La cigarette tue ? Sans blague (à tabac) ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La cigarette tue ? Sans blague (à tabac) !
©Reuters

Tobaccogate

La cigarette tue ? Sans blague (à tabac) !

Selon le Comité national contre le tabagisme, les fabricants tricheraient à la baisse sur les quantités de goudron et de nicotine contenues dans leurs cigarettes. Oui, OK, et alors ?

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

On croyait déjà savoir que la cigarette était mauvaise pour la santé. Ou du moins croyait-on déjà le savoir en collectionnant les paquets nouvelle norme tapissés d’avertissements sanitaires tous plus effrayants les uns que les autres, voire en accompagnant ses amis fumeurs au cimetière, mais voici qu’une terrible info nous parvient : la cigarette est en fait trèsmauvaise pour la santé.

Selon le Comité national contre le tabagisme (CNCT), qui vient de déposer plainte contre eux, les fabricants de tabac tricheraient en effet sur les quantités de nicotine et de goudrons absorbés par les poumons de leurs clients et il faudrait au minimum doubler les valeurs officielles pour s’approcher de la réalité...

Oh, ils ne mentiraient pas franchement, ce sont des gens sérieux, mais laisseraient plutôt entendre que les tests qu’ils réalisent en laboratoire avec des « machines à fumer » sont fiables – un peu à la manière dont les ingénieurs Volkswagen bidouillent leurs calculettes à particules fines.

Le CNCT est bien sûr dans son rôle en assignant les quatre multinationales susceptibles de se livrer à ces vilaines pratiques, mais il y a tout de même quelque chose d’intriguant dans l’indignation plus large que suscite cette affaire.

D’abord, il y a belle lurette que la teneur en goudrons et en nicotine ne figure plus sur les paquets, le législateur européen ayant constaté que les marques en faisaient un argument de vente depuis que la publicité leur est interdite. On suppose donc que le consommateur moyen est assez peu au courant de ces histoires de volume de saloperies addictives, qu’ils soient théoriques ou réels. On suppose même qu’il s’en soucie à peu près autant que de son premier briquet Bic.

Mais surtout, on aurait du mal à prendre au sérieux le type qui, déjà sur-informé des risques qu’il prenait en fumant des cigarettes à 0,2 mg de nicotine, serait scandalisé d’apprendre qu’il fume en fait des cigarettes à 1,1 mg de nicotine ! Qu’il avait bien compris, OK, c’est bon, qu’en fumant, il pouvait devenir impuissant ou choper un cancer de la trachée, mais qu’il ne se rendait pas compte que c’était à ce point. Que s’il avait su que c’était 1,1 plutôt que 0,2, paf, il arrêtait aussi sec…

Je ne me ferai certainement pas l’avocat du diable (je pense que les cigarettiers sont des marchands de mort, pour résumer), mais je n’en regarderai pas moins la posture de celui du CNCT comme le comble du sophisme lorsqu’il explique au Monde que « les fumeurs ont été trompés sur la quantité réelle de goudron et de nicotine à laquelle ils s’exposaient ». Mais s’il gagne son procès et que nombre de fumeurs est immédiatement divisé par 1,1 %, voire par un minuscule 0,2 %, promis, je révise ma position.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !