Washington passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Washington passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre l'Etat islamique
©Reuters

Sécurité

Washington passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre l'Etat islamique

Selon l'armée américaine, ses bombardements auraient affecté 43% des revenus pétroliers de l'Etat islamique en novembre.

Washington a décider d'intensifier ses frappes sur les ressources pétrolières de l'Etat islamique en visant l'ensemble de la chaîne, à savoir de la production à la distribution en passant par le raffinage, afin d'affaiblir les finances de l'organisation. Selon l'armée américaine, les bombardements de la coalition internationale auraient affecté 43% des revenus pétroliers de l'Etat islamique au mois de novembre. Bien décidés à évincer le groupe terroristes dont les attentats sont toujours plus meurtriers, les Etat-Unis ont également annoncé le déploiement de forces spéciales en Irak et en Syrie.

Le 1er décembre, le secrétaire à la Défense Ashton Carter a annoncé qu'une "unité spécialisée" de forces d'élite serait déployée en Irak aux côtés des forces irakiennes et kurdes, pour réaliser plusieurs séries de "raids" poctuels et réguliers. Il faut "imaginer une force prête à agir, capable quand l'occasion se présente, de conduire des raids (...) partout en Syrie et en Irak. Vous ne savez pas qui va venir la nuit par la fenêtre. Nous voulons que tous les chefs de l'EI et leurs partisans aient cette sensation", a expliqué le chef du Pentagone devant les parlementaires du Congrès. Au total, cette unité devrait compter 200 hommes, ramenant le nombre de soldats américains déployés au sol à 250.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !