Zapping politique du jour : Manuel Valls, Bartolone, Jacob... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Manuel Valls, Bartolone, Jacob... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Manuel Valls, Bartolone, Jacob... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce mercredi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Georges Fenech, député UMP dans un communiqué

"A deux semaines de l'examen par l'Assemblée Nationale d'un projet majeur de réforme pénale, madame Taubira, prise en flagrant délit de mensonge, ne dispose plus du crédit nécessaire pour conduire sereinement la politique judiciaire du pays".

La vidéo du jour : Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, sur iTélé


L'essentiel de ce mercredi matin

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur sur RTL

Au courant des écoutes de Sarkozy ? "J'ai été au courant lors des révélations du Monde. Je savais qu'il y avait une enquête sur le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy. J'ai suivi l'enquête et les convocations de tous les acteurs de cette affaire. Je n'ai rien su. Chacun doit rester dans son rôle. Ne faisons pas offense aux juges et aux policiers. Ils ont travaillé pour préservé le secret de leur enquête. Je veux dire stop à ce climat d'hystérisation collective. Il faut respecter l'indépendance de la justice. Elle a besoin de sérénité. Il y a une volonté systématique de fragiliser la justice. C'est intolérable. Nous voulons l'indépendance de la justice".

"Chacun est resté dans son rôle. François Hollande doit préserver l'indépendance de la justice. Les juges travaillent sur deux dossiers, c'est cela qu'il faut souligner. C'est tout. Il y a des présomption grave sur l'ex-président. Il faut arrêter la machine à diversion. Nous respectons le travail des juges. Personne au gouvernement n'a eu accès au fond de ces écoutes. (...) Non Christiane Taubira n'a pas menti".

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, sur Europe 1

L'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy ? "Tout est clarifié. La seule question qui se pose est de savoir si le gouvernement a eu la moindre intervention sur la justice. Or, depuis l’élection de François Hollande, à aucun moment il y a eu cette volonté de toucher à la séparation entre le travail de la justice et le travail de l’exécutif. Je fais totalement confiance à Christiane Taubira";

"La droite pourrait faire des reproches s’il y avait eu une intervention sur la justice, comme cela bien souvent été le cas avec les gouvernements précédents. On voit bien qu’un certain nombre de responsables politiques de l’opposition sont en difficulté compte tenu du nombre de dossiers qui sont aujourd’hui examinés par la justice. Ils essayent de trouver une manière de faire croire qu’il y a complot. Il n’y a pas complot".

Christian Jacob, chef de file des députés UMP à l'Assemblée sur RMC

Les mensonges du gouvernement ? "Mme Taubira a été prise en flagrant délit de mensonge. Mr Ayrault l'a confirmé en démentant ses dires hier. Le gouvernement doit convoquer le parlement. Le ministre de la Justice a menti. Le Premier ministre doit s'expliquer. Les règles d'un état de droit ont été bafouées. Il doit s'en expliquer et justifier si l'exécutif a été au courant ou pas. Je ne veux pas changer le cours de la justice, il s'agit juste de vérifier que la procédure a été respectée. Je veux m'assurer que le Premier ministre n'a pas menti. C'est d'une extrême gravité".

"Nous ne voulons pas aller sur le fond de l'affaire mais on veut savoir depuis quand Nicolas Sarkozy était écouté et depuis quand le gouvernement était au gouvernement. Je demande la transparence totale dans cette affaire. Il faut qu'il redécline l'ensemble de la procédure. Sur le fond, je n'ai rien à dire sur la procédure".

"Je ne sais pas si c'est un complot contre Nicolas Sarkozy. Je cherche juste à savoir la vérité. Je cherche à savoir si l'indépendance de la justice est respectée".


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !