"Copé peut-il vraiment "tuer" Sarkozy ? Et en attendant, Trump a-t-il une chance de finir président des Etats-Unis, ou fait-il partie de cette génération de politiques que Bruno Le Maire veut "mettre à la retraite ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Copé peut-il vraiment "tuer" Sarkozy ? Et en attendant, Trump a-t-il une chance de finir président des Etats-Unis, ou fait-il partie de cette génération de politiques que Bruno Le Maire veut "mettre à la retraite ?"
©

Revue de presse des hebdos

"Copé peut-il vraiment "tuer" Sarkozy ? Et en attendant, Trump a-t-il une chance de finir président des Etats-Unis, ou fait-il partie de cette génération de politiques que Bruno Le Maire veut "mettre à la retraite ?"

Pendant que la droite va bientôt s'étriper, chez Europe Ecologie-Les Verts, pas de guerre, mais un mourant : le parti lui-même. Les Inrockuptibles s'interrogent à propos de David Cormand. Le malheureux a été nommé à la tête des Verts pour remplacer Emmanuelle Cosse partie au gouvernement.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Il y a de quoi s'y perdre. L'Express annonce que "Copé veut tuer Sarkozy" tandis que l'Obs, lui, prétend que c'est la lutte finale entre Juppé et Sarkozy sur 6 pages tout en indiquant que pour l'instant, il ne s'agirait que d'une guerre froide : "Le premier qui dégaine est mort", assure-t-on dans chaque camp. En vertu de cette sage maxime, la rivalité entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé est aujourd’hui une concurrence très maîtrisée",  avant d'ajouter "Marquer sa différence sans insulter son rival préféré ni l’avenir, voici donc la drôle de guerre que se livrent Sarkozy et Juppé. En surface, tous deux font assaut d’amabilités."

Pendant que la droite va bientôt s'étriper, chez Europe Ecologie-Les Verts, pas de guerre, mais un mourant : le parti lui-même. Les Inrockuptibles s'interrogent à propos de David Cormand. Le malheureux a été nommé à la tête des Verts pour remplacer Emmanuelle Cosse partie au gouvernement. Du coup l'hebdo se demande sur trois pages "Cet homme peut-il encore sauver les Verts ?" On apprend au passage que David a un téléphone "vert fluo" et qu'il a des "jambes immenses".

En évoquant le projet de loi sur l'emploi, Franz-Olivier Giesbert rappelle que le socialiste Guy Mollet avait inventé l'expression "la droite la plus bête du monde" il y a soixante ans. mais aujourd'hui selon Giesbert, nous avons "la gauche la plus bête du monde". Il en veut "pour preuve, après le lamentable débat sur la déchéance de nationalité" voici "les cris d'orfraie poussés en son sein contre la réforme nécessaire du droit du travail."

Pour oublier le cauchemar des Verts, et les angoisses de la future loi sur l'emploi on peut se pencher sur "le cas Dick" l'écrivain américain de science-fiction Philip K. Dick, mort en 1982 dont Radio Nova et Arte reparlent avec une programmation spéciale. Pourquoi pas, mais les Inrockuptibles qui lui consacrent 4 pages en rajoutent un peu (et même beaucoup ?) quand ils décrètent que c'est "l'écrivain qui aura le plus influencé artistes et penseurs de notre temps". Le titre en bas de la Une (consacrée au groupe Feu Chatterton) est plus raisonnable : "Philip K. Dick est-il toujours le boss de la SF ?"

"La France racaille" : Valeurs Actuelles dénonce "les délires du foot, les dérives du rap, le laxisme pénal". Pourquoi pas, mais c'est un peu fourre-tout, en mêlant sport, musique et justice. Le titre intérieur est du même tonneau : "Foot, rap et médias la racaille académie". Plus positif l'hebdo (qui met Hervé Mariton en bas de Une) s'intéresse, aussi, par ailleurs, à un jeune quadra de la politique, Bruno Le Maire (46 ans) qui "veut mettre ses aînés à la retraite" et ne s'en cache pas, en annonçant sa candidature pour la primaire.

"L'ouragan Trump" c'est le titre choisi par Le Point pour son enquête sur Donald Trump, le milliardaire de 69 ans, qui semble bien parti pour être le candidat républicain à la prochaine élection présidentielle américaine. On en parle tellement, qu'on fini par  se rendre compte que l'on sait peu de choses sur lui, à part qu'il est en tête, et ne cesse de faire de sprovocations reprises avec gourmandise par les médias.  Exemple : quel est le montant de sa fortune ? Bloomberg parle de 2,9 milliards de dollars, le classement Forbes le crédite de 4,5 milliards, tandis que Trump lui-même annoncerait plus du double, soit 10 milliards.

Milliardaire en dollars, Trump est aussi millionnaire en followers sur Twitter : 6 millions d'inscrits sur son compte. Si vous suivez l'actualité, les pages du Point ne vous apprendront pas grand chose sur ce businessman populiste qui fascine les médias en exprimant sans retenue la colère d'une partie des Américains contre un système qu'ils excècrent, et que Trump espère remettre à plat de manière simpliste. En tout cas, Trump n'hésite pas à attaquer tous ceux qui lui résistent y compris la chaîne d'info conservatrice Fox News, fâchée avec lui. Richard Ford un écrivain américain le qualifie méchamment de "Carrément trop abdomibable et trop crétin".

Plus originales sont les quatre pages du Point consacrées à un autre milliardaire, le Nigérian Elumelu, 52 ans, "héros de l'africapitalisme"

"Tout est bien qui finit bien" : bonne nouvelle pour Muriel Mayette-Holtz souligne l'Obs sur 4 pages. Celle qui est aussi l'épouse du journaliste sportif Gerard Holtz  (ex-Dakar) a trouvé les chemins qui mènent à Rome :  "Le décret signé par François Hollande en septembre dernier l’affirme : elle est désormais, pour une durée de trois ans, directrice de la Villa Médicis, à Rome. A 51 ans, elle s’est installée dans son bel appartement de fonction, dominant la Ville éternelle." Et Mme Mayette-Holtz est entourée d'artistes résidents, heureux élus qui bénéficient "d’une bourse mensuelle de 3 300 euros, d’un logement et d’un atelier confortables". Le budget annuel est d’environ 8,5 millions d’euros.

"Demain sera bio" assure l'Obs qui consacre sa Une et un dossier de 10 pages à la bonne bouffe sans ces fameux pesticides omniprésents dans notre alimentation dénoncés par une récente émission de Cash Investigation. L'hebdo donne la parole à Mélanie Laurent et Cyril Dion, réalisateurs du documentaire "Demain" qui démarre par l’évocation de pratiques agricoles nouvelles. Ce documentaire serait en piste pour décrocher un César ce 26 février.

Quand on leur dit que le bio, c'est peut-être bon et bien, mais plus cher, ils répondent de manière argumentée : "Quand vous achetez un légume conventionnel, vous vous condamnez en réalité à le payer quatre fois. Une fois en magasin ; une fois en impôt pour rattraper les dégâts d’une agriculture qui ravage l’environnement ; une fois en subventions publiques, car l’agriculture est sous perfusion pour rattraper les prix pratiqués par la grande distribution ; une fois en frais médicaux, car ce légume truffé d’intrants chimiques est nocif. Je pourrais ajouter une fois en Pôle Emploi, car l’agriculture ultramécanisée met de plus en plus de paysans au chômage... Donc, si nous options tous pour un légume bio, nous le paierions sans doute 20 à 30% plus cher, c’est vrai. Mais nous ne le paierions qu’une fois." Tout en reconnaissant que tout n'est pas encore tout rose dans le monde du bio : Acheter des fraises bio mais cultivées dans des serres chauffées au fioul et ramassées par des armées d’ouvriers surexploités, c’est hélas possible..."

Echapper aux pesticides, manger équitable, et/ou bio sans se ruiner, n'est pas encore très simple. Mais l'espoir fait vivre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !