Zone euro : pour contrer la déflation, la Banque centrale européenne s'apprête à passer à l'action | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mario Draghi, le président de la BCE
Mario Draghi, le président de la BCE
©Reuters

Historique

Zone euro : pour contrer la déflation, la Banque centrale européenne s'apprête à passer à l'action

Le président Mario Draghi va annoncer ses mesures ce jeudi 22 janvier à 14h30. Il devrait annoncer le rachat de dettes d'Etats.

François Hollande l'avait glissé (par mégarde?) au cours d'un discours mardi dernier. Désormais toute la planète finance attend cette conférence de presse à la BCE qui devrait confirmer, ou non, le rachat de dettes d'Etats par la Banque centrale européenne, dans le cadre de son "quantitative easing" (QE) ou "assouplissement quantitatif" en français.

Cette décision s'annoncerait historique puisqu'elle pourrait valider une méthode décriée, notamment par les Allemands. Le rachat de dettes devrait entrainer l'injection de liquidités, manière de faire tourner la planche à billets, le tabou économique par excellence dans la zone euro.

A LIRE AUSSI - (Super) Mario Draghi va-t-il faire du 22 janvier 2015 le jour le plus important pour l’Europe depuis la faillite de Lehman Brothers (et comment ça marche exactement un QE) ?

La méthode est contestée mais elle a déjà été mise en place aux Etats-Unis (avec succès), au Japon et au Royaume-uni. Elle permettrait aux entreprises d'investir d'avantage et ainsi de relancer une économie moribonde.

Reste à savoir combien la BCE est-elle prête à acheter en matière de dettes. Cela pourrait s'élever à plusieurs centaines de milliards d'euros mais certains espèrent que son président Mario Draghi effacera toutes les limites. Réponse ce jeudi 22 janvier à 14h30.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !