80 jours d’attente pour un rendez-vous chez l’ophtalmo, une exception française ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
80 jours d’attente pour un rendez-vous chez l’ophtalmo, une exception française ?
©Reuters

Au royaume des aveugles

80 jours d’attente pour un rendez-vous chez l’ophtalmo, une exception française ?

S’il faudra bientôt attendre trois mois pour se faire prescrire des lunettes, il suffirait de trois minutes pour régler le problème.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Déjà proche des 80 jours en moyenne, l’attente d’un rendez-vous chez l’opthalmo devrait continuer à augmenter dans les années qui viennent, indique un rapport de la DRESS, un machin officiel chargé d’alerter sur les problèmes de ce genre sans jamais leur trouver de solution. Entre les Français qui vieillissent et leurs gosses qui passent leur vie à loucher sur des écrans, on imagine bien que la situation ne va pas s’améliorer…

Ce phénomène tient pourtant davantage de l’exception gauloise que de la fatalité. Et chez la plupart de nos voisins, où l’on vieillit pourtant au même rythme et où l’on perd au moins autant de temps sur Facebook, on ne semble pas connaître ce genre de désagrément.

C’est que, dans la plupart des pays civilisés, figurez-vous que l’on ne se rend chez l’ophtalmo que lorsqu’on est malade. Pour contrôler sa myopie ou pleurnicher sur l’évolution inexorable de sa presbytie, on se contente d’aller chez l’opticien. Oui, chez l’épicier des lunettes. Les pseudo blouses blanches de chez Optic 2000 et Alain Afflelou, avec leur BTS ou leur licence pro, sont en effet parfaitement capables d’additionner des dioptries et, éventuellement, de vous référer à un spécialiste en cas de cataracte inopinée…

Curieusement, et en dépit d’un assouplissement de la réglementation permettant aux opticiens de renouveler une prescription pour lunettes datant de moins de deux ans, les ophtalmos continuent de consacrer l'essentiel de leur temps à effectuer ces examens de routine, d’où l’attente imposée aux malades authentiques pour les problèmes desquels ils ont été formés si longuement.

Une attente en jours d’ailleurs fréquemment associée à une attente en heures, lorsque votre rendez-vous de 14h00 se transforme systématiquement en rendez-vous de 17h00 et que vous passez l’après-midi à feuilleter de vieux numéros du Figaro magazine avant de verser votre obole à un spécialiste aux honoraires aussi libres que ses horaires.

Alors pourquoi c’est comme ça, s’il suffit de transférer la mission des examens de la vue aux opticiens pour en finir avec la pénurie ? Sans doute à cause des ophtalmos eux-mêmes, qui verraient d’un assez mauvais œil ces millions d’actes inutiles leur filer entre les doigts. Et peut-être un aussi à cause des myopes eux-mêmes, convaincus que sans passer par la case docteur, c’est la canne blanche qui est en vue. Bel aveuglement tout de même...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !