Zapping politique du jour : Najat Vallaud-Belkacem, Hortefeux, Cosse... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Najat Vallaud-Belkacem, Hortefeux, Cosse... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Najat Vallaud-Belkacem, Hortefeux, Cosse... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce mercredi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Emmanuelle Cosse, secrétaire national d'Europe Ecologie les Verts sur France Inter

"Les socialistes n'ont pas su mettre en oeuvre une alternative crédible car ils cèdent au mirage de la croissance" et aux solutions économiques d'arrière garde de Bercy"

La vidéo du jour : Olivier Besancenot, ex-candidat NPA à la présidentielle de 2007, sur France Info


Besancenot pour "un week-end de révolte de gauche"par FranceInfo

L'essentiel de ce mercredi matin

Brice Hortefeux, député européen UMP, sur RTL

L'échec de François Hollande sur le chômage ? "Il a longtemps été dans le pari, c'est normal qu'il ne soit plus dans le déni. Et ce n'est pas fini car malheureusement l'Insee prévoit encore plus de chômage au deuxième trimestre 2014. Les échecs s'accumulent concernant le chômage mais aussi en matière de dépense publique, en matière de croissance, en matière de défaillances d'entreprises, en matière de pouvoir d'achat... C'est l'échec de toute la politique de François Hollande. Depuis 19 mois, il a construit une France déchirée. Voilà la réalité". 

La manifestation de la colère ? "Je suis impressionné car François Hollande avait promis une France apaisée. Il a tout détruit. Mais rien n'est terminée. Une autre politique peut aboutir à d'autres résultats. Il faut réformer en profondeur en s'inspirant de ce qui est fait ailleurs. L'UMP travaille sérieusement pour préparer la future alternance. On a un socle qui doit encore évoluer mais on travaille. Chacun apporte sa pierre à l'édifice".

Le retour de Nicolas Sarkozy ? "Ce qui compte c'est que l'on vit, ce que l'on prépare. Dans la période trouble que vit la France, oui Nicolas Sarkozy apparaît comme une évidence et même une espérance. (...) L'UMP réfléchit aux modalités pour choisir son candidat en 2017. Les primaires peuvent être utiles s'il n'y a pas évidence. Mais ça a moins de sens quand il y a évidence. (...) S'il suit les municipales ? Oui, il apprécie d'ailleurs la personnalité de NKM et souhaite l'alternance pour Paris".

Le soutien de l'UMP à Bayrou ? "François Bayrou a fait élire la gauche, mais aujourd'hui, il combat la gauche donc nous accompagnons. Nous souhaitons l'alternance dans un maximum de villes".

Najat Vallaud Belkacem, porte-parole du gouvernement, sur Europe 1

Marseille ? "La situation reste difficile mais les ZSP ont permis des améliorations. Tout le monde travaille ensemble pour la situation s'arrange; Le gouvernement travaille sur le sujet. Les efforts commencent à payer. Il est difficile d'être derrière chaque délinquant, chaque meurtrier potentiel. Il faudra en faire toujours plus pour Marseille".

SMS sur la théorie du genre ? "La vocation, c'est d'apprendre à apprendre, lire, compter mais aussi les valeurs de la République. Les personnes qui envoient ces SMS sont dangereuses. Ce sont des énormités qui sont dites. On ne parle pas de sexualité aux enfants en maternelle. On veut, nous, apprendre l'égalité et le respect entre les sexes. Je suis choqué par les propos de jean-François Copé sur ce sujet. Il n'y a aucune théorie du genre enseigner dans les écoles et l'UMP le sait. Mais le parti d'opposition se range du côté des extrémistes et va à l'encontre des valeurs de la République".

Nadine Morano, UMP, sur RMC

Le pacte de responsabilité ? "Ce pacte de responsabilité, c’est de l’enfumage total. S’il veut tenir ses promesses, qu’il annonce la baisse des impôts et la baisse des charges. Là, il fait tout à l’envers: il propose des baisses de charges, et il augmente les impôts au 1er janvier. Aujourd’hui, on a au sommet de l’Etat un président incapable. (...) Nicolas Sarkozy s'est fait assassiner par les médias à l'époque où il était président. Mais aujourd'hui, les Français réalisent qu'ils ont élu un président qui n'a pas tenu ses promesses".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !