Cette nouvelle fonctionnalité de l’iOS 8 qui va révolutionner l’utilisation de l’iPhone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Présentation de l'iOS8
Présentation de l'iOS8
©Reuters

Technologie au service de la Santé

Cette nouvelle fonctionnalité de l’iOS 8 qui va révolutionner l’utilisation de l’iPhone

La présentation du nouveau système d'exploitation de l'iPhone, 8ème du nom, réserve quelques surprises. Et s'il y a bien une application parmi celles qui l’accompagneront qui se démarque des autres par son potentiel, c'est l'application "Santé".

Christophe Benavent

Christophe Benavent

Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.

Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.

Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et Société de Nanterre, ainsi que le Master Management des organisations et des politiques publiques.

 

Le dernier ouvrage de Christophe Benavent, Plateformes - Sites collaboratifs, marketplaces, réseaux sociaux : comment ils influencent nos Choix, est paru en mai  2016 (FYP editions). 

 
Voir la bio »

Atlantico : Parmi les futures applications "star" que l'on pourra retrouver dans la prochaine mise à jour d'apple, l'iOS 8, on trouve notamment l'application sobrement intitulée "Santé". Le fait qu'Apple souhaite aujourd'hui accompagner ses utilisateurs dans leurs modes de vie est-il une nouveauté ?

Christophe Benavent : Très clairement non. Apple a accompagné ses utilisateurs d'abord dans le divertissement avec i-tunes, mais aujourd'hui le téléchargement marque le pas au profit du streaming, c'est d'ailleurs une des raisons présumée du rachat de Beats. En revanche la part des applis et software est en croissance forte (l'ensemble des services et software de Apple représente un CA de 16 milliards de $). Ce que l'on doit comprendre c'est que "health" est bien plus qu'une application, c'est une plateforme de développement. L'innovation ici est moins tournée vers les utilisateurs que vers les développeurs. Il s'agira de fournir la plateforme autour de laquelle tout un écosystème va se développer, et de manière nette on espère que le domaine de la santé dans son sens le plus large qui va du bien-être au médical en passant par le sport est à la fois un de ceux les moins bien développé et qui présente le plus de potentiel.

Son design ressemblera fortement à l'application Passbook, permettant de centraliser tous ses billets de cinéma, d'avion etc... En quoi l'application ne serait pas qu'un portefeuille centralisant des données liées à sa santé ? 

Oui c'est une sorte de portefeuille, mais un portefeuille de données et cela change tout. Les données en elles-mêmes sont peu importantes, mais leur transformations sous forme de visualisation, de services, de coaching peut leur donner une valeur considérable. Et encore une fois le gain pour Apple ne viendra pas des utilisateurs finaux mais de tous ceux qui peuvent être amener à exploiter ces données : médecins et hopitaux, assurances, laboratoire pharmaceutiques, etc. En faisant de health un standard des données de santé, les tierces-parties seront amenés à adopter les outils d'Apple et à faire de "health" le i-tune de la santé.

Pourrait-elle donner envie à ses utilisateurs de s'intéresser davantage à leurs rythmes de vie ? Quel pourrait-être l'impact de cette application sur ceux qui la recevront après la mise à jour ?

Oui, avec l'ensemble des acteurs de ce marché. L'impact sur les consommateurs ne sera pas forcément immédiat et il sera certainement très différenciés. Le secteur de la santé est du point de vue de la consommation très différent de celui du divertissement, ce n'est pas un marché de masse mais un marché très fragmentés. Des populations très différentes seront touchées. Celle des sportifs confirmés qui ont déjà adoptés bracelets et leurs applications telles que runstatic en forme une, les diabètiques une autre, celui du cardio encore une différente.  L'enjeu c'est d'aller bien au-delà du gadget comme le antimosquito qui doit représenter actuellement l'application la plus téléchargée, mais d'offrir un accompagnement véritable que les consommateurs sont prêt à payer. Les domaines à exploiter seront ceux où les problèmes de santé sont à la fois grave et chronique  (obésité, cardio, diabète, grossesse...sans oublier la psychiatrie et surtout la gérontologie) et pour lesquels un relevé régulier de données permet d'améliorer la prévention et/ou les soins.

Quel genre d'utilisation peut-on imaginer si cette application est connectée à l'avenir avec l'iWatch, la montre Apple ?

Elle y sera connectée naturellement ! La seule questions est de savoir quelles données seront capturées. La nouveauté techniques est pour Apple de rapatrier les données de mouvements dans l'I-phone notamment pour compter les pas, mais l'enjeu au-delà de l'application est de monitorer le rythme cardiaque, la respiration, des mesures telles que la glycémie, et pourquoi pas d'autres données physiologique qui rendent compte de choses plus abstraites telles que le stress ou les émotions. Ceci dit à propos de l'iWatch, il s'agit d'un gadget. N'oubliez pas que Nike a abandonné son fuelband (bracelet sportif ndlr). Les concurrents dans le domaine des devices sont nombreux et les marges à terme peu élevées.

Egalement, peut-on prévoir que la centralisation de toutes les données "Santé" de l'Iphone puisse donner lieu à d'autres applications qui s'en serviraient ?

La première application générique est naturellement la médecine courante. En donnant son smartphone à son médecin, pourvu qu'il soit équipé des softwares adéquats, celui-ci pourra affiner son diagnostics. On peut étendre cela à la médecine d'urgence bien sûr. Le monde pharmaceutique peut aussi être intéressé, ne serait-ce que pour suivre à plus grande échelle des populations sous traitement et améliorer ses molécules. Il y a bien sur un champs nouveau dans les services de coaching qu'il s'agisse de sports de compétition ou simplement du bien-être. Le monde de l'assurance et de la protection sociale est aussi fortement concerné.  Encore une fois répétons que l'enjeu n'est pas dans le décompte des tasses de café, mais dans la construction d'un éco-système où la donnée santé sera la brique élémentaire d'une multitude de services.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !