Le graphique qui permet de comprendre en un coup d'œil pourquoi le bilan 2013 de François Hollande est malheureusement calamiteux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
"On ne peut pas aider le salarié en anéantissant l’employeur."
"On ne peut pas aider le salarié en anéantissant l’employeur."
©Reuters

Revue d'analyses financières

Le graphique qui permet de comprendre en un coup d'œil pourquoi le bilan 2013 de François Hollande est malheureusement calamiteux

Pour tous ceux qui ne s’intéressent à l’économie qu’une fois par an, nous avons fait un bilan de l’année, composé d’une petite fable et d’un seul graphique.

Jean-Jacques Netter

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio »

Ronald Reagan, président des Etats-Unis, qui a su à partir de 1980 sortir son pays de l’enlisement et du déclin, avait écrit plusieurs années avant d’être candidat une petite fable. Elle expliquait très simplement la situation dans laquelle se trouvait l’économie américaine. 

Il était une petite poule rousse qui grattait le sol de la basse-cour à la recherche de quelques grains de blé. Elle appela ses voisins et leur dit : « Si nous semons ce blé, nous aurons du pain.»

« Qui veut m’aider à le semer ? » « Pas moi », dit la vache. « Ni moi », dit le canard. « Ni moi », dit le cochon. « Pas moi non plus », dit l’oie. « Eh bien, je le ferai », dit la petite poule rousse. Et elle le fit. Le blé fut semé, il poussa et mûrit en un beau grain doré.

« Qui va m’aider à moissonner mon blé ? », demanda la petite poule. « Pas moi », dit le canard. « Ce n’est pas dans mes qualifications », dit le cochon. « J’y perdrais mon ancienneté », dit la vache. « J’y perdrais mes indemnités de chômage », dit l’oie. « Eh bien, je le ferai », dit la petite poule rousse.

Enfin arriva le moment de faire cuire le pain.

« Qui va m’aider à le cuire ? », demanda la petite poule rousse. « Ce serait des heures supplémentaires pour moi », dit la vache. « J’y perdrais mes allocations sociales », dit le canard. « On ne me l’a jamais appris », dit le cochon. « Mais si je suis seule à t’aider, ce serait de la discrimination », dit l’oie. « Eh bien, je le ferai », dit la petite poule qui fit cuire cinq miches de pain.

Elle les montra à ses voisins, et tous en voulurent une part ! Mais alors, la petite poule dit : « Ah ! non, je mangerai moi-même les cinq miches. » La vache protesta : « Superprofits ! » Le canard s’exclama : « Avidité capitaliste ! » L’oie siffla : « J’exige l’égalité des droits. » Et le cochon grommela. Tous se mirent à peindre le mot “injustice” sur des banderoles et ils défilèrent autour de la petite poule rousse en scandant des horreurs.

Vint un fonctionnaire. « Tu ne dois pas en vouloir trop », dit-il à la petite poule. « Mais j’ai gagné mon pain », répondit-elle. « C’est vrai, dit le fonctionnaire. Ça, c’est le merveilleux système de la liberté d’entreprise : tout le monde peut gagner autant qu’il le veut. Mais avec nos réglementations sociales, les travailleurs les plus productifs doivent partager le fruit de leur travail avec ceux qui ne font rien. »

Et c’est ainsi qu’ils vécurent tous ensemble, y compris la petite poule rousse qui souriait et remerciait : « Comme je vous suis reconnaissante, comme je vous suis reconnaissante !... » Mais ses voisins se demandèrent bientôt pourquoi elle ne fit plus jamais cuire de pain…

C’est très exactement ce qui se produit en France, où on nous explique que « la France ne s’en sort pas si mal que cela, grâce à son modèle social ». A l’appui de ce propos, on nous montre l’évolution du PIB de l’Etat. Malheureusement, ce n’est pas celle du PIB marchand, qui ne comprend que le secteur privé. La descente, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, est spectaculaire :

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

La conclusion est simple : « on ne peut pas aider le salarié en anéantissant l’employeur. On ne peut créer la prospérité en décourageant l’épargne ». C’est ce que disait Abraham Lincoln, autre président des Etats-Unis.

Pour tous ceux qui souhaitent lire un bilan complet de l’année 2013, ils pourront le faire la semaine prochaine.

Très bon Noël et excellente année à tous les lecteurs.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !