Hollande, l'homme qui n'aimait pas les vacances ; les Allemands toujours obsédés par Hitler, les hebdos obsédés par Platon, les plantes et... le sexe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hollande, l'homme qui n'aimait pas les vacances ; les Allemands toujours obsédés par Hitler, les hebdos obsédés par Platon, les plantes et... le sexe
©

Revue de presse des hebdos

Hollande, l'homme qui n'aimait pas les vacances ; les Allemands toujours obsédés par Hitler, les hebdos obsédés par Platon, les plantes et... le sexe

En cette période de vacances, vos hebdos news font appel aux bonnes vieilles recettes estivales : on trouve en vrac de la philo, du sexe, de l’Histoire (la Grande) et des histoires de familles en veux-tu, en voilà ! Passage en revue sans ordre hiérarchique.

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Il paraît que l’Allemagne est touchée par une véritable "Hitlermania". Le Nouvel Observateur a enquêté. Attention, il ne s’agit pas de célébration, mais de plongée dans le passé avec toutes sortes de rétrospectives (livres, expositions, films). 80 ans après son accession au pouvoir, Hitler obsède encore toujours les Allemands, constate  le journal, qui rappelle que "120.000 ouvrages ont été consacrés à cette période depuis 1945…". Un intérêt ravivé par la réunification, car "les Allemands de l’Est ne se sont pas penchés sur leur passé comme l’ont fait les Allemands de l’Ouest, et ont vécu durant quarante cinq ans dans l’illusion de leur absence de responsabilité." L’Obs cite le grand historien britannique Ian Kershaw qui explique le phénomène par la combinaison de trois éléments : le mal, le mystère et drame. Hitler incarne le diable plus Staline. Ce dernier a certes organisé la répression, mais cela n’a pas la même intensité aux yeux des gens que l’Holocauste. Ensuite Hitler reste un personnage mystérieux. Comment cet homme venu de nulle par, qui n’est issu ni de l’armée, ni de la bourgeoisie, a-t-il pu prendre le pouvoir en si peu de temps et mettre en œuvre une telle destruction ? Enfin le drame : il s’est suicidé dans sa propre ville et on n’a jamais retrouvé son corps, tandis que Staline est mort dans son lit…Autre aspect de cette mania, un "tourisme noir"  puisque les "sites où s’exerça la barbarie hitlérienne ont été aménagés pour accueillir de plus en plus de touristes avides de mieux comprendre la réalité du IIIe Reich." Il s’agit particulièrement  de Munich, Obersalzberg, ou fut construit le Nid d’Aigle, Dachau, le premier camp de concentration, Nuremberg, la ville où se tenaient les congrès du Parti Nazi.

Valeurs Actuelles démarre une série consacrée à "ceux qui sont revenus au pouvoir"  après l'avoir perdu... De Napoléon à de Gaulle (- d’après vous, est-ce un message subliminal pour souhaiter le come back d’une personnalité qui a perdu la présidentielle en 2012 ? Réfléchissez ! )

Sans transition , un mot sur les Inrockuptibles. Cette semaines, l’hebdo culturel est tout simplement cul, voire trash. Un "dossier" d’une centaine de pages, avec un reportage sur le tournage des films porno du coté de Hollywood et cette angoissante question : "suspendue à une décision de la Cour Suprême de Californie : faut-il rendre obligatoire le port du préservatif sur les tournages de films pornographiques ?". Une enquête sur les clubs libertins à Paris, un business parait-il en pleine expansion puisqu’en l’espace de quelques mois on a ainsi recensé près d’une dizaine de nouveaux lieux dans tout Paris ; le patron d’une des boites a un slogan  : "le libertinage pour tous !",  et comme ils sont sympas aux Inrocks, ils vous donnent deux adresses. Dans le "dossier", vous trouverez aussi  une enquête sur la drague homo masculine, sur le fantasme (- c’est eux qui le disent ), de la prostitution(féminine), beaucoup de photos (-d’un goût très discutable) et l’inévitable test sur votre "nationalité sexuelle". Rien à voir, vous l’avez compris, avec les mièvres enquêtes des magazines féminins bien pensants qui nous expliquent chaque été comment trouver l’amour à la plage ou érotiser son couple.

Rien à voir non plus avec "l'amour" vu par Platon et Aristote. C’est en couverture du Point, qui décrypte "La philosophie de la vie des deux grands penseurs". Roger Pol Droit précise que "contrairement à la légende de son mépris du corps, Platon sait parfaitement que c’est dans l’amour physique, corporel, érotique que tout se joue… Pas de philosophie sans amour : la recherche de la vérité implique une érotisation de la connaissance et un érotisme de la relation entre chercheurs de sagesse. Impossible donc, de faire l’impasse sur les corps. Mais il s’agit pour Platon, de passer de l’attrait de la beauté physique à la contemplation de la beauté des idées. Car l’amour relie tout, rapproche les corps selon toutes les combinaisons possibles (..), aiguise la pensée, tisse ensemble bonheurs et misères". Pas très platonique, tout ça !

Et toujours sans transition, on a relevé la sévérité des éditorialistes qui reviennent sur les incidents récents de Trappes. Dans l’Express, Christophe Barbier pointe "le piège des Trois « I » : immigration, insécurité, islam" à travers un trajet imaginaire, Grigny-Brétigny-Trappes, et qui s’indigne : "Ainsi à Brétigny, quelle que soit la gravité des vols commis à l’occasion de la catastrophe ferroviaire, l’immoralité qui les baigne mérite la colère du pouvoir et non un concert ministériel pour les nier ou les minimiser. De même que la justice n’ait fait qu’admonester  les pillards du RER D de Grigny revient à les encourager et à inciter tous ceux qui voudraient les imiter à passer à l’acte.Cela s’appelle du laxisme , qui est aux institutions ce que la lâcheté est aux individus." S’il admet que "l’islam est enchâssé entre frayeurs et fantasmes", Barbier note que "l’affaire de Trappes montre qu’un islamisme entêté refuse la République et ses lois : à cette idéologie et à son voile intégral, il ne faut pas céder un pouce de territoire".

"Surtout ne rien céder", interjette de son coté Laurent Joffrin, dans le  Nouvel Obs. "La République est parfaitement dans son droit quand elle interdit à ses citoyens ou à ses citoyennes de dissimuler leur visage dans l’espace public. La reconnaissance visuelle est une des conditions élémentaires de la vie en société … Une certaine bien-pensance de gauche voudrait que ces questions religieuses soient secondaires, que les maux dont souffrent les banlieues soient uniquement liés à la situation économique et sociale. C’est conférer aux facteurs sociaux, comme dans l’ancien marxisme, un monopole explicatif simpliste et trompeur"…Mais la Droite n’est pas ménagée :  "la Droite française se trompe en fustigeant de manière unilatérale et grossière le communautarisme musulman. La grande majorité des musulmans de France ne sont pas communautaristes. C’est en sévissant avec rigueur contre les actes de discrimination envers eux que l’Etat confortera sa légitimité dans sa lutte contre l’intégrisme. Maintenir les contrôles imposés aux femmes voilées, réprimer dans faiblesse les agressions dont elles sont victimes : c’est la même politique".

Le Point a voulu rencontrer Cassandra B, la femme voilée de Trappes qui a refusé le contrôle d’identité. A propos de l’ altercation avec les policiers qui a suivi, on n’en apprendra pas plus que ce qui a déjà été dit et écrit ; tout le monde campe sur ses positions (c’est pas moi, c’est l’autre !) et on sent que le ministre de l’Intérieur est attendu au tournant. En tous cas si l’on en croit le journal, Manuel Valls est "sous surveillance de l’Elysée", en raison de son activisme politique. D’autant, rappelle de son coté l'Obs  qu’il s’était déjà auto-proclamé "ministre de l’Eté", en toute modestie. Il sera à nouveau sur le terrain pendant les vacances. Enfin, si l’on peut appeler cela des vacances.

Les ministres ont été officiellement priés de se montrer ; mais ce n’est pas tout. L’Obs révèle que François Hollande, échaudé par la chute des sondages après son séjour à Brégançon, "a fait distribuer par le secrétariat général du gouvernement, une circulaire comminatoire restée jusqu’à présent confidentielle" (et qui ne l’est plus), qui indique que "le président de la République et le Premier ministre doivent disposer des infos suivantes pour les membres du gouvernement qui s’absentent der de leur ministère : 1) les dates de congés, les adresses ainsi que les coordonnées téléphoniques et électroniques qui permettent de les joindre en cas de nécessité ;2) les noms, qualités et coordonnées des personnes en charge de la permanence au ministère ;3) les ministres qui souhaitent s’absenter durant cette période devront choisir une destination leur permettant de rejoindre rapidement leur ministère …" François Hollande et Jean-Marc se contenteront d’une semaine de repos chacun ,et ils ont concocté un séminaire gouvernemental pour le 19 aout .  

Un mot encore sur ce que Le Point appelle "l’affaire Filipetti" : la ministre de la Culture est au centre d’ une véritable bataille d’Hernani dans le monde du théâtre (subventionné), en ne reconduisant pas les patrons des centres dramatiques de Tours, Montpellier et Nice, sous prétexte de féminiser la fonction. Vrai ou faux motif? En tous cas, pétitions et Tribunes se multiplient, sur fond de conflit avec les collectivités qui financent quand la ministre a, elle, le pouvoir de nommer. "Ce qui se passe est d’une extrême violence", déclare le comédien metteur en scène Philippe Caubère .

… Bon, c’est une pirouette, mais de nomination à succession, il n’y pas si loin …Alors si vous vous intéressez à Cuba, sachez que là-bas, mine de rien, on est à la "recherche du prochain maître de la Havane", puisque Raoul Castro a annoncé qu’il quittera la présidence en …2018. Et là-bas jusqu’à nouvel ordre, pas de primaires pour élire un successeur. L’Express passe en revue et fait le portrait des "possibles", pas seulement ceux issus du clan Castro.

Dans la même veine, Le Point s’intéresse à la saga de la famille Le Pen et nous apprend que Jean-Marie Le Pen aurait souhaité que l’ainée de ses filles, Marie-Caroline, lui succède un jour. Mais la félonne a commis l’irréparable en soutenant Bruno Mégret… Et c’est ainsi que Marine s’est hissée à la première place. Mais son père ne lui facilite pas la vie…Notamment pour les investitures aux Municipales !

Lui non plus n’était destiné à succéder à son père. Bachar el-Assad était un enfant timide. Le Point fait le récit du parcours du "garçon effacé devenu tyran sanguinaire"  qui vit désormais "reclus dans un kilomètre carré de sa capitale".

Pas de trêve estivale dans la guéguerre Sarkozy-Fillon. Les deux ex ne parlent et ne se parlent pas, mais font dire. Sabre au clair, Brice Hortefeux, zélé président des Amis de Nicolas Sarkozy, a décrété que "Fillon c’est fini", et que "la mayonnaise ne prend pas". Quant aux fillonistes, d’après Le Point, ils n’en peuvent plus du "sarkothon" : "On se croirait dans une grande opération humanitaire, mais à la base, c’est un sauve-qui peut pour une équipe de bras cassés qui n’a pas été fichue de tenir une comptabilité correcte, ou, pis, qui a un peu bidouillé les chiffres", dit un ancien ministre, qui ajoute : "je ne comprends pas pourquoi Sarkozy ne donne pas tout de suite un million d’euros. Rien ne l’empêche de dépasser le plafond des dons aux partis ( 7650 euros), puisqu’il est cautions solidaire !"

Valeurs Actuelles reprend une information quotidien algérienEl Watan qui a calculé le coût du séjour du président Bouteflika à Paris. L’hôpital et la location d’un étage complet d’un hôtel parisien pour les membres de la famille Bouteflika auraient couté 890 000 euros, somme réglée par la présidence algérienne…

Les noms de Thomas Bangalter et Guy Manuel de Honem-Christo ne vous disent rien ? On ne vous en voudra pas c’est le nom civil des "Daft Punk qui n’apparaissent sur scène que casqués ; le groupe Rock  pulvérise  tous les records de vente depuis plus de 20 ans" et "leur dernier album Random Access Mémories, sorti il y a quelques mois, est déjà un succès historique", mais on ne connait pas leur visage actuel. "Y a-t-il une âme sous le heaume", s’interroge le Point, qui relate la saga de ce duo de rockers qui a la tête bien sur les épaules et qui "ne croit pas au star system, et veut séparer le public du privé".

Et puis, on entendra peut-être reparler de cette information qui a un parfum de scandale révélée par le Point  : les comptes de l’épouse du président d’EDF auraient attiré l’attention de ses banquiers. Non parce qu’ils sont dans le rouge, mais parce que 900.000 euros auraient atterri sur un de ses comptes bancaires depuis le début de l’année. Une partie de cette somme proviendrait de sociétés ayant des liens avec EDF. Affaire à suivre ..

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !