François, Val et Julie : les feux de l’amour, épisodes 3, 4, 5, 6… et le reste ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François, Val et Julie : les feux de l’amour, épisodes 3, 4, 5, 6… et le reste !
©Reuters

Revue de presse people

François, Val et Julie : les feux de l’amour, épisodes 3, 4, 5, 6… et le reste !

Où l’on retrouve Julie en larmes après la victoire de mai 2012, François à la porte de son domicile à 4 heures du mat’ et Valérie, stratège, “ occupant le terrain ”… Ah, vous en avez raté des choses ! Séance de rattrapage…

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Ca commence à devenir gonflant, cette histoire, non ? Parce que ça continue, et allez ! Chaque jour, chaque heure, ou presque, il se passe quelque chose de nouveau, un vrai feuilleton, sauf qu’y a même pas à appuyer sur le bouton : ça sort tout seul, dis donc. Vous pensez avoir tout lu, tout entendu ? Encore raté, caramba ! Quand y’en a plus, y’en a encore. D’ailleurs, c’est pas compliqué, on va tout vous balancer… et puis, vous ferez votre marché, hmmm ? Pffff, des fois, je vous jure, on aimerait mieux faire des confitures…

Un acte manqué, le “ Closergate ” ?

Le président a-t-il volontairement laissé exploser l’affaire ?, s’interrogeait-on jeudi, dans la revue de presse des hebdos, suite aux révélations du “ Nouvel Observateur ”. Rédacteur en chef de “ Gala ”, Matthias Gurtler penche pour un acte manqué, une sorte de consentement inconscient : “ Le Président normal est-il un Président comme les autres ? Bien sûr que oui, répond-il. La “ normalitude ” dans ce cas-là étant avant tout une posture politique, un axe de communication post-élection. Ce n’est donc pas pour cela que le magazine “ Closer ” brisa un tabou la semaine dernière en publiant un reportage sur le lien supposé entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet. Si cette autocensure fut levée, j’imagine que c’est aussi parce que les journalistes et paparazzis de cette publication se sont sentis invités à la faire. En clair, que les protagonistes de ces photos volées leur ont inconsciemment tendu des perches sans commanditer cette publication. La dernière “ perche ” en date étant la réplique de Stéphane Guillon en présence de Julie Gayet sur le plateau du “ Grand journal ” avant les fêtes ”.

François Hollande savait que les photos allaient sortir quatre jours avant leur parution

Mais “ Grazia ” est mieux informé… “ Depuis le lundi précédant la parution du 10 janvier, affirme le mag, l’Elysée savait que les photos allaient être publiées. Hollande n’a pas bougé. A aucun moment ses équipes n’ont pris langue avec “ Closer ” ou ne se sont réunies pour faire face à l’événement. Le Président, embarrassé, semble figé. “ Il est dans une situation qu’il déteste, il ne supporte pas de mêler vie privée et vie publique. C’est ce qui l’avait ébranlé dans l’affaire du tweet. Il est très pudique, corseté, décrypte Cécile Amar, journaliste et auteur de la meilleure bio du Président (“ Jusqu’ici tout va mal ”, Grasset, ndlr). Il pense toujours qu’un problème va se résoudre de lui-même, qu’une solution va s’imposer ” ”. On peut dire que c’est raté…

Des premiers clichés avaient été interdits

Victime d’une paralysie, d’un surcroît de confiance, le président ? L’été dernier, pourtant, il avait empêché la sortie d’autres clichés… “ Le 20 juillet, rapporte en effet “ Voici ”, Julie Gayet rejoint François Hollande dans les coulisses d’un concert d’Olivia Ruiz à Brive, en Corrèze. Tous deux ont d’ailleurs été photographiés, le matin-même, sur le marché de Tulle — des photos dont l’Elysée aurait interdit la publication ”. Comme quoi, il y avait moyen de moyenner et de bloquer la parution du 10 janvier…

Ségolène négociatrice ?

Mais “ Voici ” a un bien plus gros scoop : deux photos de Ségolène Royal sortant de la Pitié-Salpétrière où est hospitalisée Valérie Trierweiler… “ Jusqu’à présent, Ségolène avait refusé de tendre la main à Valérie, mais on ne tire pas sur une ambulance… ”, commente le people, qui ne croit pas si bien dire puisque, “ Grazia ” nous l’apprend, Valérie avait elle-même, très récemment, tenté, sans succès, de se rapprocher de “ l’ex ”. Cela se passait le 8 janvier dernier, lors de la projection privée du biopic d’Yves-Saint-Laurent au Palais de Chaillot…

Quand Valérie tente un rapprochement avec Ségo

“ (Valérie Trierweiler) a organisé cet événement mondain, rapporte le mag, et se retrouve soudain prisonnière d’une solitude visible de tous. Car il y a là le tout-Paris. En Première dame consciente de ses responsabilités, elle a convié le gratin politico-médiatique : Maïtena Biraben, François Bachy, Catherine Clément, mais aussi Pierre Bergé, Raymond Depardon, et encore Manuel Valls, Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem… Mais François Hollande brille par son absence. Soumise à une tension qu’elle réprime mais que tous perçoivent, elle cherche des appuis. Dans une tentative désespérée, elle a même convié, par le truchement d’amis communs, Ségolène Royal. Pour faire la paix, pour comprendre aussi, peut-être, ce qui lui arrive. Evidemment, “ l’ex ” ne donne pas suite ”. Depuis, visiblement, Ségolène a changé d’avis… par pure solidarité féminine ?

Julie en larmes après la victoire de François

D’après “ Closer ” qui récidive ce vendredi avec de “ nouvelles révélations exclusives ”, François Hollande et Julie Gayet s’aime(raient) depuis 2 ans ! ” (c’est nous qui mettons le conditionnel). Le “ courant ” serait en effet “ immédiatement ” passé entre l’actrice et le futur chef de l’Etat lors de leur rencontre en 2011, “ lorsque Ségolène Royal, dont Julie est un fidèle soutien, la présente à François Hollande, affirme le mag. (…) Mais si Julie est libre, la situation de François Hollande est plus périlleuse. (…) A Tulle, c’est avec Valérie que François Hollande monte sur scène, le soir de la victoire le 6 mai 2012… Peu après, on croise Julie Gayet en pleurs au Festival de Cannes et ses proches lui trouvent une petite mine ”.

Julie et François délogés de leur premier nid d’amour

“ En décembre 2012, poursuit le people, François Hollande et Julie Gayet se retrouvent. Julie a ses habitudes rue du Faubourg Saint-Honoré, où sont domiciliés les bureaux de sa boîte de production. Tout à côté, elle dispose d’un 265 m2 où un proche a installé son bureau et où elle accueille le Président. Mais le couple cessera pourtant rapidement de s’y voir après que le concierge de l’immeuble a tenté de les prendre en photo… ” Déjà, les paparazzi guettaient, on dirait… “ Tous deux se retrouveront alors parfois au domicile de Julie, complète le journal, dans un charmant loft au fond d’une impasse de l’est parisien où elle vit avec ses deux fils (…) ”.

Valérie “ occupe le terrain ”

Et Valérie, elle ne s’est aperçue de rien, Valérie ? Quand “ la rumeur finit par venir à ses oreilles ”, indique “ Closer ”, elle “ s’installe (…) à l’Elysée. Objectif : occuper le terrain ! Julie est à Cannes ? Tout juste de retour d’une mission humanitaire de 48 heures au Mali, Valérie y va le 19 mai 2013, pour assister à la projection du nouveau documentaire de Claude Lanzmann, “ Le dernier des injustes ” ”. Une tactique pas forcément payante, à en croire “ Voici ”, qui livre une info… pour le moins… étonnante !

Quand Val laisse François à la porte, à 4 heures du matin…

“ Le 31 mai 2013, rapporte “ Voici ”, (Julie Gayet) retrouve (François Hollande) lors de la finale de la Coupe de France de foot, mais pas dans la tribune officielle. Ont-ils joué à deux une troisième mi-temps ailleurs ? En tout cas, selon un témoin, le président aurait trouvé porte close, à 4 heures du matin, en rentrant dans l’appartement qu’il partage avec Valérie Trierweiler, dans le 15e arrondissement. Sa compagne officielle aurait volontairement laissé la clé dans la serrure, l’obligeant à trouver refuge en catastrophe à l’Elysée ”. Ben vrai, on s’y attendait pas à celle-là !

Le rendez-vous de Mougins

Pas de quoi démotiver les amoureux, apparemment… D’après “ Closer ”, Julie Gayet aurait même, au cours de l’été dernier, “ présenté (à François Hollande) sa grand-mère et une partie de sa famille, qui vit en province. L’entourage du Président le trouve plus jovial, reprend le mag, tandis que Valérie est de plus en plus isolée, “ bunkerisée ” dans l’aile est de l’Elysée, dite “ aile madame ”. A-t-elle des doutes les 28 et 29 septembre lorsque le président file à Mougins, dans sa maison de famille ? Au Cabaret de Saint-Petersbourg, un restau de Mougins qui vient juste d’ouvrir, on se souvient très bien avoir accueilli le couple François Hollande Julie Gayet pour le dîner… ” Le “ couple François Hollande Julie Gayet ”… tout est dit ( ? ?)

“ Ces derniers temps, Valérie donnait le sentiment de préparer sa sortie… ”

“ Valérie Trierweiler peut-elle encaisser cette liaison et pardonner à son compagnon ? se demande “ Voici ”. Ces derniers temps, face au délitement de son couple présidentiel, elle donnait plutôt le sentiment de préparer sa sortie : depuis novembre, François Hollande a déserté l’appartement “ conjugal ” du 15e arrondissement ; et, même le week-end, il la rejoint de moins en moins à la Lanterne, la résidence de Versailles. Fin novembre, lors d’un discours pour la Fondation France-Libertés, elle affirme : “ Je ne me tairai plus ”. Certains pensent alors qu’elle prépare sa sortie avec panache. Mais les photos volées vont contrarier ses plans. Seule dans sa chambre d’hôpital, sous traitement médical, entourée de ses proches, elle gagne du temps ”. Jusqu’à quoi ? Une nouvelle explosion ? Oh, pitié, non !

Les hommes de Julie

Et puisqu’on parle d’explosion, histoire de se préparer (on ne sait jamais…), elle est soupe au lait, Julie Gayet ? Pas franchement, à en croire les people qui, comme les hebdos de jeudi, d’ailleurs, la présentent invariablement comme “ discrète ” et “ douce ”. C’est aussi, apparemment, une fidèle. D’après “ Public ”, “ Julie Gayet n’est pas du genre à papillonner. Son homme, qu’elle rencontre en 1997 et qu’elle épouse en 2003, c’est Santiago Amigorena, un réalisateur, scénariste, acteur, producteur et écrivain argentin, avec qui elle a deux fils, Taddeo, 14 ans, et Ezéchiel, 13 ans. Amoureuse et épanouie, elle doit pourtant faire face à leur séparation à l’été 2005. Depuis, indique le journal, on a vu la belle au bras d’Emmanuel Gillibert, fondateur de l’agence de publicité Eggs entre 2008 et 2009. On l’a dite également très proche de Bruno Salomone à la suite du tournage du téléfilm “ Famille décomposée ” en 2010 ”. Plutôt sage, Julie, on dirait…

Le défaut de Julie

Qu’en pense son ex-mari ? Pour le savoir, “ Public ” a lu le livre “ Des jours que je n’ai pas oubliés ” (POL) dans lequel Santiago Amigorena raconte la fin d’un couple dont “ la femme (comédienne) part pour un autre homme ”. D’après l’éditeur, que le journal a contacté, “ les faits relatés remonteraient à 2003 ”. Ils n’auraient donc rien à voir avec l’actualité… Histoire de dissiper tout malentendu sur le sujet, et puisqu’on l’avait évoqué la semaine dernière (voir la RP du 11 janvier), dans la vraie vie, l’écrivain, après sa rupture avec Julie Gayet, “ est parti vivre avec Juliette Binoche ”, nous dit “ Le Point ”, ce qui corrobore le fait que le livre évoque une situation bien antérieure à celle qui nous occupe. Faut-il, partant, comme le fait “ Public ”, prendre pour argent comptant ce que Santiago Amigorena écrit à propos de son héroïne ? Dans “ Des jours que je n’ai pas oubliés ”, raconte le mag, “ l’homme (ironise) sur les quelques défauts de l’actrice, notamment “ ses jalousies extrêmes. Tu as été aussi jalouse que j’ai été jaloux ”, écrit-il ”. Aïe, aïe, aïe, si c’est le cas, et si “ c’est du sérieux ” entre Julie et François, ça risque de ne pas être encore facile, facile, tout ça…

Scoop : Julie Gayet attend des jumeaux !

Mais quid de cette vilaine rumeur qui a embrasé le Net, selon laquelle l’actrice serait enceinte (ce qu’elle a démenti) ? “ A l’heure à laquelle j’écris, note Ariel Wizman dans “ Grazia ”, les rumeurs d’une grossesse de Julie Gayet inondent les diverses poubelles du Net. Dans les zoos humains, les bétaillères du commentaire que sont Twitter et Facebook, on “ se fout de ce que fait François Hollande de sa vie privée ”, mais on sait tout de même — d’un beau-frère qui a refait la cuisine de Fleur Pellerin — que Julie attend des jumeaux, que Valérie est sous camisole chimique, et que le nombre de croissants apportés par le garde du corps du Président est largement supérieur à ce qu’ont annoncé les médias à la botte du PS. Les MDR et les GIGALOL pleuvent de la part de ces Français qui, bien sûr, “ s’en foutent ” et s’intéressent plutôt à la nouvelle TVA sur les clopes, ou à la réforme Duflot de la location immobilière. Donc, au final, que ceux qui se pincent le nez et lèvent les yeux au ciel s’éloignent et se plongent dans l’étude du Journal Officiel, et laissent les autres, dont nous sommes, attraper au vol un bout de romance, qui fera bien notre hiver. Nous devrions sincèrement apprécier notre chance, celle de ce président un peu léger, ado romantique en deux roues, ce fou aimant à la cravate bancale, qui n’a rien d’un prédateur haletant ”. C’est une façon de voir les choses… mais, après tout, c’est peut-être la bonne, hmmm ? Tout de même… vivement “ l’officialisation ”, qu’on parle d’autre chose, hein ! Sur ce, bon week-end, les poussins, aimez-vous bien !

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !