Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Hamon, Royal... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Hamon, Royal... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Brice Hortefeux, Hamon, Royal... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce lundi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Michel Sapin, ministre du Travail dans les Echos

"L'objectif fixé au printemps par le chef de l'Etat de former davantage de chômeurs, et plus vite, sera atteint"

La vidéo du jour : Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charente, sur iTélé

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


L'essentiel de ce lundi matin

Brice Hortefeux, UMP, sur Europe 1

Le boycott de Fabius et de Hollande au JO de Sotchi ? "C'est une mauvaise décision parce que quand les athlètes français se rendent à une compétition, c’est l’honneur de la France de les accompagner et de les soutenir. Cela n’empêche en rien de défendre nos valeurs. Et je pense même qu’il est indispensable dans l’intérêt de la France et des Français de renouer profondément le dialogue avec la Russie et ses autorités".

SPD et CDU ? "L'Allemagne doit faire aimer l'Europe. C'est sa responsabilité. La France décroche et il faudrait qu'elle se rapproche de l'Allemagne. Il faut qu'on progresse dans tous les secteurs, fiscalité, travail... Il faut que François Hollande prenne exemple sur l'Allemagne".

Sarkozy de retour ? "Il n'est pas prisonnier d'un calendrier, c'est un homme libre. Il n'entend pas intervenir dans la vie politique nationale quotidienne. Il n'est pas candidat à rien. Pour autant, il entend, écoute, partage. Il voit les les échecs qui s'accumulent pour le gouvernement. Dans son esprit, un retour n'est pas pour demain, pas après-demain. Le temps n'est pas venu. Sa décision sera connue par les Français, s'il décide de revenir il leur dira les yeux dans les yeux. La question n'est pas l'envie, c'est le devoir"

Rapport sur l'intégration ? "Je ne suis pas rassuré car le gouvernement est incapable de mener une politique construite. J'ai compté 36 couacs. Le président et le Premier ministre ne vont pas dans le même sens. Ce rapport a été commandé exprès par le gouvernement".

Benoît Hamon, ministre de la Consommation, sur RTL

Opération de gendarmerie concernant la viande de cheval ? "La vigilance est de mise sur le cheval. Il s'agit de chevaux impropres à la consommation. Nous avons mis cette filière sous surveillance, l'objectif est de donner plus de confiance dans ce qu'on mange. Nous voulons un étiquetage sur les plats préparés et nous attendons le feu vert de Bruxelles. Mais dans cette affaire, il s'agit d'un problème sanitaire".

Loi sur la consommation surtout sur les opticiens ? "Deux monopoles existent, un qui délivre et l'autre qui commerce. On s'est rendu compte que le prix des lunettes est anormalement élevé en France, deux fois plus qu'en Allemagne. On veut donc proposer un accès plus large aux lunettes en ouvrant la commercialisation sur Internet. Il faut que tout le monde puisse s'en procurer y compris, les 3 millions de personnes qui ne peuvent pas en ce moment et qui en ont pourtant besoin". 

"La population vieillit et va avoir besoin de plus en plus de lunettes, ce marché reste orienté vers la croissance et la croissance de l'emploi. Je ne crois pas qu'il y ait de licenciements dans la branche".

Marion Maréchal-Le Pen, député FN, sur RMC

Le rapport sur le voile ? "C'est une énorme erreur du gouvernement et surtout une réelle provocation contre le modèle laïc de la France. Il ne faut pas revenir sur la loi sur le voile, qui est la base de la cohésion nationale. On a pas à imposer aux autres ses convictions religieuses dans un cadre qui devrait être neutre"

"La France n'a plus les moyens de financier cela, la nationalité, ça s'hérite ou ça se mérite. Il y a un risque de dérive terrible lorsque l'on mène ce genre de politique migratoire. Quand on fait de la politique, on est obligé de voir plus grand que dans la dimension affective des choses, on est obligé de mesurer les conséquences". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !