Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Le Roux, Apparu, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Le Roux, Apparu, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Le Roux, Apparu, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Valérie Pécresse, secrétaire générale de l'UMP, sur France Info

A propos du pacte de responsabilité : "C'est [aux entreprises] de décider. Les investissements d'aujourd'hui peuvent être les emplois de demain. L'Etat ne peut pas décider. C'est une gestion soviétique de l'économie, ça n'a jamais marché et je croyais que depuis Lionel Jospin, les socialistes l'avaient compris."

La vidéo du jour : 


L'essentiel de ce jeudi matin

Benoist Apparu, député UMP, sur RTL

"Aujourd'hui, il n'y a pas d'autre évidence que Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé pour porter les couleurs de l'UMP", a-t-il affirmé. Pour le député de la Marne, "ce qui manque principalement à l'UMP, c'est un chef", même s'il y a "effectivement un fantôme qui plane et envoie de temps en temps des cartes postales", a-t-il ajouté, dans une allusion au retour progressif de Nicolas Sarkozy dans la vie politique.

Si Jean-François Copé et François Fillon ne parviennent pas à convaincre les Français qu'ils sont les meilleurs "c'est que la place n'est peut-être pas pour eux. A ce moment-là, évidemment, naturellement, comme une évidence, Nicolas Sarkozy ou Juppé, me semble-t-il, seront cette évidence". A l'UMP, le leadership "ne se décide pas par le biais d'une primaire mais par le biais d'évidences", a-t-il conclu.

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, sur Europe 1

Jean-Marc Ayrault a fixé à "fin mars" le délai pour négocier le pacte de responsabilité, qui prévoit une baisse du coût du travail en échange d'embauches par les entreprises. "Et en avril le Parlement sera saisi d'un projet de pacte", a-t-il précisé. Le Premier ministre a aussi démenti que le gel des primes et avancements des fonctionnaires soit à l'étude par le gouvernement. Une hypothèse qui fait bondir les syndicats.

Concernant la grève des taxis, Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'il "prendrait une décision" ce jeudi, à l'issue d'une réunion entre médiateur et syndicats. "L'objectif, c'est d'une part de régler la distorsion de concurrence mais aussi d'améliorer le service aux usagers, parce qu'on sait bien qu'il y a des problèmes pour avoir un taxi aujourd'hui à Paris", a-t-il déclaré.

"Il ne faut pas qu'il y ait de blocage (des taxis dans les rues), c'est pourquoi la police nationale a fait son travail" en interpellant des chauffeurs grévistes, a dit Jean-Marc Ayrault. "Moi je ne cède pas aux violences, je ne cède pas à la rue. Simplement, il y a un problème qu'on m'a légué, excusez-moi j'en ai plein comme ça que le précédent gouvernement n'avait pas voulu régler", a-t-il lâché.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !