Zapping politique du jour : François Fillon, Maréchal-Le Pen, Mamère... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : François Fillon, Maréchal-Le Pen, Mamère... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : François Fillon, Maréchal-Le Pen, Mamère... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce mardi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Noël Mamère, ex-membre d'EELV, dans Direct matin

"Je connais bien Emmanuelle Cosse. C’est une jeune femme de qualité, bosseuse, mais elle est aussi très politique. C’est une proche de Cécile Duflot et donc un des rouages de ce que j’ai appelé la firme".

La vidéo du jour : Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de FO, sur iTélé

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


L'essentiel de ce mardi matin

François Fillon, député UMP sur RTL

La réforme fiscale ? "C'est une improvisation totale. Cela va provoquer de l'immobilisme dans la société. Il faut stopper l'augmentation d'impôts. Il faut cesser cela car on a dépassé toutes les capacités contributrices des Français. Il n'y a pas de bing bang possible dans la fiscalité. L'autre chose primordiale est qu'il faut baisser la dépense publique, de façon radicale. Quand on regarde ailleurs, d'autres pays y parviennent. (...) Il y a aussi la question du temps de travail. On ne peut pas demander des efforts sans leur demander de travailler plus.

CSG progressive ? "Je condamne complètement cette idée. On fait croire que les riches paieront mais en fait, ce sont les classes moyennes qui vont subir le choc. Il y a une limite à faire payer les riches car au-delà, personne n'a envie de se dépasser. Les talents partent de France. On est un pays qui n'arrive plus à payer ses dettes, qui n'arrive plus à progresser".

Ses propos sur "les candidats du FN" et la fameuse consigne "choisir le moins sectaire" ? "Je n'ai pas banalisé le Front national et je ne regrette pas ce que j'ai dit à propos du FN. Ce que je fais désormais, c'est de parler aux Français pour qu'ils comprennent mes propos. Il faut changer d'attitude vis à vis des électeurs du FN. On a tous durci le discours pour séduire ces électeurs mais aujourd'hui, il faut aller vers eux et les rassurer". 

Marion Maréchal-Le Pen, député FN, sur Europe 1

Classement Pisa ? "Le drame de l'école, c'est qu'elle s'est éloignée de son rôle prioritaire. Elle n'arrive plus à enseigner. La faute aux élus qui ont organisé un système qui n'est pas adapté à ce que doivent avoir les élèves. Aujourd'hui, on s'est perdu dans des méthodes d'enseignement qui ne sont pas adaptées. Il faut remettre le cap sur lire, écrire, compter".

Le meeting du PS contre le PS ? "Ces gens sont complètement à côté de la plaque, les Français attendent autre chose que des concerts showbiz et paillettes. J'aimerais d'ailleurs savoir qui a payé cette manifestation. (...) On a été les premiers à condamner les actes contre Christiane Taubira mais nous considérons qu'une ministre de la République n'a pas à se précipiter dans ce genre de manœuvres".

Laurent Wauquiez, député UMP sur RMC

Le rapport Pisa ? "La France décroche sur le système scolaire, parce qu'on essaie de traiter tous les enfants de la même manière. Pour moi le vrai problème en France, c'est le collège unique, qui aboutit à des massacres. Plutôt que de s'occuper de la semaine de quatre jours et demi, monsieur Peillon ferait mieux de s'occuper de la lecture et du calcul, il faudrait peut-être arrêter les stages gommettes et les stages scoubidous".

L'Europe ? "Je propose ce matin une Europe à deux vitesses. Pour moi on est sur un noyau dur avec au plus large les pays de la zone euro (...). Le problème majeur il est avec les salariés qui viennent des pays de l'Est. Les travailleurs détachés c'est la maladie de l'Europe. Première règle, il faut contrôler, la deuxième il faut sanctionner, notamment les agences d'intérim. (...) Pour moi il y a deux Europe, il y a une Europe intégrée, avec une liberté de circulation, et il y a une Europe plus large".

La réforme fiscale ? "Je préconise que chaque Français paie un petit impôt, et que ça responsabilise chacun. Autre proposition, il faut faire tomber le mur de l'impôt auquel se heurtent les classes moyennes et les Français qui travaillent. La fiscalité est injuste pour les classes moyennes. (...) Je souhaite aussi qu'on rapproche une commune sur deux, ça nous coûtera moins cher, et je suis favorable aussi à la suppression des départements, car aujourd'hui ça n'a plus de sens".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !