Zapping politique du jour : Jean-Louis Borloo, Maréchal-Le Pen, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Jean-Louis Borloo, Maréchal-Le Pen, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Jean-Louis Borloo, Maréchal-Le Pen, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce mercredi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Samia Ghali, gagnante de la primaire PS à Marseille sur RMC

"Les Marseillais ne sont pas dupes. Les mêmes qui prônent le front républicain contre le FN sont les mêmes qui font un front anti-Ghali" 

La vidéo du jour : Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, sur iTélé

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


L'essentiel de ce mercredi matin

Jean-Louis Borloo, président de l'UDI sur RMC

L'expulsion d'une collégienne Rom ? "L’expulsion a été faite de façon légale. Je ne suis pas sûr que ce soit un exemple d’expulsion mais la loi et la loi, il faut bien que le préfet et les policiers appliquent la loi. C’est toujours un drame". 

La situation de la France ? "François Hollande a été élu pour l’apaisement. Et il y a des tensions de plus en plus fortes. Je me demande s’il ne faut pas refixer un cap.La situation économique est plus que grave. On est dans une situation exceptionnelle. L’acceptabilité de l’impôt commence à être un problème. On a l’impression que le gouvernement est un canard sans tête. Il y a une colère sociale, avec le sentiment de ne pas savoir où on va. Il y a un sentiment d’injustice".

Les projets de l'UDI ? "Nous, au centre, on a un vrai projet, on veut proposer une alternative au pays. Je veux un plan de cohésion sociale. Il faut revenir sur les heures supplémentaires, alléger les charges sur les entreprises, relancer un programme de logement, il faut une réforme de la justice, il faut une institution judiciaire indépendante. On peut relancer notre pays. Je ne suis pas un désespéré, on sait redresser les choses"

Budget 2014 ? "Personne ne sait à quelle sauce il va être mangé. Je ne voterai pas le budget dans l’état actuel" 

Marion Maréchal-Le Pen, député FN sur RTL

Insultes à son égard ? "Je suis choquée par les propos tenus et les réactions de la classe politique. Entre l'affaire du caquetage et le mien, il y a deux poids, deux mesures. C'est pour ça que j'ai écris à Harlem Désir pour qu'il prenne conscience de ce sexisme pas banal".

L'expulsion d'une collégienne Rom ? "C'est un show voulu et orchestré par Monsieur Valls. Il faut faire comme si on a de l'autorité. C'est une façade mais c'est dérisoire par rapport au flux migratoire qui arrive chaque jour en Europe".

Brignoles ? "C'est un tremplin symbolique. C'est une victoire à portée nationale... même si je reconnais que Brignoles n'est pas la France et qu'il nous reste du chemin à parcourir. Nous avons gagné et je pense que c'est de bon augure avant les européennes et les municipales". 

Un Bricorama ferme car arrêt du travail le dimanche ? "Il faut voir les modalités pour voter ou non une loi sur le travail du dimanche. Mais, nous au FN, nous pensons qu'il faut favoriser les commerces de proximité". 

Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire, sur Europe 1

La crise en Bretagne ? "Il faut agir et ce que nous faisons depuis 18 mois. On pense à la souffrance des habitants et des personnes concernées et nous allons agir efficacement. La situation de la filière porcine est compliquée car il y a une baisse de la production. Nous essayons de relancer cette filière. Nous avons une réunion ce midi à l'Elysée, nous voulons réécrire des meilleures conditions de concurrence européennes. Nous allons répondre à l’urgence sociale";

"Nous allons maintenir les salaires durant un an pour les personnes licenciées pour mieux les accompagner et les former dans de nouveaux secteurs. Il faut offrir des reclassements pour que ces gens aient des postes et ouvrir de nouvelles perspectives aux Bretons. L'agroalimentaire, c'est 60 000 emplois et nous ferons tout pour les maintenir. Il faut produire plus mais également mieux, monter en gamme et c'est comme ça qu'on créera des emplois".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !