Quand les rois maudits éduquaient leurs fils | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Quand les rois maudits éduquaient leurs fils
©

Radio Atlantico

Quand les rois maudits éduquaient leurs fils

Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, revient sur le pouvoir des Capétiens. Dans ce premier volet, Christelle Balouzat-Loubet, Maître de conférences en histoire médievale à l'Université de Lorraine, revient sur l'éducation des fils de Philippe Le Bel. Elle est interrogée par Christophe Dickès.

Dans le cadre du programme de collège, les élèves sont amenés à étudier le pouvoir des Capétiens. Il y eut un miracle capétien, celui d’une succession de père en fils sans interruption, de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle. Or, cette succession fut interrompue au profit des Valois après trois ultimes règnes, ceux de Louis X le Hutin, Philippe V et Charles IV. Maurice Druon les appelait les rois maudits. Mais qui furent ces derniers capétiens? Ces rois peuvent-ils bénéficier d’une réhabilitation et les sortir de leurs légendes littéraires? Ont-il joué un rôle dans l’affirmation du pouvoir monarchique et d l’Etat moderne. Bref, peut-on se contenter de l’adjectif de maudit et voir ainsi au delà? Dans cette première émission, Christelle Balouzat-Loubet se penche sur l’éducation des fils de Philippe Le Bel. Elle est interrogée par Christophe Dickès.

L’invitée: Agrégée d’histoire, Christelle Balouzat-Loubet a soutenu une thèse sur « le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329) », menée à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est actuellement Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine (site de Nancy). Elle est l’auteur de Mahaut d’Artois (Perrin, 224 pages) et de Louis X, Philippe V, Charles IV, les derniers capétiens (Passé composé, 208 pages).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !