Conseils aux hommes pour se construire une garde-robe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Voici comment se constuire une garde-robe.
Voici comment se constuire une garde-robe.
©Parisian Gentleman

Atlantico chic

Conseils aux hommes pour se construire une garde-robe

Nous inaugurons ce jour une publication en 4 parties, dans laquelle Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne, explique pas-à-pas aux hommes comment se constituer une bonne garde-robe, en fonction de ses moyens, de sa profession et de ses goûts. Indispensable.

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Gentlemen,

vous êtes de plus en plus nombreux à lire ces colonnes et à vous passionner, quel que soit votre âge, pour l’élégance masculine classique.

Pour beaucoup d’entre vous, comme ce fut le cas pour votre serviteur, cette découverte du monde de l’élégance masculine fut un véritable « choc » : la découverte que quelques notions simples d’élégance et qu’un peu d’éducation en la matière pouvaient avoir un impact considérable sur votre façon d’être, votre confiance en vous et, finalement, votre existence.

Mais passé le « choc » de la révélation sartoriale et les premiers émois liés au port d’un costume bien coupé, vous êtes également de plus en plus nombreux à vous trouver très vite confrontés à l’épineuse question de la constitution d’une garde-robe digne de ce nom, c’est à dire à la hauteur de votre éducation et de vos ambitions nouvelles en la matière.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette question concerne tout le monde – du jeune homme de 20 ans songeant tout juste à son premier costume « d’homme » au quinquagénaire déjà à la tête d’une garde-robe business consistante (mais achetée sans aucune éducation dans le domaine) – et que bien souvent la seule réponse consistera, quel que soit votre âge, à … (re)démarrer de zéro.

C’est malheureusement le prix à payer, si j’ose dire,  pour les gentlemen s’intéressant nouvellement, mais passionnément, à leur élégance personnelle et découvrant bien souvent avec effroi que la grande majorité des costumes constituant leur garde-robe « de marque » (achetée deux fois sur trois par leur épouse) est thermocollée, trop grande et mal coupée…

Mais pas de panique cependant, car si se constituer une garde-robe de qualité peut mobiliser un peu de temps (et d’argent), cela ne représente pas non plus une épreuve insurmontable, surtout pour celui qui prendra le temps de s’éduquer à la chose vestimentaire, dans ces colonnes ou dans d’autres.

Bien entendu, la notion de garde-robe idéale générique n’existe pas puisque qu’elle dépendra en grande partie de votre style de vie, de votre profession ainsi que de quelques données climatiques (selon que vous résidiez à St Pétersbourg, à Bordeaux ou à Miami).

Cependant, afin de commencer à débroussailler le sujet et de tenter de vous donner quelques premières directions de qualité dans cette entreprise complexe, je vais prendre l’exemple que je connais le mieux : le mien. Je pense en effet que, d’une part, il illustre bien le propos et que, d’autre part,  j’ai suffisamment étudié le sujet pour pouvoir prétendre en extraire quelques principes gagnants.

Contrairement à ce que vous pourriez imaginer, ma garde-robe personnelle n’est pas constituée d’une profusion de costumes mais d’une « petite » quinzaine d’ensembles, tous de haut niveau et méticuleusement choisis, dont huit costumes en grande mesure.

Ces huit pièces Bespoke (grande mesure), toutes issues de la Maison Cifonelli, m’ont demandé cinq années de travail (et de patience) et constituent le socle de ma garde-robe. Le choix de chaque costume ayant fait l’objet d’une longue réflexion et de discussions avec mon tailleur, je pense donc qu’il peut être intéressant pour vous de vous inspirer des quelques grands principes qui ont guidé mes choix, notamment en termes de chronologie d’achat.

Bien entendu, comme il sera question ici de type de costume (couleur, coupe) et pas de qualité de fabrication, les principes énoncés sont également parfaitement valables en prêt-à-porter et ce, dans toutes les gammes de prix.

La partie « Bespoke » de ma garde robe est aujourd’hui constituée de six costumes de ville, d’une veste sport (dépareillée) et d’un costume formel (en cours de réalisation). J’ai pour projet d’y ajouter cette année un costume d’été en laine fine ainsi qu’une seconde veste sport, toujours en grande mesure évidemment.

Huit costumes (dont un formel et un d’été) et deux vestes dépareillées me semblent d’ailleurs constituer un excellent objectif à atteindre pour qui souhaite se construire une garde-robe solide, c’est à dire élégante, adaptable et durable. Dix ensembles est, par ailleurs, un nombre raisonnable  pour qui souhaite s’habiller en sur mesure au quotidien.

A suivre la semaine prochaine,

Cheers, HUGO

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !