Est-il bien raisonnable d’en arriver à considérer que le salafisme quiétiste est un islam modéré ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le salafisme quiétiste n'est pas un islam modéré.
Le salafisme quiétiste n'est pas un islam modéré.
©Reuters

Quand notre soif de modération nous égare

Est-il bien raisonnable d’en arriver à considérer que le salafisme quiétiste est un islam modéré ?

L'enfer est pavé de bonnes intentions. Les nouveaux laudateurs du salafisme dans sa version non-létale devraient s'en souvenir.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Au rythme où vont les choses, ce n'est pas des djihadistes que les musulmans vont devoir se désolidariser publiquement, mais de la fine équipe de médias « progressistes » qui, convaincus de leur rendre service, sont gentiment en train de transformer le salafisme en islam standard – limite cool.

 

Que le musulman moyen n'ait rien à voir avec les poseurs de bombes et autres mitrailleurs, il n'y a pas grand monde pour en douter. On peut toujours aller du côté du FN ou du Puy-en-Velay pour trouver un abruti en phase terminale professant le contraire, bien sûr, mais le fameux mantra « pas d'amalgame », pour condescendant qu'il soit, a peut-être fini par servir à quelque chose.

 

N'empêche, tout à leur certitude d'être le dernier rempart contre la barbarie souchienne en gestation dans le ventre d'une bête qui, on le sait, reste féconde, d'aucuns finissent par déconner sérieusement. Le premier papier post-Bataclan qui m'ait fait cet effet (c'était sur Slate, un site par ailleurs fort appréciable et je suis bien placé pour le savoir) nous permet en effet de rencontrer Sami, un chauffeur de taxi salafiste de l'espèce « quiétiste » (comprendre : qui n'assassine personne), pour lequel l'auteure développe une sympathie instantanée, consternée par l'idée qu'il puisse être confondu avec un terroriste du fait de son look qami-barbe-pantalon au-dessus des chevilles.

 

On la comprend : à Roissy, les gens « craintifs ou ignorants » préfèrent attendre le taxi suivant, mais pas l'intrépide reporter qui revient d'ailleurs tout juste de Turquie, un pays où il y a de nombreux musulmans.

 

Bon, d'accord, le gars est un peu sexiste (sa femme n'a pas le droit de sortir sans lui, ou alors avec un drap sur la tête mais pas en burqa parce qu'un quiétiste respecte les ordres du « gouverneur » de l'endroit même en grommelant), un poil antisémite et un chouia complotiste pour couronner le tout mais, bon, c'est juste un musulman comme les autres, quoi...

 

Le second article à m'avoir quasiment fait tomber mon ordi des mains (c'est une image parce que je l'ai lu sur un PC de bureau), c'est cet hallucinant panégyrique de l'imam brestois Rachid Abou Houdeyfa, dont la mosquée vient d'être perquisitionnée par la police. Là, c'était sur Rue89, un site pour lequel je n'ai plus beaucoup de sympathie mais ne mélangeons pas tout.

 

Pour mémoire, cet imam finistérien est le gars qui réunit des petits enfants pour leur dire qu'ils seront transformés en singes ou en porcs s'ils écoutent de la musique (ce qui est d'ailleurs théologiquement faux puisque qu'ils seront en fait passés à la kalach) et se demande, lorsqu'il confère à Pontoise, s'il faut battre sa femme. Un mec super. Tiens, même le blogueur Al Kanz le dit ! Ah, il faut vraiment que la France soit devenue totalement islamophobe pour aller lui chercher des poux dans la tête et « l'estampiller radical », à celui là...

 

Mais franchement, je n'en voudrais pas à amis musulmans (zut, voilà que je sonne comme Nadine Morano maintenant), qu'ils aiment le jambon à l'os et le Bordeaux ou pas, s'il leur venait des envies de meurtre en lisant ce genre d'absurdités mielleuses et paternalistes. Un coup de sang est si vite arrivé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !