Carrefour ...oui mais pas tout de suite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Carrefour ...oui mais pas tout de suite
©LOIC VENANCE / AFP

Atlantico Bourse

Carrefour ...oui mais pas tout de suite

Le marché a salué le contenu du plan stratégique 2020 présenté par M.Bompard mercredi dernier.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

La confiance des investisseurs était déjà palpable depuis plusieurs semaines : le titre était passé de 16,5€ environ après l’annonce des résultats en septembre à près de 19€ avant l’annonce du plan !

Il y a moins de 3 mois l’ambiance autour de Carrefour était dégradée : résultats en berne, difficulté sur son activité « cœur » en France, panne stratégique et, peut-être surtout, le spectre d’Amazon instillant un doute sur la pérennité même de l’activité à terme. Le titre s’était effondré au moment de l’annonce des résultats à la fin de l’été 2017. Il était passé de 23€ à 16€ en quelques semaines. Nous étions alors bien loin des plus hauts à 32€ touchés furtivement mi-2015, soit-dit en passant une perte en capitalisation pour les actionnaires de plus 16 Milliards d’Euros.

Une profonde révision de la stratégie était donc plus que nécessaire sans quoi la spirale négative entrevue pendant l’été 2017 se serait probablement amplifiée. Le schéma est connu : l’entreprise voit son activité ralentir…quelques temps après le cours de bourse est sanctionné…le doute s’installe…et si des mesures de relance adaptée ne sont prises…les investisseurs finissent par sortir complètement du titre et faute d’avoir agit à temps, l’entreprise est condamnée à des mesures drastiques de sauvegarde voire mise en liquidation ou rapprochée d’un concurrent dans de mauvaises conditions que ce soit pour les salariés et les actionnaires.

Dans le cas de Carrefour, la mesure la plus significative par son ampleur est probablement la réduction de coûts d’un montant de 2 Milliards d’Euros. La plupart des analystes anticipaient moitié moins.  Certaines mesures  auront des impacts plus difficiles à mesurer avant plusieurs mois comme les cessions immobilières ou le partenariat avec le Chinois Tencent dans la vente en ligne.

Ces mesures sont classiques des entreprises en difficulté. M.Bompard a agi de la même manière que beaucoup de ses confrères en réduisant autant que possible les dépenses, mis en place des partenariats ou engagé une guerre des prix pour regagner des parts de marchés…  Les investissements dans le digital traduisent un changement plus fondamental selon nous. Les montants en jeu sont massifs avec un cumul de 2,8 Milliards sur les 3 prochaines années.

Le but de M.Bompard est de relancer la dynamique de Carrefour aussi bien pour faire croître le Chiffre d’Affaires que pour améliorer les marges. En comparant avec ce qui s’est passé pour certains concurrents, nous pensons que ce pari stratégique pourrait s’avérer gagnant et se répercuter positivement sur le cours de bourse. Casino il y a quelques années en France ou Wal-Mart aux Etats-Unis ont redressé leur activité via le digital  et ont vu leur cours de bourse progressé vivement.

Tout ceci est positif mais va prendre du temps et pourrait se heurter à des écueils opérationnels avant d’avoir un effet favorable sur l’activité et la rentabilité. Nous attendrons donc de voir les premiers bénéfices du plan Stratégie 2020 avant de revenir à l’achat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !