Quand les Français découvrent le concept de "mini-pouffe" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Quand les Français découvrent 
le concept de "mini-pouffe"
©

Revue de blogs

Quand les Français découvrent le concept de "mini-pouffe"

Chantal Jouanno a publié ce lundi un rapport dénonçant "l'hypersexualisation des petites filles". Un sujet qui affole la toile depuis longtemps : blogs et photos de "mini pouffes" sont partout sur le Net. Le sobriquet aussi.

Le Ministère des solidarités, destinataire du rapport parlementaire de la sénatrice UMP Chantal Jouanno sur l'hypersexualisation des petites filles, n'a pas employé le mot, mais l'alerte lancée concerne bien celles que l'on nomme sans complexe sur le Net  (et à la ville) depuis plusieurs années les "mini-pouffes". La "mini pouffe" est encore à l'âge des poux scolaires et se déhanche devant sa webcam, parfois en string taille 8 ans. Le phénomène est aussi mondial que Rihanna et Beyoncé et commence à la maternelle.

Vidéo d'une mini-Beyoncé en Pologne, sur le blog Mauvaises mères


Beyonce The Best Re-Make of the Single Ladies
par POLISHTELEVISION
 

Le sobriquet cru "Mini pouffes" est si courant sur le web français qu'il se retrouve jusque dans les avis consommateurs des produits cosmétiques. "J 'ai dû me rendre à l'évidence : il existe un degré 0 de la pouffitude et j'ai même un bel exemple de mini-pouffe juste sous mon toit !". Le malaise monte depuis un an. En juin, la Blonde qui dérange notait sur son blog  qu"Un salon pour les mini-Pouffes ouvrait à Paris... Le mini Kids Spa, c'est le nom du programme réservé aux demoiselles âgées de 6 à 15 ans. Les services proposés vont de la pose de vernis à ongles à l'épilation du maillot. Vous en pensez quoi ?" Personne ne lui a répondu. Puis, en juillet, toujours par le Web, les incidents se sont enchaînés. Aux États-Unis, une ligne de soutien-gorges push-up pour les 8-14 ans a choqué.

Capture d'écran de bikinis push-up pour petites filles taille 7/8 ans,
reproduite sur le blog "Une chambre à soi" 

En juillet dernier, en pleine l'affaire Strauss-Kahn, les États-Unis n'ont pas laissé passer un autre excès de "pouffitude"  française âge tendre dans Vogue Enfants France et sa série photos de la petite fille d'une "people" française. Réaction du site de mode Fashionista aux Etats-Unis : "Est-ce que cette petite mannequin française de 10 ans est une future star ou est-ce juste crade?" à propos de cette photo.

Enfin, le clip vidéo de Gaspar Noé pour le dernier album du chanteur Sebastian, trop border line (dixit Les Inrocks) a été retiré des grands réseaux sociaux devant les protestations.

 

Trash generation

Marine, une maman qui sur son blog Une chambre à soi, suit  ce dossier depuis trop longtemps pour être accusée comme elle le serait aujourd'hui, de rouler pour l'UMP. En décembre, dans 'Petites filles d'aujourd'hui", elle résumait le malaise : 

"La société, la presse féminine, entretiennent de manière très dérangeante cette espèce de pédophilie symbolique ambiante. Voir ces petites filles déguisées en putes me rend triste. Leur envie de jouer avec tous les codes de la féminité est bien normale, elle me paraît même éternelle... quoique aujourd'hui leurs modèles sont des stars hyper féminisées, vulgaires, trash".

Aux magazines féminins louant les petites it-girls alliant branchitude et "pouffitude", elle avait réservé un saignant Génération Pouffista. Avant de s'attaquer aux concours de Mini-miss, que le rapport Jouanno propose aujourd'hui d'interdire. On peut pour évaluer sa tolérance personnelle au phénomène consulter le site du concours américains Toddlers and Tiaras (des bébés et des tiares) et ses "avant-après"  de Mini Miss ou visionner la vidéo d'un concours équivalent en France. Ou encore le site d'une agence américaine de petites mannequins.

Le concours de Mini Miss France 2012 en décembre 2011; Bientôt interdit ?

Récup' électorale

Le grand souci pour un vrai sujet de société est de s'insérer dans une campagne électorale. Le blog Chronique Education a bien remarqué la concordance des temps électoraux pour le retour à l'uniforme ou l'interdiction de maquillage et de talons hauts dans les écoles.

"L’annonce dans de nombreux journaux de cette initiative  ressemble fort à une opération de com’ un peu téléguidée. On notera que Chantal Jouanno, fait cette proposition de la généralisation de l’uniforme dans le rapport cité plus haut. Tout comme cela figure dans les propositions de l’UMP."

Les applaudissements sur Twitter de l'Eglise catholique et des partisans de Christine Boutin font fuir les internautes de gauche, ou les troublent, comme Delphine :

"Fait historique: je suis en accord avec Mmes Bachelot et Jouanno sur le thème de l'hypersexualité! ... ça me fait bizarre.." 

CrepeGeorgette, une blogueuse féministe, relève ironiquement devant les mesures préconisées :

"En revanche, poursuivre les marques qui vendent des strings et soutifs pour gamines.. ON VA PAS EXAGERER!".

Qu'en pensent les lycéennes ? Dans les commentaires du site Madmoizelle, elle sont aussi choquées par les "mini pouffes" qui les suivent sous les préaux, mais de là à désexualiser tout ça sous un uniforme...Mouarf ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !