PS : de François Mitterrand à François... Hollande ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des mouvements d’opinion pourraient bénéficier à François Hollande dans la dernière ligne droite des primaires...
Des mouvements d’opinion pourraient bénéficier à François Hollande dans la dernière ligne droite des primaires...
©

« Politico Scanner »

PS : de François Mitterrand à François... Hollande ?

30 ans après le 10 mai 1981 qui voyait l’élection du premier Président de gauche de la Ve République, un sondage TNS Sofres réalisé pour la Matinale de Canal+ et publié le 10 mai revient sur l’héritage laissé par François Mitterrand dans les esprits.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier est député de Loir-et-Cher et vice-président délégué des Républicains. Il a été professeur d'histoire-géographie, chef d'entreprise et porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Voir la bio »

Principal enseignement de l’étude, les deux tiers des Français (65%) considèrent que l’abolition de la peine de mort et les différentes réformes sociales (la semaine des 39 heures, la retraite à 60 ans, le RMI…) ont été les accomplissements les plus marquants des deux septennats menés par François Mitterrand.

Si 73% des sympathisants socialistes citent aujourd’hui l’abolition de la peine capitale comme évènement phare des mandats de Mitterrand, ce chiffre apparaît encore plus important chez les cadres et professions intellectuelles (82%) qui, dans leur opinion, tranchent de près de trente points avec celles recueillies auprès de la classe ouvrière (54% de citation).

« Les sympathisants de l’UMP n’ont beau être que 64% à citer la loi Badinter, ils la considèrent néanmoins comme l’évènement que l’Histoire retiendra le plus des mandats de François Mitterrand, loin devant les réformes sociales (53%) ». Les différentes réformes sociales mises en place par l’instigateur du « tournant de la rigueur » constituent en effet l’autre grand fait marquant de la seule présidence socialiste de la Cinquième  République (65%). « Dans le contexte actuel de réforme des retraites et de défiscalisation des heures supplémentaires, il n’est pas étonnant de retrouver si haut le vote de la semaine des 39 heures, de la retraite à 60 ans et la création du RMI. Les sympathisants socialistes les citent d’ailleurs avant même l’abolition de la peine de mort (83%) » note l’institut.

Qui est principal héritier de François Mitterrand ?

Alors même que le suspens bat aujourd’hui son plein dans la course à l’investiture socialiste pour 2012, il semblerait, aux yeux des sondés, que le principal héritier de François Mitterrand, tout du moins de la pensée mitterrandienne soit un autre François, le corrézien Hollande. Certes, les réponses à cette question sont très disparates et aucun leader socialiste actuel ne semble incarner majoritairement l’héritage du natif de Jarnac. Parmi les personnalités citées, l’ancien maire de Tulle recueille ainsi 18% des opinions, devant Dominique Strauss-Kahn (16%), Martine Aubry (13%) - ordre identique lorsque l’on ne retient que les sympathisants socialiste, respectivement 23%, 20% et 18% - . Alors que Ségolène Royal faisait encore ces derniers jours référence à celui qui a été onze fois ministre sous la quatrième République, cherchant à se poser comme son héritière directe, celle-ci ne retient aujourd’hui que 9% des opinions... Suivent ensuite Laurent Fabius, Premier Ministre sous la présidence de Mitterrand (8%), Bertrand Delanoë (5%), Manuel Valls (2%) ou encore Arnaud Montebourg et Benoît Hamon (1%) dont la notoriété est certes moindre. Souvenons-nous tout de même qu’en 2006, parmi les candidats à la primaire, l’héritier le plus fidèle à François Mitterrand se conjuguait au féminin : à l’époque, Ségolène Royal devançait DSK, Fabius et … Hollande.

Tendance à la baisse pour DSK...

François Hollande, revenons-y. Si la dernière vague d’enquête Ifop/France-Soir du baromètre des primaires du PS confirme l’avance prise par Dominique Strauss-Kahn, candidat socialiste préféré pour 37% des sympathisants de gauche pour 2012, elle confirme également la percée de François Hollande, qui  réunit sur son nom 22% des sympathisants de gauche. Soit 15 points d’écart, certes, mais une tendance à la baisse pour DSK par rapport à la précédente vague (-3 points) et l’effet inverse chez François Hollande, + 3 points.

Et le phénomène prend de l’ampleur si on regarde les écarts de la fin d’année 2010 (vague du 2 décembre 2010) où le match semblait joué d’avance : DSK s’échappait seul en tête avec 41% contre ... 7% pour un François Hollande distancé à l’époque par Martine Aubry à 19% et Ségolène Royal, 18%. Pour résumer, en 6 mois et 8 vagues d’enquête, DSK perd 4 points dans l’opinion des sympathisants de gauche, et François Hollande en gagne 15. Évolution d’autant plus remarquable que les candidats présents dans l’arène sont souvent jugés plus sévèrement que leurs concurrents silencieux ou lointains… Derrière ce duo de tête, se placent la maire de Lille, Martine Aubry qui séduit 18% des sympathisants des sympathisants de gauche et Ségolène Royal à 12%, tandis qu’Arnaud Montebourg et Manuel Valls ferment la marche avec respectivement 4 et 3% de soutiens.

Qui sont alors les soutiens de François Hollande ?

Quand on s’intéresse aux détails par âge, il apparaît très nettement et le graphique le confirme, que les supporters de François Hollande se recrutent chez les plus âgés. Ainsi, en moyenne, DSK séduit 39% des moins de 35 ans contre 14% qui préfèrent Hollande, soit un écart de 25 points ; mais ce dernier réduit son retard quand on regarde les générations aînées 35% contre 29 (6 points d’écart en faveur de DSK) chez les 50-64 ans et 38% contre 31% (7 points d’écart en faveur de DSK) chez les 65 ans et plus.

En fonction de l'âge


Et cette tendance est confirmée au regard des détails par profession où François Hollande fait jeu égal parmi les retraités avec DSK (32% chacun). Etre soutenu par ces classes d’âge est doublement profitable : parce que les 50-64 ans sont une classe d’âge très influente car active, engagée dans la société et à la confluence des générations, en ayant des enfants et encore des parents… Deuxième avantage, qui se vérifie pour toutes les élections, les aînés sont ceux qui votent le plus…

En fonction de la profession

En somme, si la candidature DSK reste plébiscitée par les sympathisants PS, des mouvements d’opinion pourraient bénéficier à François Hollande dans la dernière ligne droite des primaires. En tout cas, il s’est installé comme challenger à DSK, candidat encore virtuel, bien que toujours probable. Et l’élu corrézien pourrait bénéficier d’un phénomène de retournement de l’opinion, à l’image de ceux que connaissent les sportifs : on commence par applaudir le champion dont on sait qu’il ne va faire qu’une bouchée de son rival. Mais celui donné pour perdant se bat et marque des points, jusqu’à forcer l’admiration du public qui bascule en sa faveur. Interrogé sur ce qu’il retient de François Mitterrand, François Hollande répond « c'est la conquête, c'est la ténacité, c'est la volonté, c'est la capacité de pouvoir traverser des épreuves, franchir des étapes et arriver. » Reste à savoir si 2011 ressemblera à 1981…

Quelle personnalité, parmi les suivantes, souhaiteriez-vous voir désignée comme candidat à l’élection présidentielle de 2012, à l’issue des Primaires organisées par le Parti Socialiste ?

Base : sympathisants de gauche -  en %


1/ Fiche technique : Enquête réalisée par TNS Sofres au téléphone pour La Matinale de Canal + les 3 et 4 mai 2011, auprès d'un échantillon national de 950 personnes représentatif de l'ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

2/ Enquête réalisée par l’Ifop pour France Soir par téléphone du 28 au 29 avril 2011 et du 5 au 6 mai 2011, auprès d’un échantillon de 1059 sympathisants de gauche (dont ont été extraits 482 sympathisants socialistes), extrait d’un échantillon de 1976 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Guillaume Peltier pour la Lettre de l'opinion

Guillaume Peltier pour la Lettre de l'opinion


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !