Zapping politique du jour : Cécile Duflot, Touraine, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Cécile Duflot, Touraine, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Cécile Duflot, Touraine, Pécresse... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce lundi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Cécile Duflot, ministre écologiste du Logement, sur Twitter

"Remerciement sincère pour celles&ceux pour qui le trajet sera plus compliqué ce matin mais qui agissent en citoyens pour la santé de tous"

La vidéo du jour : Elisabeth Guigou, député PS sur iTélé

L'essentiel de ce lundi matin

Marisol Touraine, ministre de la Santé, sur RTL

Pollution, ? "C'est une démarche progressive et graduée. Depuis la semaine passée, nous diffusons des messages de prévention. Chaque jour qui passe fait gradir les risques pour la santé des Parisiens. Il y avait davantage de consultation chez les médecins, il fallait agir. C'est un seuil d'information et pas d'alerte mais qui justifie une intervention. Nous prenons desw décisions en fonction des événements. Les Parisiens ont vu la polltuion, il fallait agir de façon efficace. Il faut assumer ses responsabilités. Il y aura toujours des grincheux..."

La circulation alternée ? "Il n'y a pas de mesure parfaite. Lorsque cela a été fait en 1997, il y avait eu 15% de moins de pollution, c'est le résultat que nous attendons. Il est importants de distinguer la situation d'urgence et le plus long terme. On va reconstruire le dispositif jour après jour en fonction des données. (...) Nous avions la volonté de ne pas prendre de risque, ce n'est pas pour faire plaisir aux Verts. Nous avions conscience que cela présente une gêne mais c'est une décision de santé publique. La pollution a plusieurs causes dont la circulation automobile. Il faudra réfléchir au problème du diesel et mettre en place une organisation qui prenne en compte la réalité de la pollution. Aujourd'hui, nous assumons nos responsabilités".

Valérie Pécresse, Conseil régional d'Ile-de-France (UMP), dans Le Figaro

La circulation alternée ? "Au regard de la gravité de la situation, cette décision était inéluctable mais ce n'est qu'un pansement appliqué tardivement qui ne règle pas les problèmes de pollution récurrents auxquels nous sommes confrontés. De plus, cette solution va plonger dans une grande difficulté les Franciliens qui ne peuvent bénéficier de transports en commun de substitution. Cela ne peut être une solution durable avec un réseau de transport public aujourd'hui totalement saturé".

"De nombreux habitants se déplaçant en Ile-de-France n'ont pas d'autre choix que d'utiliser leur voiture, faute de transports en commun existants ou suffisamment fiables. Cela met au grand jour une situation que je dénonce depuis longtemps en tant que chef de file de l'opposition à la Région Ile-de-France, celle des sous-investissements chroniques en matière de transport. J'ai proposé notamment qu'on double l'offre du «Plan bus» en grande couronne car l'offre est aujourd'hui insuffisante. La gratuité des transports pendant quatre jours coûtera 11 millions d'euros, alors que le doublement de l'effort en matière de bus ne coûterait que 40 millions par an! Cela vaut le coup".

Frédéric Cuvillier, ministre des Transports, sur France Info

La circulation alternée ? "Nous voyons que les règles sont respectées. Le système est souple et efficae. Il y a peu de bouchons, c'est une circulation fluide. Les résultats sur la pollution vont être meilleur. Nous devons avoir un seuil normal de pollution. 

"C'est d'abord une prise de conscience. Cela va se reproduire et il faut prendre des mesures pour répondre à une situation d'urgence et à un risque de santé. Par ailleurs, le dispositif incite à une prise de conscience pour mieux penser le système de déplacement. Il faut s'interroger sur notre rapport à la mobilité. Nous allons avoir des résultats car le dispositif est de qualité. Il y a eu des pics de pollution record donc il était nécessaire d'agir. Il va falloir aussi réfléchir aux carburants et avoir de moins en moins de véhicules au diesel".

"La question de la pollution n'est pas une question de fiscalité. Nous n'allons pas taxer le diesel. Il faut surtout un "plan sur la qualité de l'air. C'est ça le vrai sujet".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !