Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Wauquiez, Le Guen... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Wauquiez, Le Guen... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Wauquiez, Le Guen... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce mercredi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : André Vallini secrétaire d'Etat chargé de la Réforme territoriale

"Je pense que le Premier ministre a entendu les députés sur le point des petites retraites"

La vidéo du jour : Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement sur RMC/BFMTV

L'essentiel de ce mercredi matin

Brice Hortefeux, député européen UMP, sur RTL

Les européennes ? "Je vais défendre l'Europe en présentant des personnes venant de milieux ruraux et des femmes pour la parité. Nous nous engageons en étant des européens responsables et lucides. Responsables, car l'Europe nous a apporté la paix, mais aussi des politiques agricoles, des politiques technologiques. Nous aurons le courage de rappeler que l'euro a eu des bienfaits. Nous sommes aussi lucides car on sait qu'il faut des changements : de mentalité, l'Europe doit nous protéger, de gouvernance et de direction car l'Europe ne s'occupe pas assez des questions réelles des pays".

Nicolas Sarkozy ? "Je ne connais pas ses intentions mais chacun en Europe se souvient de ce qu'il a fait, de son charisme. La parole de Nicolas Sarkozy sera utile". 

Valls et la trajectoire budgétaire ? "Il y a un flou sur qui gouverne dans ce pays. La gouvernance est libre service. Normalement on discute avant ce qui est annoncé et pas après. Là, une trentaine de députés socialistes s’immiscent dans le débat. Depuis 2 ans, c'est le grand flou dans l'emploi. Aujourd'hui, le gouvernement ne sait pas où il va". 

Laurent Wauquiez, député UMP, sur Europe 1

L'état actuel de l'Europe ? ""Le débat français est phagocyté entre les eurosceptiques d’un côté et les europtimistes de l’autre. Moi, je ne regarde par l’Europe avec les yeux de Chimène. Il faut être eurolucide. L’Europe, ça ne marche plus. On a besoin de changements forts. L’élargissement a condamné l’Europe. L’Europe à 28 a abouti à une Europe qui n’est plus capable de décider. Il faut une Europe à plusieurs vitesses. Dans le même temps où on a cette Europe élargie, mais qui doit juste être un lieu d’échange économique, au milieu, il faut un reconstruire un noyau dur, dans lequel on est capable de faire des vraies politique, dans lequel on est capable d’avoir un même taux d’imposition, dans lequel on est capable de changer ce syndrome de la faiblesse de l’Europe, les travailleurs détachés. Ce n’est pas pour ça qu’on a fait l’Europe".

Isolé à l'UMP ? "Tout le monde ne partage pas mon opinion, oui, il y a un débat à l’UMP. Mais j’assume le fait qu’il y a un débat. On a besoin d’une vraie réflexion. Vous savez, en matière d’amour, les déclarations ne suffisent pas toujours. Il faut des actes".

Christine Boutin, leader de Force Vie, dans Le Figaro

L'Union européenne "désastre moral et politique" comme elle le dit ? "16,9% d'Européens, soit 84 millions de personnes, vivent en dessous du seuil de pauvreté.26,2 millions sont sans emploi. Le taux de chômage était de 10,7% en décembre, dont 23,2% de jeunes de moins de 25 ans qui représentent 5,54 millions d'Européens sans emploi. Ces chiffres révèlent la non-prise en compte de la personne humaine comme priorité politique de l'Europe".

Les principes de Force Vie ? "Nous ne sommes pas un parti politique, nous ne voulons le soutien d'aucun parti. Nous croyons à la vie, de la conception à la mort naturelle, à la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, au droit des parents à éduquer leurs enfants. Nous voulons une économie sociale de marché et nous sommes fiers d'une France forte qui assume son histoire".

Quelles réformes urgentes à prendre ? "Nous sommes profondément européens, encore faut-il que la ligne de gouvernance soit claire, par exemple, nous souhaitons la remise en cause de l'indépendance de la BCE. Nous proposons d'affirmer l'identité de la France par la création d'une monnaie pour les échanges nationaux: l'euro-franc. L'euro sera réservé aux échanges internationaux. Enfin, nous portons le projet de la création d'un revenu de base européen".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !