La pollution atmosphérique, ce tueur silencieux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Douze millions de nos compatriotes vivraient dans des zones où l’atmosphère a dépassé les normes légales de particules PM10.
Douze millions de nos compatriotes vivraient dans des zones où l’atmosphère a dépassé les normes légales de particules PM10.
©

Zegreenweb

La pollution atmosphérique, ce tueur silencieux

La pollution atmosphérique ne faiblit (timidement) que par endroits. Surtout, elle provoque chaque année un million et demi de décès prématurés si l'on en croit les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé.

 Zegreenweb

Zegreenweb

Le site www.zegreenweb.com

propose chaque jour toute l'actualité du développement durable et offre une véritable boîte à outil pour un quotidien plus soucieux de la planète (écogestes, recettes de cuisine bio, guide des restos bio, espace emplois verts, covoiturage, éco-consommation, etc.)

 

Voir la bio »

La pollution atmosphériquene faiblit (timidement) que par endroits. Surtout, elle provoque chaque année un million et demi de décès prématurés si l'on en croit les estimations de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

La France n'est pas épargnée

Toujours selon l'OMS, la mauvaise qualité générale de l'air ferait quarante-deux mille morts par an. Un chiffre élevé qui justifie amplement de nouvelles dispositions, sachant que la France pourrait de surcroît devoir s'acquitter d'une forte amende infligée par Bruxelles si la situation ne devait pas s'arranger.

D'après le dernier bilan annuel du ministère de l'Écologie, publié en août dernier, douze millions de nos compatriotes vivraient dans des zones où l’atmosphère a dépassé les normes légales de particules PM10. De même, la valeur limite journalière de cinquante microgrammes par mètre cube d’air à ne pas dépasser plus de trente-cinq jours par an l’a été dans près de la moitié des régions de l'Hexagone.

De quoi légitimer les politiques mises en œuvre à l'échelle municipale pour promouvoir l'éco-mobilité et réduire les rejets de gaz à effet de serre. Force est cependant d'admettre qu'il faut aller plus loin.

Pour en savoir plus : http://www.zegreenweb.com/sinformer/politique-societe/la-pollution-atmospherique-sinstalle-en-france,58258

Des années d'espérance de vie en moins

Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, le Centre européen de l'environnement et de la santé de l'OMS reconnaît la multiplication des effets nocifs de la pollution atmosphérique, y compris « dans les villes qui se sentent épargnées », c'est-à-dire celles affichant des taux de pollution relativement bas. Les chercheurs dudit centre ont passé plusieurs expertises au peigne fin. Parmi elles, l'étude Aphekom, menée dans vingt-cinq villes européennes (dont neuf métropoles françaises).

Celle-ci conclut que si on abaissait le niveau d’exposition aux fines particules, en ramenant le seuil autorisé de cinquante microgrammes par mètre carré - comme c’est le cas actuellement en France - à dix microgrammes par mètre carré, l’espérance de vie augmenterait de sept mois et demi pour les Marseillais et de six mois pour les Parisiens, les Lyonnais ou les Strasbourgeois. Responsable du Centre européen de l'environnement et de la santé de l'OMS, Michal Krzyzanowski souligne pour sa part que « près de deux ans d’espérance de vie pourraient être gagnés dans les villes les plus polluées d’Europe si la pollution pouvait être ramenée aux niveaux préconisés dans les lignes directrices de l’OMS relatives à la qualité de l’air ».

Des chiffres qui se passent de commentaires... 

Pour en savoir plus : http://www.zegreenweb.com/sinformer/reduire-la-pollution-atmospherique-augmenterait-sensiblement-notre-esperance-de-vie,62699

Des raisons d'espérer

La politique de transports que mène la Mairie de Paris depuis 2001 fait grincer bien des dents, en particulier chez les automobilistes et dans les rangs de l'opposition, mais elle porte ses fruits sur les plans environnemental et sanitaire. Déploiement du système de location de vélos en libre-service Vélib', de son pendant électrique et motorisé Autolib' depuis fin 2011, instauration d’un tarif unique pour le Pass Navigo : l’équipe municipale a déjà révolutionné – le mot n’est pas trop fort – la mobilité dans et autour de la capitale française.

Elle ne compte pas pour autant en rester là, des zones de circulation limitées à 30 km/h à proximité des établissements recevant du public (en particulier les écoles et les crèches) étant actuellement en cours de développement. De son côté, Airparif a conduit une étude sur la qualité de l’air à proximité des voies à grande circulation en Île-de-France dont les résultats ont été publiés le mois dernier.

« Depuis 2001, la qualité de l’air s’est améliorée sur l’ensemble du territoire parisien », assurent ses auteurs, selon lesquels les quantités d’oxydes d’azote auraient baissé de 28 % et celles de benzène de 90 % en l'espace de onze ans. Les émissions de gaz à effet de serre auraient quant à elles été réduites de 9 %.

Cela valait donc le coup de ne pas ménager certaines susceptibilités.

Pour en savoir plus : http://www.zegreenweb.com/sinformer/la-pollution-atmospherique-diminue-a-paris,62154

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !