Zapping politique du jour : Harlem Désir, Dati, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Harlem Désir, Dati, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Harlem Désir, Dati, Le Roux... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce vendredi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Christian Estrosi, maire UMP de Nice, qui propose une proposition de loi sur la légitime défense, au Point.fr

"Je ne propose pas un bouleversement de la notion de légitime défense, mais une adaptation de celle-ci. Nous voyons que de plus en plus, les citoyens sont tentés de se faire justice eux-mêmes". 

La vidéo du jour : Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste sur itélé

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


L'essentiel de ce vendredi matin

Bruno Le Roux, chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale sur Europe 1

Un conflit larvé entre Hollande et Ayrault ? "Il n'y a pas le moindre problème entre les deux hommes. Tout le monde est dans le même état d'esprit, on veut être performant et efficace pour les Français. Les deux entendent obtenir des résultats".

La situation des Français ? "Les députés PS entendent la souffrance des Français. Je veux qu'il y ait un effort le mieux réparti possible. Il y a des personnes qui ne contribue pas assez. Et que dire des entrepreneurs qui se plaignent. Je dis ce matin, au patronat qu'il arrêter de pleurnicher et qu'il faut être aux côtés du gouvernement et ne plus être dans une posture rétrograde. Nous ne faisons rien pour ou contre les patrons. Nous voulons les écouter mais ils donnent le sentiment de ne pas être dans une posture de combat, de ne pas créer d'emplois alors que les conditions sont réunies". 

La cantonale de Brignoles ? "Les électeurs socialistes doivent voter UMP, ce serait dramatique q'un candidat soit élu sur un programme qui n'est pas démocratique. (...) Il y a une politique de redressement à opérer et nous avons du mal à mobiliser notre électorat car les résultats sont encore en attente. Il faut se mobiliser pour une victoire républicaine".

Le Mrap et la plainte contre Valls ? "Manuel Valls travaille avec l'islam de France, il fait son travail et bien. Non, il n'est pas raciste. C’est un homme qui ne pratique pas la stigmatisation". 

Copé dans des Paroles et des actes ? "On n'a pas compris ce qu'il a dit. C'était une tambouille politicienne mais on a pu voir que la droite est toujours aspirée vers l'extrême-droite".

Rachida Dati, députée européenne UMP, sur RMC

Les propos de Manuel Valls sur les Roms ? "Les propos de M. Valls ont été similaires à ceux de N. Sarkozy à Grenoble. A l’époque M. Valls était indigné. Il s’indigne quand il est dans l’opposition. Comme quoi l’exercice du pouvoir est difficile et il n’était pas prêt à l’exercer. Les Roms, c’est un vrai sujet qui concerne l’Europe qui n’a rien fait sur ce sujet. M. Valls est allé un peu loin. (...) Donnez une seule action de Valls en faveur de l’intégration. C’est un échec total".

La cantonale de Brignoles ? "J’avais déjà dit que le FN est devenu le parti central de notre vie politique. Il se nourrit de la politique catastrophique de la gauche mais aussi de nos divisions, nos querelles, nos bagarres stériles. Les électeurs se disent que si nous avons peur du FN, c’est un moyen de rappel à l’ordre. C’est un parti qui prend de l’ampleur par nos divisions, par l’affaiblissement des valeurs de notre pays. On a un problème d’identité, de valorisation du travail". 

Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, sur RTL

Municipales à Paris ? "Je m'inscris dans une dynamique de reconquête. C'est mon état d'esprit. Paris va vivre une nouvelle étape. On a remis cette ville dans la modernité et l'invention?. J'ai envie de poursuivre mais aussi d'amplifier. Il faut aller plus loin dans le logement, dans la pollution..."

"Le contexte politique national est difficile et je ne le cache pas. Avec Pierre Laurent et le PCF, on s'est retrouvé sur Paris et ses intérêts et il a dit que la situation de la capitale était différente de la situation nationale. J'ai envie que le gouvernement réussisse mais moi, je suis concentrée sur les Parisiens et leurs problèmes".

Une du Parisien ? "C'est excessif. Je ne suis pas d'accord. La loi française prévoit des protections pour les salariés et c'est tant mieux. Mais Paris ne s'endort pas, il y a une dynamisation la nuit. Sur la fermeture des commerces, c'est la loi. Travailler le dimanche et de nuit, doit être réservé à certaines catégories bien déterminées". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !