Zapping politique du jour : Jean-François Copé, Sapin, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Jean-François Copé, Sapin, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Jean-François Copé, Sapin, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Pierre Laurent, PCF, sur France 2

"Ce qu'il importe de savoir, c'est si la ministre (Christiane Taubira) s'est mêlée de l'instruction judiciaire. Si elle ne l'a pas fait, elle n'a pas à démissionner"

La vidéo du jour : Benoît Hamon, ministre de la Consommation, sur iTélé


L'essentiel de ce jeudi matin

Jean-François Copé, président de l'UMP, sur RTL

Affaire Taubira ? "Elle a menti une seconde fois et je dis trop c'est trop. Elle ne peut plus exercer ses fonctions correctement. Je pose la question au président : jusqu'à quand cela peut continuer ? À partir de combien de mensonges doit-on considérer qu'elle ne peut plus continuer à assurer sereinement ses fonctions? On ne sait plus trop. (...) Il faut rajouter à la liste des menteurs le ministre de l'Intérieur. Comment se fait-il qu'il n'ait pas été au courant ? Soit il a menti, soit c'est qu'il est ridicule. L'importance c'est de savoir s'il n'y a pas violé le secret de l'instruction. Il y a des coïncidences troublantes. Le gouvernement en fait beaucoup... Nous nous faisons salir. François Hollande a donné des leçons de moral et voyez ce qu'il fait aujourd'hui. Ce que je vois, c'est qu'il n'y a pas de hasard".

L'UMP mafieuse selon Marine Le Pen ? "Venant du Front national... c'est une attaque que je ne considère pas. Il faut voir de leur côté, par exemple sur la composition des listes électorales pour les municipales. Il faut voir aussi les propos extrémistes graves que tiennent certains de leurs candidats. Je veux mettre en garde les Français là aussi. Ce n'est pas en votant pour le FN qu'on sanctionnera le pouvoir en place".

Michel Sapin, ministre du Travail, sur Europe 1

Le gouvernement fatigué ? "Le gouvernement peut changer mais il ne faut pas être obnubiler par cela. Mais il faut parler de ce que les Français connaissent. Ils veulent qu'on parle de leur préoccupation : le chômage, le pouvoir d'achat, la croissance..."

Manuel Valls ne savait rien de l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy ? "Mais il n’a pas à savoir ! Parce que Nicolas Sarkozy adorait avoir sur son bureau toutes les écoutes téléphoniques du monde, il faudrait que tous les autres ministres de l’Intérieur soient aussi pervers que lui, mais non. On peut être ministre de l’Intérieur sans être pervers. On n’est pas tous obligé d’être à l’image de quelqu’un qui s’appelle Nicolas Sarkozy".

"Les juges feront leur travail, ils iront jusqu’au bout, même si Sarkozy et ses amis veulent, et c’est ça leur objectif, influer sur l’indépendance des juges. Les juges français ne seront pas démontés par des petites manœuvres politiciennes de quelqu’un qui a beaucoup de choses à se reprocher : Nicolas Sarkozy. (...) On finit l’histoire ? Au début, il y a des enquêtes contre Nicolas Sarkozy, à la fin, il y a des enquêtes contre Nicolas Sarkozy. Et on va s’occuper des enquêtes de Nicolas Sarkozy…euh... enfin, les juges vont continuer à s’occuper des affaires de Nicolas Sarkozy"

Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, sur RMC

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy ? "Il n'y a pas de mensonges des ministres. Il y a eu des maladresses mais rien ne doit faire oublier le fond de l'affaire, c'est à dire des faits commis par Nicolas Sarkozy. La gauche doit laisser la justice travailler en toute indépendance, comme elle le fait. Christiane Taubira n'a rien demandé sur le fond de l'affaire. Elle a considéré que dire qu'elle avait eu cette note, aurait été appréciée comme une demande sa part. La droite fait un écran de fumée. Pour M. Copé notamment, il en fait des tonnes".

"Je me mets à la place des Français mais je me mets aussi à la place de Christiane Taubira. Ce n'est pas simple. Elle n'a pas fait de faute. En aucun cas, elle n'a sollicité de note. Quant à Manuel Valls, c'est bien qu'il n'ait pas été au courant. Cela prouve qu'il y a une séparation des pouvoirs qu'il n'y avait plus du temps de ses prédécesseurs qui avaient un côté barbouze. Ils connaissaient tout !"

Le remaniement ? "Ce sont des supputations de journalistes. Je plaidais pour le resserrement du gouvernement mais il n'a pas été fait et ce n'est pas grave car ce n'est pas cela qui est important pour les Français".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !