis pour “ désarkoïser ” le parti et le remettre en marche. Comme Fillon, il juge que le trio doit impérativement “ avoir les moyens d’organiser le fonctionnement de l’UMP sur des bases administratives et financières totalement clarifiées ” ”.

 

“ Allô, Luc, c’est Nicolas ”

 

“ Dans le même temps, poursuit “ Le Point ”, Rachida Dati, Nadine Morano, Claude Guéant et Geoffroy Didier haussent le ton pour contester la légitimité du triumvirat et réclamer la nomination de Luc Chatel, vice-président démissionnaire, pour assurer l’intérim, comme le prévoient les statuts. (…) Lundi 2 juin, (Luc Chatel décroche son téléphone). “ Allô, Luc, c’est Nicolas. Dis, tu devrais prendre la vice-présidence du parti jusqu’en octobre et rouler pour moi. Ne lâche rien au triumvirat ! ” De la Russie, où il doit rencontrer Vladimir Poutine, le retraité le plus actif de France surveille l’UMP comme le lait sur le feu. (…) Pas dupe, l’ancien ministre de l’Education rase les murs. Le jour de la démission de Copé, il sait déjà que la présidence par intérim lui revient. Mais il ne bronche pas. Et cela fait enrager les sarkozystes : “ Chatel n’a pas de couilles. Désormais, on lutte pour que chacun reconnaisse que l’intérim lui revient ” ”.

 

Le jour où l’UMP a failli exploser

 

“ 9 juin. (…) Pour Fillon et Juppé, donner les pleins pouvoirs à Chatel, l’“ homme de Sarkozy ”, n’est pas envisageable, indique “ Le Point ”. “ Il est hors de question d’accepter une formule “ pot de fleurs sur le balcon ” ou “ reine Elisabeth ” pour le trio d’ex-Premiers ministres et que ce soit Luc Chatel qui gère tout de la cave au grenier ”, note un proche du député de Paris. “ Alain Juppé n’est pas demandeur et ne cautionnera pas n’importe quoi, car il associe son nom et sa réputation ”, renchérit Gilles Boyer, conseiller du maire de Bordeaux. Au bord de la crise de nerfs, Raffarin n’écarte plus une explosion du parti. “ Les ambitions divisent, le projet devrait rassembler. Les bonnes volontés vont finir par manquer ”, menace-t-il sur son blog. Un ancien ministre candidat à la primaire confirme que le point de rupture est proche : “ C’est ultracompliqué. Alain en a ras le bol et veut claquer la porte, et François est intransigeant. Si le triumvirat obtient des pouvoirs, c’est Jean-Pierre qui se désolidarisera ”. La panique gagne les cadres du parti, qui attendent, en suspension, l’endroit où va tomber l’obus. Avec un emprunt de 44 millions d’euros sur le dos, l’UMP a à tout prix besoin d’une assise juridique pour que les banques continuent de prêter de l’argent. “ Sinon, c’est la faillite assurée ! ” s’alarme un salarié du parti ”.

 

“ La bataille de l’intérim annonce la violence du combat qui suivra ”

 

“ A 15 h 30, mardi 10 juin, (Juppé, Fillon et Raffarin) se réunissent au Palais Bourbon, dans le bureau du député de Paris et convient même Chatel dans un souci d’apaisement. Le plan de sortie de crise est arrêté, puis approuvé trois heures plus tard par le bureau statutaire. La bataille de l’intérim s’est jouée au couteau et annonce la violence du combat qui suivra. Quinquennat oblige, la présidentielle est dans toutes les têtes. Chacun jauge les forces de son rival. Encore faut-il d’abord doter l’UMP d’un président ”. Effectivement…

 

La partie de poker menteur de Fillon et Bertrand

 

“ Après le député de la Drôme Hervé Mariton, qui a annoncé sa candidature à la présidence du parti, Bruno Le Maire est dans les starting-blocks, explique l'hebdo. (…) Jean-François Copé n’a pas l’intention de se retirer dans un monastère : une fois sa liberté de parole retrouvée, il ambitionne de redevenir le héraut de la “ droite décomplexée ”. Quant à François Fillon et Xavier Bertrand, ils poussent la candidature de François Baroin. Leur calcul ? Rassurer l’ex-chef de l’Etat puisque le chiraquien est devenu l’un de ses proches. En secret, ils espèrent surtout qu’une candidature de Baroin satisfera Sarkozy au point de le faire renoncer à se frotter lui-même au vote des adhérents. Une vraie partie de poker menteur ! Tous attendent que le locataire de la rue de Miromesnil en dise plus sur ses intentions : briguera-t-il la présidence du parti ou attendra-t-il 2016 pour revenir en “ sauveur ” façon de Gaulle, en se plaçant au-dessus des partis ? Les Français pourraient alors assister en direct au pugilat sur les chaînes d’info en continu ”. Parce que c’est pas déjà le cas ? On croit rêver ! C’est à se demander si l’UMP n’aurait pas mieux fait d’exploser le 9 juin…

 

Pourquoi François Hollande sera réélu en 2017

Et puisqu’on parle de rêver, Patrick Besson a eu une sorte de vision, d’illumination… “ Tout est parti de ce titre raconte le chroniqueur du “ Point ” : “ Pourquoi François Hollande sera réélu en 2017 ”. Il m’est apparu, dans son irradiante absurdité, pendant le week-end de la Pentecôte. (…) Bien sûr que Hollande sera réélu dans trois ans. On ne va pas se mettre à changer de président tous les cinq ans. On a commencé avec Sarkozy, c’est un exemple à ne pas suivre. Ca fait peuple instable, qui ne sait pas ou ne peut pas s’attacher. Cinq ans, qu’est-ce que c’est dans la vie d’un couple ? Alors, dans celle d’une nation. (…) François Hollande ne pourra être réélu que s’il se présente et ce texte est en quelque sorte un premier encouragement à le faire. S’il y en a eu un autre avant, ça m’a échappé ”. A nous aussi, Patrick, à nous aussi… Et sinon, c’est quoi ton argument ?

 

Comment les choses devraient se passer en 2017

 

“ Le problème de (Sarkozy) est évident, écrit Besson : Nicolas n’a pas la plus petite idée de ce que sont les mathématiques. Lors de la dernière campagne, il n’a pas réussi à compter le nombre des meetings qu’il a faits, ni à calculer le prix de chacun d’eux, ni par conséquent à se rendre compte du coût exorbitant de ces allées et venues dans un pays indifférent. N’a-t-il pas laissé, du fait de cette dangereuse faiblesse en calcul mental, un trou énorme dans le budget de l’Etat — et de l’UMP ? Voilà comment les choses devraient se passer en 2017 : Le Pen en tête avec 24 % des suffrages, devant François Hollande à 22 ou 23 %. Nicolas Sarkozy devrait faire un peu mieux que Chaban-Delmas en 1974 : 14 ou 15 %. Le second tour sera la version inversée de celui de 2002 : tout le monde derrière Hollande pour sauver, une fois de plus, la République ”. Reconnaissante, il va sans dire…

 

Marine Le Pen, “ fifille à son papa ”

 

Au lendemain de l’énième dérapage de Jean-Marie Le Pen, cette fois à propos d’une “ nouvelle fournée ” destinée, entre autres, à Patrick Bruel, à l’heure où des éditorialistes comme Christophe Barbier conseillent, assez curieusement, à Marine Le Pen de “ vite se débarrasser de son père ” si elle ne veut pas que ce soit “ sur elle que retombe le soupçon ”, “ Le Canard enchaîné ”, pragmatique, nous rappelle la vérité toute nue : Marine Le Pen “ habite toujours chez ses parents, et Jean-Marie tient encore les cordons de la bourse de la petite entreprise familiale. A quelques jours de la fête des pères, pas question pour elle de le tuer. Une fifille qui prétend faire la leçon en public à son papa, c’est déjà assez douloureux comme ça ”.

 

Une amie proche de Marine Le Pen à l’origine de “ la faute ” du père

Mais le “ journal satirique paraissant le mercredi ” nous en apprend de belles sur l’épisode “ nouvelle fournée ”… “ Ricanements, dimanche soir, au siège du FN, où traînaient des proches de Jean-Marie Le Pen. Objet, précise l’hebdo : les réactions de la fille après la dernière provoc de son père sur la “ fournée ”. “ Marine nous la joue vertueuse ”, tacle un député européen, grand admirateur de Jean-Marie, genre : “ Je ne mange pas de ce pain-là ”. Mais qui a interviewé Le Pen sur le site du parti ? Qui l’a poussé à la faute ? Qui était morte de rire à ses réponses ? Les gens ne le savent pas, mais l’intervieweuse, c’était Marie d’Herbais, une amie d’enfance de Marine, qui travaille aussi pour sa communication. Marie d’Herbais, c’est la femme de Frédéric Chatillon, un autre très grand copain de Marine, proche de Soral et ex-président du GUD. Alors, Marine, si elle veut faire le ménage, il va falloir le faire aussi avec ses amis ”. Plusieurs “ fournées ”, en quelque sorte ”, conclut “ Le canard ”…

 

Le CV bidon du conseiller en géostratégie de Marine Le Pen

 

La Bleu Marine devra-t-elle aussi se séparer de son “ conseiller en géostratégie ” Aymeric Chauprade, par ailleurs tête de liste du FN en Ile-de-France et député européen ? “ Le canard enchaîné ” le rappelle encore : “ Un petit malin de l’AFP a (…) exaspéré (Chauprade) en mettant en cause son brillant CV. Celui qui s’est longtemps déclaré titulaire de la chaire d’histoire des idées politiques de l’université de Neuchâtel, en Suisse, n’y était en fait que… chargé de cours. Le membre éminent du Club Valdaï, un rendez-vous annuel d’experts russes et étrangers, avait également omis de préciser qu’il en avait simplement été… l’un des invités en 2013. Quant à la chaire de géopolitique de l’Ecole de guerre, à Paris, dont il s’est dit titulaire, elle n’existe pas. Chauprade n’a été qu’un intervenant parmi d’autres au Collège interarmées de défense (CID) ”.

 

La vérité selon et sur Chauprade

 

“ Chauprade a une conception très personnelle de la vérité, embraye le journal. Congédié de l’Ecole de guerre en 2009, en raison de sa sympathie avérée pour les thèses conspirationnistes selon lesquelles les Etats-Unis seraient parmi les instigateurs des attentats du 11-Septembre, il affirme que les tribunaux lui ont donné raison, et que c’est lui qui a décidé de ne plus mettre les pieds dans la prestigieuse institution. L’ennui, c’est que c’est faux ”. Ce qui est vrai, en revanche, à en croire “ Le canard ”, c’est que Chauprade “ a des liens anciens et suivis avec l’Action française, les catholiques ultras, mais aussi le Bloc identitaire, des organisations que Marine Le Pen ignore, mais auxquelles il peut à l’occasion faire passer des messages apaisants. Le conseiller en politique étrangère de la présidente du FN ne tente même pas de cacher sa proximité avec Alain Soral, publiant des tribunes sur le très compromettant site “ Egalité et Réconciliation ” et acceptant bien volontiers d’y être mis en scène ”.

 

Miracle politique à l’UDI

 

On pensait avoir notre compte de menteurs… erreur ! “ C’est un miracle politique qui mérite d’être cité en exemple, raconte “ Le canard enchaîné ”. Au moment même où l’UMP menace d’imploser et où ses militants se carapatent, le nombre d’adhésions au Parti radical bondit ! Depuis que son patron, Jean-Louis Borloo, s’est retiré de la vie politique, le 7 avril, et que les militants sont appelés à élire pour la première fois leur président, ils se multiplient comme des petits pains. (…) Ils étaient 10 000 dans ses fichiers il y a deux mois, ils sont près de 13 098 aujourd’hui ! ” Sacré succès, dis donc, et pas anecdotique, qui plus est… Comme le rappelle en effet le journal : “ Toute la droite a les yeux rivés sur l’issue du scrutin, dont peut dépendre la candidature ou non d’un centriste à la présidentielle de 2017 ”. Hé oui, faudrait quand même pas l’oublier !

 

39 militants inscrits avec la même adresse mail et 43 avec le même numéro de portable

Las, trois fois hélas ! D’après “ Le Canard ”, ce miracle tiendrait moins de l’enthousiasme des militants que de vilains petits arrangements, la “ guéguerre ” entre les deux candidats à la primaire, Laurent Hénart et Rama Yade, faisant rage… Impossible de relater ici toutes les infos détaillées dans l’hebdo (qu’on vous invite à lire), allons au “ plus gros ”. Dans “ les fichiers secrets du Parti radical ” que le journal a pu consulter, “ on découvre, par exemple, 123 Martiniquais inscrits, en une seule fois et après la clôture des inscriptions, sur les listes électorales. (…) On trouve des familles entières, jusqu’à sept personnes (les enfants votent aussi ?), dans cette cohorte “ qui va voter pour Hénart ”, reconnaît un membre du Parti radical martiniquais. Rions encore : dans le fichier des Hauts de Seine, 39 militants se sont inscrits avec la même adresse mail et 43 ont le même numéro de portable. Dans le Var, 45 personnes ont le même mail… Et on ne parle pas des chèques reçus sans bulletin d’inscription, des règlements en espèces (normalement proscrits) ou des vagues d’adhésion à 20 euros via le site Internet de l’UDI ”. Ah, c’est beau, les miracles, émouvant, même !

 

Quand l’idole Platini tombe

 

Les hebdos ont-ils décidé de casser tous nos rêves et de nous mettre définitivement la tête dans le seau ? A l’heure où démarre la Coupe du monde, voilà que même l’idole Michel Platini vacille ! “ Voilà Michel Platini empétré depuis quelques semaines dans un “ Qatargate ” qui n’en finit pas d’affoler la planète foot, annonce “ Le Nouvel Observateur ”. Deux titres de la presse anglaise, le “ Sunday Times ” et le “ Daily Telegraph ”, ont accusé le patron de l’UEFA de s’être laissé corrompre par le Qatar pour voter en faveur de l’émirat lors de l’attribution de la Coupe du monde 2022. Pour l’heure, pas de preuves, mais quand même la révélation d’un petit-déjeuner en tête à tête en novembre 2010 avec Mohammed Bin Hammam, alors vice-président de la FIFA, depuis radié à vie des instances du football international pour corruption. Surtout, Michel Platini a aussi dû reconnaître qu’à la même période, une dizaine de jours avant le vote attribuant le Mondial 2022, il avait été invité à l’Elysée en présence du cheikh Tamim Al-Thani, prince héritier du Qatar et futur patron du PSG ” Et ?

 

“ J’ai pu comprendre que Sarkozy souhaitait que je vote pour le Qatar ”

 

Comme le rapporte “ L’Obs ”, Michel Platini se défend de toute opération de favoritisme : “ Personne ne m’avait informé de (la) présence (du cheikh Al-Thani), affirme-t-il. Nous avons dîné ensemble. J’ai pu comprendre que Sarkozy souhaitait que je vote pour le Qatar, mais il ne m’en a pas fait la demande, car il sait que je suis un homme libre ”. Un épisode que l’ “ homme libre ” aurait du mal à digérer : “ Il en est sorti blessé, avec l’impression de s’être fait forcer la main ”, se remémore son plus proche conseiller à l’UEFA, William Gaillard. Pouvait-il refuser une faveur à son ami Nicolas Sarkozy (“ L’Obs ” détaille dans un encadré les liens qui unissent les deux hommes), soucieux que le Qatar rachète le PSG de son cœur au fonds d’investissement Colony Capital, dont le représentant, Sébastien Bazin, était présent au même dîner ? Le troc semble cousu de fil blanc : un coup de pouce du patron de l’UEFA pour le Mondial contre une liasse de pétrodollars pour renflouer le club de la capitale… Mais Platini joue l’indignation ”. A tort ou à raison ? Hou, ils nous cassent les bonbons avec leurs histoires ! Nous, on se disait : “ C’est bon, au moins, le soir, on va pouvoir décrocher avec les copains, se mater des matchs avec une, voire deux, trois tites mousses, des chips et du sauciflard ”, hé bé, non ! Ils viennent encore nous gâter le plaisir ! Hé, les gars, sérieux, c’est quand que vous vous reprenez, que vous jouez équipe, solidaire, honnête et concentré ? Sur ce, bonne semaine, les biquets — restez sport, vous, hmmm ?

 

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

coupe du monde, Jean-François Copé, Xavier Bertrand, UMP, Claude Guéant, François Fillon, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Jean-louis Borloo, François Baroin, Rama Yade, Rachida Dati, Marine Le Pen, Bruno Le Maire, Jean-Pierre Raffarin, FN, Jean-Marie Le Pen, Laurent Hénart, François Hollande, Qatar, PSG, Vladimir Poutine, Patrick Besson, parti radical, Colony Capital, Nadine Morano, Christophe Barbier, Luc Chatel, Hervé Mariton, Michel Platini, 2017, FIFA, Alain Soral, Sunday Times, UEFA, AFP, Action française, Jacques Chaban-Delmas, Geoffroy Didier, Bloc identitaire, udi, primaire ump, GUD, frederic chatillon, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, Bygmalion, triumvirat, Gilles Boyer, William Gaillard, Mohammed Bin Hammam, Daily Telegraph, Sébastien Bazin, Ecole de guerre, université de Neuchâtel, primaire UDI, Aymeric Chauprade, Club Valdaï, Collège interarmées de Défense

Thématiques

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.