Zones de sécurité prioritaires : Valls et Taubira sur le terrain pour un premier bilan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour le ministre de l’Intérieur : "le principe, c'est la souplesse."
Pour le ministre de l’Intérieur : "le principe, c'est la souplesse."
©Reuters

Délinquance

Zones de sécurité prioritaires : Valls et Taubira sur le terrain pour un premier bilan

Les deux ministres devraient annoncer ce lundi, depuis Lyon, des "moyens" pour ce dispositif de lutte contre la délinquance.

Les ministres de l'intérieur et de la justice Manuel Valls et Christiane Taubira doivent dresser ce lundi à Lyon un premier bilan des zones de sécurité prioritaires (ZSP). Les deux ministres devraient également annoncer des "moyens" pour ce dispositif mis en place pour lutter contre la délinquance dans les quartiers difficiles

Dans un entretien au site leparisien.fr ce lundi, Manuel Valls estime que "la méthode est la bonne, les premiers résultats sont là" et assure que "les ZSP sont un laboratoire de pratiques applicables partout"."Chaque ZSP s'est fixée des objectifs propres et des premiers résultats sont là. C'est un bilan d'étape. Il faut poursuivre", poursuit le ministre.

Pour le ministre de l’Intérieur : "le principe, c'est la souplesse. A Marseille ou en Seine-Saint-Denis, nous savons que l'action doit s'inscrire dans le temps. Dans d'autres secteurs, l'inscription en ZSP pourra être reconsidérée en fonction des évolutions positives".

Manuel Valls devrait annoncer ce lundi que près de 2 500 policiers sortiront fin 2013 des écoles contre 500 il y a un an. Les effectifs de plusieurs ZSP devraient être renforcés le 1er septembre prochain, selon le directeur général de la police nationale (DGPN) Claude Baland cité sur Lemonde.fr.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !