Yannick Noah chante sa "Colère" contre le FN : Marion Maréchal Le Pen réplique à son tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Yannick Noah chante sa "Colère" contre le FN : Marion Maréchal Le Pen réplique à son tour
©

La guerre est déclarée

Yannick Noah chante sa "Colère" contre le FN : Marion Maréchal Le Pen réplique à son tour

Dans sa nouvelle chanson, l’ancien tennisman s’en prend au parti frontiste. Marion Maréchal Le Pen lui renvoie à la figure son exil aux Etats-Unis.

La guerre n’en finit pas entre Yannick Noah et le Front national. Ce mercredi, c’était au tour de la députée Marion Maréchal Le Pen de réagir contre la nouvelle chanson de l’ancien tennis man. Dans Ma Colère, sorti ce mardi chez Columbia/Sony Music, Yannick Noah s’en prend directement au parti frontiste. "Ma colère n'est pas un Front/elle n'est pas nationale (...) ma colère a tout l'honneur/de combattre la leur", chante-t-il.


Une pique en référence au fait que, depuis des années, Yannick Noah habite aux Etats-Unis. Il s’est cependant toujours défendu d’avoir déménagé pour des raisons fiscales, expliquant avoir simplement voulu se rapprocher de son fils Joakim, basketteur NBA dans l’équipe des Chicago Bulls.

Ce mardi, la présidente du Front national, Marine Le Pen, avait déclaré trouver "indigente" la nouvelle chanson de Yannick Noah, ". Je trouve que les paroles sont assez mauvaises. Quant à la musique d'ascenseur sur laquelle on l'a collée, je ne suis pas sûr que ça fasse beaucoup de ventes", avait-elle déclaré, interrogée sur le sujet en marge d'un déplacement à Angers. Pour Marine Le Pen, "le système essaye de remettre en place les vieilles techniques contre le Front national des années 80. Monsieur Noah est un peu vieux pour jouer à ça".

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !