L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

Revue des hebdos

L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra

Et aussi : Manuel Valls aurait aimé être président.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

L'Express se penche sur l'énigme Macron qui doit changer sous la pression de la crise sanitaire (étrange visage flou à la Une sur fond verdâtre). Le Point repose la question du démantèlement du trio Google, Amazon et Facebook. Marianne s'intéresse au vaccin. L'Obs se passionne longuement, pour un triste faits-divers pour un pédophile qui aurait fait plus de 300 victimes.

L'Histoire transforme Macron

"Covid-19, terrorisme, chômage... Comment les crises transforment Emmanuel Macron" l'Express (7 pages avec des extraits d'un livre signé par une ancienne de l'Express) : "Il a beau vouloir convaincre que "le cap est donné" et que l'inaction pas une option, il ne peut ignorer l'impuissance politique créée par le contexte sanitaire". mais "Le contexte sécuritaire lui offre finalement plus de prise, au moins en apparence. Aux horreurs des attentats, il répond par le renforcement du projet de loi sur le séparatisme."

"Quant à l'ampleur internationale que prend cette crise, elle paraît presque le galvaniser. "Son face-à-face avec Erdogan, c'est jubilatoire", assure un proche d'Emmanuel Macron. Ce président qui n'aime rien tant qu'"être en risque" est "grisé dans sa vision romanesque de la vie", poursuit cet ami qui le connaît depuis plus de quinze ans. La clef, peut-être, pour ne pas sombrer ou laisser libre cours au défaitisme."

Au PS « la fin de l’angélisme »

L’assassinat de Samuel Paty conduit les socialistes à clarifier leur ligne sur la laïcité note Le Point (1,5 page). C’est la fin de l’angélisme. Il y a eu à gauche une tentation de la part de l’appareil dirigeant à considérer que le discours républicain unificateur pouvait être passé par-dessus bord, au profit d’un discours proposant de s’adresser aux gens en fonction de leur appartenance catégorielle », analyse Jérôme Guedj, le nouveau Monsieur Laïcité du PS."

"Faut-il y voir la fin d’une ambiguïté qui se serait révélée coûteuse sur le plan électoral ?" s'interroge Le Point.

Faut-il voir dans ce réveil laïque le triomphe d’une ligne Valls sans Manuel Valls ? « Le PS n’a pas attendu Valls pour être laïque, balaie Julien Dray, nous défendons une laïcité plus calme. Manuel Valls a hystérisé le débat et n’a pas franchement rendu service à la laïcité »

Olivier Faure confirme dans une interview à l'Obs où il dévoile la nouvelle doctrine de son parti : "Dur avec l'islamisme radical et dur avec les causes sur lesquelles il prospère".

Verts : le burkini divise

« On ne peut pas interdire à une usagère de porter un burkini au nom de la laïcité. » Julien Bayou, leader d’EELV s’oppose à un autre ténor vert, Yannick Jadot, qui pense, lui, que « le burkini n’a rien à faire dans une piscine »  selon Le Point.

Verts Éric Piolle sera candidat

Il fait un pas de plus vers la présidentielle. Éric Piolle vient d'ouvrir une association de financement afin que ceux qui souhaitent l'aider puissent le faire selon L'Obs.

Piolle n'a pas encore annoncé officiellement sa candidature, mais il n'y a plus aucun doute. Il se pliera aux règles que son parti vient de définir pour la primaire du pôle écolo qui aura lieu avant le 30 septembre 2021.

Hidalgo agacée par les Verts mais condamnée à les supporter

Hidalgo, depuis quelque temps, ne cache plus son agacement devant les pratiques «gauchistes », peu responsables, de ses alliés verts. note l'Obs. "Et elle s'inquiète des dangers qu'elle voit poindre pour son image nationale et pour la gouvernance « apaisée » qu'elle tente de mener dans la capitale avec les écologistes. « Dans l'hypothèse où elle décide d'être candidate à l'élection présidentielle en 2022, raconte un proche de la maire de Paris, elle a besoin de conforter sa figure de rassembleuse de la gauche et des écolos. Or, EELV, au conseil municipal, pourtant dans la majorité, ne l'aide pas vraiment. Ses élus se comportent pratiquement comme une force d'opposition. » En gros, ils manquent d'esprit républicain et auraient du mal à se débarrasser de leurs réflexes groupusculaires.

Présidentielle : Mélenchon candidat mal parti ?

Dossier (12 pages) sur le dirigeant de La France insoumise, candidat à la présidentielle de 2022, qui "va devoir reconstituer son stock d’électeurs s’il souhaite accéder au second tour du scrutin. Pas une mince affaire pour celui qui sombre depuis 2017" estime Valeurs Actuelles..

Pourtant Jean-Luc Mélenchon aurait, selon l'hebdo "tout programmé: sa candidature, sa campagne, son équipe, son agenda médiatique. Par-dessus tout, il veut éviter une primaire à gauche. En annonçant très tôt sa candidature, le patron des insoumis court-circuite l’espoir d’un rassemblement à gauche avec Europe Écologie-LesVerts (EELV) et le Parti socialiste (PS). Il met aussi en porte-à-faux ses collègues communistes, qui l’avaient soutenu en 2017. Mélenchon souhaite s’imposer comme le seul, à gauche, face à Emmanuel Macron.

Selon une enquête Elabe de novembre, seuls 23% des Français considèrent qu’il a les qualités nécessaires pour accéder à la magistrature suprême.

"Lorsqu’il manifeste avec les islamistes, il affaiblit l’unité de la nation. Défendre des organisations comme le Parti des indigènes de la République (PiR) ou CCIF n’est désormais plus possible. Jean-Luc Mélenchon ne semble pas avoir compris. Sur France Inter le 26 octobre, le candidat à l’élection présidentielle expliquait que « les musulmans de France ne méritent pas d’être traités comme ils le sont depuis unesemaine, c’est-à-dire montrés comme des suspects ». Voilà donc Jean-Luc Mélenchon qui confond musulmans et islamistes?" ajoute Valeurs.

Manuel Vals aurait aimé être président

Manuels Vals fait des confidences au point (4 pages). "L’autoritaire Manuel Valls a longtemps porté seul, dans son propre camp, les thèmes de la laïcité, de la République, de la sécurité. Ils sont aujourd’hui au centre des urgences du gouvernement d’Emmanuel Macron" constate Le Point qui ajoute : " Ils ne se ressemblent pas. L’un est trop séducteur alors que l’autre ne l’est pas assez. Emmanuel Macron et Manuel Valls se parlent. Ils échangent par messages écrits et se voient de manière espacée."

On lui reproche d’être trop louangeur avec Macron dans l’espoir de revenir aux responsabilités, Vals réagit : « J’ai appelé à voter pour Emmanuel Macron dès le premier tour, mais je n’ai pas de fidélité politique vis-à-vis de lui. Je n’appartiens pas à son cercle, à son clan." Et au passage il reconnaît : « J’aurais aimé être président de la République, mais cela ne s’est pas fait. »

Marine Le Pen cherche des candidats

La situation est périlleuse selon l'Express : "Le  RN, qui ambitionne d'être présent dans tous les cantons de France lors des départementales, n'a investi pour l'instant que 495 candidats sur les 8 000 nécessaires, titulaires et suppléants compris... Heureusement, Covid-19 oblige, l'exécutif envisage de reporter le scrutin de mars à juin. "Ces trois mois supplémentaires, on ne va pas cracher dessus", glisse la présidente du RN."

La France Insoumise s'affiche sur CNews

Le 22 octobre 2019, LFI assurait qu’« aucune oratrice et aucun orateur de La France insoumise » n’irait sur CNews tant qu’Éric Zemmour y officierait. Il y est plus que jamais, mais les ténors de LFI continuent à s’y précipiter Éric Coquerel (5 fois cette année) Manuel Bompard (4 fois) Alexis Corbière (4 fois) Adrien Quattenens (3 fois) etc.. souligne Le Point.

Le sondage qui rassure Darmanin

Le gouvernement a interrogé l’opinion sur cet article 24, qui a mobilisé contre lui les syndicats de journalistes et une partie de la gauche écrit Le Point. Réponse : " 58 % des sondés approuvent la loi votée par la majorité parlementaire, selon ce sondage confidentiel. Les électeurs de LREM ont plébiscité à 76 % cette loi défendue par Gérald Darmanin."

Macron mise sur Retailleau

Si le patron des sénateurs LR et ex-filloniste Bruno Retailleau, tenant de l’aile droite du parti, gagne une primaire organisée par Les Républicains, la macronie parie que plusieurs leaders quitteront leur parti selon l'Obs. Ils seraient bienvenus à l’aube de la présidentielle pour LREM. parmi les arrivants possibles on trouve Christian Estrosi et Renaud Muselier.

Présidentielle : les macronistes ont peur du complotisme

Stéphane Séjourné député européen LREM, qui fut conseiller politique d'Emmanuel Macron au début du quinquennat, considère que "derrière le complotisme, il y a une idéologie". Quand l'Express (1 page) lui demande : "La prochaine élection présidentielle se déroulera-t-elle sur le terrain du complotisme ?" Séjourné répond : "La présidentielle de 2022 sera un crash test démocratique. En 2017, nous avons été confrontés pour la première fois en France au sujet de l'ingérence étrangère, avec les Macronleaks. Cette fois ce sera différent, ce sera un combat politique entre l'obscurantisme et les lumières."

Sommes-nous les esclaves d'Amazon, Facebook et Google ?

"Amazon, Facebook, Google… Ils règnent sur nos vies en imposant parfois leurs lois. Faut-il les démanteler ?" Une question souvent évoquée à la Une du Point (17 pages). Ils seraient "une menace pour nos démocraties".

« Ces entreprises ont de fortes positions sur les marchés, elles l’ont souvent mérité. Nous rêverions d’avoir de telles entreprises en Europe. En revanche, ce qui est condamnable, c’est d’empêcher l’arrivée de nouveaux concurrents par des moyens déloyaux », explique Jacques Crémer, chercheur à la Toulouse School of Economics.

Nicolas Baverez écrit que ce trio maléfique, est "une menace pour la démocratie" et ajoute  "Sur le plan des libertés, les consommateurs nouent un pacte faustien par lequel ils aliènent, en échange d’une apparente gratuité du service, non seulement l’accès et l’utilisation de leurs données personnelles mais le contrôle de leur vie."

Thierry Breton, commissaire européen, explique dans une interview « Le démantèlement n’est pas un tabou »

« On peut toujours jeter en l’air l’idée d’un démantèlement parce que ce mot sonne fort, sonne brutal, mais il y a de fortes chances que cela reste lettre morte », explique Bruno Le Maire. Excellente conclusion si vous lisez l'article jusqu'au bout.

Petits commerces ou grands sites de vente en ligne ?

"Les commerces non-essentiels vont relever leur rideau au début de décembre. Plus qu'une bouffée d'oxygène pour des millions de commerçants qui, en dépit du chômage partiel et de l'extension du fonds de solidarité, étaient tout simplement menacés de faillite. Sur le seul mois de novembre, leur manque à gagner approcherait les 4,4 milliards d'euros, soit l'équivalent d'une chute de leurs ventes de près de 60%, d'après les dernières estimations d'Euler Hermès." note l'Express. 

"Mais une question demeure : les consommateurs vont-ils revenir chez ces petits commerces dont ils ont tant vanté l'utilité ces dernières semaines ? Il y a chez les Français comme une sorte de paradoxe. Une forme de "faites ce que je dis mais pas ce que je fais".

Car en effet : "Malgré les appels au boycott des géants de l'e-commerce, les consommateurs se sont rués sur les sites spécialisés."

Coronavirus : la Suède en mauvaise posture

"Seul pays en Europe à n'avoir pas confiné sa population pour contrer le virus, la Suède en a longtemps tiré une certaine fierté. Jusqu'à ce qu'elle soit rattrapée par la seconde vague." remarque l'Obs  qui explique "Si le pays a choisi de passer par des recommandations plutôt que par des interdictions, c'est d'abord en raison de sa Constitution, qui empêche de restreindre la liberté de circulation en temps de paix. Le gouvernement ne dispose pas des bases légales pour imposer un confinement total. Mais l'aurait-il mis en place s'il l'avait pu ? On peut en douter..." L'épidémie devrait durer donc "Les autorités comptent néanmoins se donner les moyens d'être plus restrictives à l'avenir : une loi devrait être adoptée à l'été prochain".

La France et les vaccins

Gros dossier à la Une de Marianne, sur le business du vaccin, et sur la méfiance des Français (14 pages).

Léon Bressler : l'homme qui a pris d'assaut Unibail

Ne vous fiez pas à son air paisible Léon Bressler, Français de 73 ans habitant Londres, a réussi à prendre – en un mois ! – le pouvoir chez Unibail raconte Le Point (4 pages). À la tête d’une poignée d’insurgés, détenant seulement 5 % d’Unibail – l’empereur des centres commerciaux –, il fracasse tout. Les dirigeants d’Unibail sont invités à rejoindre la sortie, manu militari. "Du jamais-vu dans l’enceinte du CAC 40" Et voilà Bressler "investi président du conseil de surveillance et faiseur d’avenir d’un géant mondial, propriétaire du Forum des Halles à Paris, d’Euralille, etc., chapeautant en tout 58,3 milliards d’euros d’actifs et lesté de 26,9 milliards de dette."

 Joël Le Scouarnec, pédophile pendant 30 ans

"En trois décennies, le « chirurgien de Jonzac » aurait abusé de plus de 300 enfants. Il consignait méthodiquement ses agissements pédophiles dans des carnets intimes. En 2017, une fillette a brisé le silence. A la veille d’un premier procès pour quatre agressions, retour sur la trajectoire d’un pervers à l’allure ordinaire." L'Obs lui consacre sa couverture (et 11 pages) dont le graphisme ne passe pas inaperçu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !