Washington s'immisce dans la crise entre le Canada et l'Arabie Saoudite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Washington s'immisce dans la crise entre le Canada et l'Arabie Saoudite
©FAYEZ NURELDINE / AFP

Third wheel

Washington s'immisce dans la crise entre le Canada et l'Arabie Saoudite

Alors que les tensions entre Ryad et Ottawa ne semblent pas être sur le point de s’apaiser, Washington essaye de calmer le jeu.

Depuis hier, la crise diplomatique entre le Canada et l'Arabie Saoudite s'aggrave. En cause ? Un tweet de l'ambassade canadienne à Ryad se disant "gravement préoccuppée" par de nouvelles arrestations de militants des droits de l'homme dans le royaume. Les canadiens, allaient jusqu'à demander la "libération immédiate" de ces militants. 

Des propos qui n'ont pas du tout plu à Ryad. Quelques heures plus tard, le royaume annonaçait l'expulsion sous 24h de l'ambassadeur canadien, le rappel de son propre représentant au Canada ainsi que le gel des relations commerciales entre les deux pays. L'Arabie Saoudite a également suspendue les bourses de ses ressortissants étudiant au Canada et à décidé de relocaliser des milliers d'étudiants.

Face à l'escalade, Washington a tenu à intervenir. Une porte-parole du département d'Etat a déclaré à l'AFP que les Etats-Unis "encouragent le respect des libertés internationalement reconnues et des libertés individuelles, y compris celles d'avoir des opinions divergentes et de voir ses droits respectés. (...) Nous avons demandé au gouvernement saoudien des informations supplémentaires sur la détention de plusieurs activistes". Elle a conclu en ces termes : "Nous continuons à encourager le gouvernement saoudien à respecter les droits légaux et à publier des informations sur (ces) affaires judiciaires".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !