Comment Linky, le nouveau compteur électrique "intelligent" d’ERDF, déchaîne les passions sur les réseaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Comment Linky, le nouveau compteur électrique "intelligent" d’ERDF, déchaîne les passions sur les réseaux
©

Revue de blogs

Comment Linky, le nouveau compteur électrique "intelligent" d’ERDF, déchaîne les passions sur les réseaux

35 millions de compteur d'électricité seront remplacés d'ici à 2021 par "Linky", un compteur intelligent qui commence plutôt mal sa carrière, dans une véritable guerre des commentaires sur les réseaux sociaux.

Claire Ulrich

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio »

La France qui n'est ni sous l'eau ni en proie à l'Euro s'échauffe autour du compteur Linky d'ERDF (aujourd'hui Enelis). La jacquerie fait tache d'huile depuis le début des installations en décembre avec un nombre croissant de maires et d'administrés refusant tout net le nouveau compteur vert, par conviction, par méfiance, ou pour ne pas assumer d'éventuelles responsabilités non prises en charge par les assurances (ondes électromagnétiques, perturbations éventuelles provoquant des incendies). L'un deux a ouvert un blog pour lister les communes dissidentes.  Les réunions publiques, comme celle suivie par Frederic Wolff ne se passent pas bien : ' Des communes  s’opposent à ces mouchards toxiques, des collectifs s’organisent, des individus cadenassent leurs bons vieux compteurs… Manifestement, le courant a du mal à passer. Vendredi dernier, une réunion publique a rassemblé près de 400 personnes dans un village du nord-Bretagne ". De blog en blog,des modèles de lettre de refus d'installation s'échangent. La révolte des usagers est devenue un sujet d'étude de chercheurs sur Conversation tant la température monte. Que nous arrive-t-il ?

Alain Ternaute souligne qu'il s'agit d'un diktat:  'Ce que je trouve moche dans cette histoire, c'est le fait d'imposer ce type de compteur. Je trouvais déjà moche le fait d'interdire de compléter son réseau avec sa propre production électrique, alors là...''. Les ondes électromagnétiques sont les grandes inconnues, et les grandes craintes. Les associations d'électrosensibles accumulent interventions, publications d' études françaises ou étrangères, que l'on peut retrouver en détails sur le site ''Robin des toits' ou sur de multiples pages Facebook. L'empilement de contre expertises rassurantes ne fait rien pour adoucir les angles, et Dartevelle estime que l'on encaisse là une addition du passé : ''Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une 'peur du changement'. Il me semble que c'est plutot la conséquence de scandales sanitaires (ou supposés) : Tchernobyl, vache folle, sang contaminé, etc. On ne fait plus confiance aux experts et aux agences officielles". 

Ben Lefeteys'interroge sur les 'économies d'énergie' promises par ERDF via ce compteur, par une meilleure gestion de l'offre et de la demande. Pour lui, la transition énergétique  devrait passer par d'autres voies. " ERDF pourrait utiliser différemment ces 5 milliards € pour réduire de manière sûre la consommation d’électricité. 5 Mds €, ce n’est pas rien quand même comme budget, on peut en faire des choses avec tout cet argent ! (...) On pourrait donc imaginer que ce budget de 5 Mds d'euros serve à isoler  250 000 logement HLS (20 000 euros en moyenne).''

Sécotine réagit elle aussi aux promesses d'économies. Comme beaucoup d'autres, sur les réseaux sociaux, elle n'y croit pas : 'Les ondes ne me préoccupent guère, le compteur est loin de la maison, mais venir me dire que ce compteur me permettra de mieux gérer ma consommation et me faire faire des économies, là, on se paye ma tête .Marre d'être infantilisée'.  

Un post plutôt positif pour Linky sur contrepoint a déclenché un long fil de commentaires où arguments et contre-arguments déferlent. Jean-Pierre craint surtout une gestion à la minute des tarifs : "Linky est bien une avancée vers des tarifs d’électricité variables en fonction de l’état du réseau (il y a du soleil et/ou du vent, les échanges avec les pays frontaliers sont déséquilibrés, etc…), et en final l’évolution instantanée du prix de l’électricité sur le marché. Donc Linky, lorsqu’il sera utilisé comme ses fonctionnalités le permettent, sera une solution ultra libérale, permettant par exemple un marché « à la californienne », avec une variation du prix de l’électricité tous les quarts d’heure".

Erwan est pour Linky: '' S'il y a un panneau photovoltaique en face de chez moi et que mon compteur peut piloter la mise en service de certains équipements chez moi comme une machine à laver et qu'il peut utiliser le panneau d'en face, je ne vais pas m'en priver, mon compteur ne peut pas le faire, Linky le permettra (...) sans cette vision 'production locale, consommation locale', je ne vois pas comment on fera la transition énergétique, donc, oui, Linky permettra d'avoir ces flux locaux, donc, oui, je suis favorable à ce dispositif'

Jeudelois, désabusé, voit surtout des économies salariales: "Erdf employait 6000 personnes en France pour relever les compteurs . Avec Linky ça fera 6000 chomeurs de plus" .

L'autre inquiétude, celle d'un "flicage" à distance, et in situ, est celle de Korben, un blogueur tech, "Je n'ai pas peur d'avoir un cancer à cause d'un compteur Linky, enfin, pas plus qu'avec ma télévision et les ondes de la TNT qui me traversent le crane toute la journée. Mais les spécialistes de l'electrosensibilité viendront surement me contredire. Toutefois, là ou j'ai plus de craintes, c'est concernant les données personnelles. La CNIL vient de valider le truc, mais il faut quand même avoir conscience qu ces relevés permettent de deviner grace à la consommation mesurée si une personne est chez elle, si elle prend une douche, si elle va se coucher...etc."  (voir l' avis de la CNIL, qui elle aussi reconnait que l'on peut déduire beaucoup d'informations d'une consommation);

Ses lecteurs ne sont pas tous si crispés : ''C'est peut être une question de vie privée pour vous, mais d'un autre côté, c'est le fournisseur, tôt ou tard, il faut bien qu'il sache ce qu'il vous fournit (...) ça permet de ne pas surdimmensionner le réseau électrique, de ne pas installer des grosses centrales un peu partout, bref, ça n'a que des avantages pour tout le monde, et surtout pour la planète". Marc Filterman réplique : "Nous venons d'apprendre ce matin (18 mars) que des hackers russo-cubains ont perturbé pendant 2 semaines en octobre 2015 le controle de l'hydrolienne immergée au large d'Ouessant. Mais il parait que nous sommes des agitateurs d'opinion, de dangereux paranos qui cristallisons les peurs. Quand les concentrateurs Linky et une de nos centrales électriques seront piratées, comme en Ukraine, je pense que les compagnies d'assurance (...) ne trouveront pas ça drôle'.  Zben plaide pour  le partage de données, au contraire : ''Pour une fois que nous décidons d'anticiper avec ce compteur (...) ce compteur est imparfait certes, mais évoluera pour s'adapter plus facilement. Notre système électrique est inadapté pour un futur énergétique intermittent, le partage de nos data sera indispensable pour le faire fonctionner; Arrêtons l'individualisme à outrance, ce sera pour le bien de tous''.

Enfin, il y a ceux qui craquent après trop d'avis contradictoires, de volts, de wats et de courbes d'impacts carcinogènes, comme Dahut sous un article local de 'L'indépendant' "Que les réfractaires aux compteurs communicants, aux ampoules basse énergie, aux antennes de téléphonie mobile, ... - bobo de l'anti-modernisme - aillent vivre à la campagne ou la montagne sans électricité, sans eau de robinet contaminée, .... et qu'ils nous laissent vivre !!!!" .Candide conclut benoitement: "La paranoïa aussi est dangereuse, probablement bien plus que les compteurs".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !